18
Jeu, Oct
42 Nouveaux Articles

POLITIQUE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

Oh ! Oh !  Oh !  La politique. Encore de la politique. Que de politique dans les médias,  dans les grandes places, dans les bureaux, dans les marchés et à la maison. Je suis tenté de dire que, c’est normal. En tant que l’art de gouverner la cité, on ne peut échapper décidément à la politique. La politique est partout. Elle est bonne ou mauvaise. Soit on la subit, soit on la fait.

 

J’ai entendu plusieurs fois et je continue d’entendre sur les plateaux de télévision des hommes politiques souvent de l’opposition et des analystes politiques,  parlant de vote ou de parrainage, dire que les petits gens du peuple vendent leur dignité en échange d’une certaine somme d’argent ou de biens matériels.

Certains s’interrogent : comment une personne peut-elle faire une promesse de vote à quelqu’un ou  accepter de voter pour quelqu’un,  moyennant  une  modique  somme d’argent ou une infime quantité de biens matériels en ignorant totalement la portée dans le temps de  son acte de vote ?

Je rappelle que la portée de l’acte de vote à la présidentielle du citoyen électeur est de cinq ans. Ce qui correspond à la durée du mandat du Président de la République définie dans notre Constitution.

Par ailleurs, j’ai entendu et je continue d’entendre certains analystes et hommes politiques affirmaient que les sénégalais ne savent pas qui élire à la Présidence de la République. Et ce qu’ils savent mieux faire et qu’ils ont  toujours bien  fait,  c’est voter contre le Président de la République  sortant  pour le faire perdre le pouvoir politique.

Ces jugements de valeur, d’une part, sur les petits gens du peuple et d’autre part, sur le peuple sénégalais, sur les plateaux de télévision m’ont toujours émotionnellement et intellectuellement secoué à chaque fois que je les ai entendus ou à chaque fois que les entends, du fait de la virulence du propos et de la légèreté de l’argument.

Je pose naïvement la question : quel est le rapport  entre la dignité et le fait de recevoir d’un homme politique, une modique somme d’argent en échange d’une promesse de vote pour lui ?

Si les petits gens du peuple recoivent de modique somme d’argent en échange d’une promesse de vente ou d’un vote, je voudrai que l’on se pose la question en même temps comparativement combien reçoivent-ils, ces gens de l’Elite du peuple, pour une alliance ou pour un soutien politique ?

Paradoxalement, je n’ai jamais entendu, jusqu’à preuve du contraire, les hommes politiques ou analystes politiques dire sur les plateaux de télévision  que ces gens de l’Elite du peuple qui rejoignent le pouvoir ont vendu leur dignité en échange de l’argent ou d’une promesse de poste de responsabilité ?

Pour faire dans la différence avec les petits gens du peuple, quand c’est les gens de l’Elite du peuple qui recoivent de l’argent ou une promesse de postes de responsabilité, on ne parle plus de vente de dignité. Pour qualifier l’acte, on parle de transhumance. Donc, eux, ces gens de l’Elite du peuple  en agissant comme les petits gens du peuple, n’auraient pas vendu leur dignité. Or, c’est kif lif !

Et ce que je crois, sur ce point,  tant que la loi n’interdit pas aux petits gens du peuple de recevoir de l’argent d’un homme politique  en échange d’une promesse de vote ou d’un vote ou de quelqu’un d’autre, on n’est pas dans le délit à ce que je sache. Aussi, tant que le don n’est pas interdit pour celui ou celle qui le fait ou pour celui ou celle qui le reçoit, quel que soit le motif, la pratique demeurera.

Je pense qu’on doit arrêter d’insulter les petits gens du peuple en disant qu’ils vendent leur dignité en recevant de l’argent ou de biens matériels des hommes politiques en échange de promesse de vote ou de vote. Ceci n’a rien à voir avec la dignité.

Sur le même chapitre, j’ai entendu et je continue d’entendre certains hommes politiques s’adresser au peuple en ces termes. « Si on vous donne de l’argent, prenez-le ? C’est l’argent du peuple. C’est votre argent. Le jour du scrutin, ne votez pas pour eux. »  Si c’est l’argent du peuple, c’est l’argent des petits gens du peuple également. Donc, ces petits gens du peuple n’empochent que leur argent. Quelle que soit la modicité de la somme empochée et quel que soit le motif pour lequel on leur aura donné cet argent. Ces petits gens du peuple ne sont pas dépourvus de dignité, au contraire, ils en ont  à revendre.

En outre, que signifie les sénégalais ne savent pas qui élire à la Présidence de la République mais ce qu’ils savent faire, c’est faire perdre le pouvoir  au Président de la République sortant ?

Je voudrai bien que l’on m’explique le sens d’une telle déclaration émanant d’un homme politique ou d’un analyste politique. C’est vraiment abracadabrant !

J’ai entendu et je continue d’entendre des hommes politiques de haut niveau et des analyses politiques universitaires sur les plateaux de télévision  dire que  l’on ne sait pas qui élire à la Présidence de la République. Ce qu’on sait faire, c’est faire perdre le pouvoir au Président de la République sortant. En effet, ce discours politique est vieux maintenant mais il persiste encore dans les médias sans démonstration de la part des auteurs. Et c’est dommage !

Si on ne sait pas qui élire à la Présidence de la République, je me demande, quel est le sens de notre vote ?  Si Me Abdoulaye Wade est élu Président de la République en  2000, c’est parce qu’on a majoritairement voté pour lui.  Qui peut me faire croire le contraire, le Président de la République élu n’est pas élu. C’est le Président sortant qui a été négativement sanctionné.

En 2007, si le  Président Me Abdoulaye Wade a été réélu, une seconde fois, c’est parce qu’on a voté majoritairement pour lui. Enfin, si en 2012, le Président Macky Sall  a été élu Président de la République du Sénégal,  c’est parce qu’on a voté  majoritairement pour lui (65% des suffrages valablement exprimés).

Au total, ce que je pense : dire qu’on ne sait pas qui élire à la Présidence de la République remet profondément  en cause notre démocratie et la légitimité politique de tous les Présidents qui se sont succédé à la tête de l’Etat du Sénégal. Et, persister à affirmer cela, urbi et orbi, c’est malheureusement, réduire les sénégalais à des automates, dépourvus de raison et de libre arbitre c’est-à-dire incapables de choisir ou ne pas choir et de distinguer, ce qui est bon pour lui et ce qui ne l’est pas. Ce qui est injuste. Et, c’est absolument faux.

Les Sénégalais savent très bien, qui élire, à la Présidence de la République. J’ai hâte que  l’on me démontre, le contraire.

Vive le Sénégal !

Vive la République !

Par Baba Gallé DIALLO

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Ajouter un Commentaire

 Savoir communiquer positivement avec les autres !

Pas d’insultes, ni d’injures ou de paroles à caractère raciste ou antisémite. Cette partie du site est réservée aux personnes majeures ( 18 ans révolus).


Code de sécurité
Rafraîchir