Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Jeu, Mar
306 Nouveaux Articles

Présidentielle au Sénégal : le vote « magique » de la diaspora de France

Samedi 9 février, le Bol d’or a des allures de QG de campagne. Derrière les vitrines opacifiées par des affiches orange à l’effigie d’Idrissa Seck, un des cinq candidats à l’élection présidentielle du Sénégal, le 32, rue de Laghouat, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, s’active. Une vingtaine de militants plient des tracts fraîchement imprimés en buvant l’ataya, ce thé à la menthe aux parfums subsahariens.

Oumar Gueye, en caravane dans la zone de Niague où la population compte réélire Macky Sall à 95%, raille l’opposition : « Notre pays ne peut pas être dirigé par des gens incapables de gérer un service »

Depuis le début de la campagne, le maire de Sangalkam, monsieur Oumar Guèye, multiplie les visites de proximité pour sensibiliser la population à réélire le candidat Macky Sall au premier tour le 24 février 2019. Ce fut le tour du village de  Niague qui a accueilli, ce jeudi 14 février 2019, la caravane du coordonnateur départemental de la coalition Bby de Rufisque. 

Sénégal présidentielle 2019 - « Sunu débat » : Idrissa Seck campe sur sa position de débattre seulement avec Macky Sall

Le candidat de la Coalition IDY2019 est interpellé sur l'organisation d'un débat entre les candidats. Une idée qui est émise depuis quelques temps pour permettre aux différents candidats de débattre sur leur programme et leur approche de la gestion du pays. 

Sénégal -présidentielle 2019 la « bataille » des affiches

Rares ou à peine visibles au début de la campagne de la présidentielle du 24 février 2019, les affiches des 5 prétendants au fauteuil de président de la République du Sénégal commencent à inonder les rues et grandes artères de Dakar et sa banlieue, avec des messages et slogans accrocheurs.  En vérité, des images et slogans accrocheurs pour appâter l’électeur qui se font presque la guerre d’un coin de rue à un autre, d’un panneau publicitaire à un autre.

Appel à l’insurrection et au sabotage du scrutin présidentiel Macky Sall «met en garde» Abdoulaye Wade

Les sorties incendiaires de Me Abdoulaye Wade appelant à un sabotage du scrutin présidentiel du 24 février n’agrée pas le régime de Macky Sall. Dans un communiqué en date d’hier, jeudi 14 février, et signée par le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, une mise en garde formelle est adressée à l’ancien président de la République et patron du Pds.

Sabotage du scrutin-me Wade réajuste ses propos « nous allons empêcher le vote en brulant les urnes »

En conférence de presse tenue hier, mercredi 13 février, Me Abdoulaye Wade est revenu sur sa déclaration du 7 février dernier quand il demandait aux Sénégalais de « brûler leurs cartes d’électeur pour empêcher le vote». Hier, il a réajusté ses propos en disant de «ne pas brûler les cartes d’électeurs ni les maisons mais on va empêcher le vote en brûlant les urnes».

Violences électorales à Tamba : La part de vérité du PUR100

"Tout a commencé à Kolda où notre caravane a été empêché de poursuivre son chemin" renseigne le candidat du Pur100, Pr El H. Issa SALL pour étaler la vérité sur les violences survenues lundi à Tamba.
En point de presse, il a tenu a donné sa version des faits.

Présidentielle 2019 : Diouma Dieng Diakhaté bat campagne pour Macky Sall

l’ambassadrice itinérante, Diouma Dieng Diakhaté, bat campagne. Depuis le démarrage de la campagne, la styliste sillonne les quartiers de Rufisque pour la réélection de son candidat.

Violences électorales à Tambacounda Issa Sall incrimine Aly Ngouille et Macky Sall

Le président de la République Macky Sall et son ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, sont à l’origine des violences électorales survenues à Tambacounda. En conférence de presse hier, mercredi 13 janvier, le candidat de l’Unité et du rassemblement (Pur) Issa Sall, s’est offusqué de la prise en charge sécuritaire des candidats de l’opposition. 

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Aly Ngouille Ndiaye, et le président de la République Macky Sall, sont les seuls responsables des attaques de Tambacounda.

Sécurité rapprochée des candidats Aly Ngouille Ndiaye prend le relais

Aly Ngouille Ndiaye, le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, est parti pour se substituer à la garde rapprochée des candidats à la présidentielle de février prochain. Pour cause, il va affecter jusqu’à la fin des élections des éléments de la police nationale et de la gendarmerie nationale au service de la sécurité d’Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Me Madické Niang, Issa Sall et…Macky Sall. Le ministre en a fait l’annonce hier, mardi, par voie de presse. 

Mimi Touré : Voyons voir si Abdou Mbaye aura le courage de confirmer sa nouvelle vocation anarcho-émeutière.

"Abdou Mbaye, ancien Premier ministre, ancien banquier, néophyte politique s’exerce, dans le confort douillet de son salon, en pyromane par ses appels à la violence pour empêcher la tenue d’une élection présidentielle libre et démocratique. Comme ancien Premier ministre qui a eu à diriger l’Administration, je suis convaincue que Abdou Mbaye a dû céder à un moment de faiblesse  lorsqu’il tenait ces propos séditieux,  indignes de son statut.

Hors-jeu électoral - Wade persiste et signe : "Nous avons décidé de nous attaquer aux bureaux de vote"

Que ceux qui croyaient que Abdoulaye Wade a abandonné sa logique de saboter les élections du 24 février prochain se détrompent. Le pape du Sopi est plus que déterminé à tenir sa promesse.  

Aujourd'hui, à l'occasion de la réunion du Comité directeur tenu dans un hôtel de la place, l'ancien président de la République du Sénégal a invité les siens à mettre en marche son plan pour que les élections n'aient pas lieu. Pour lui, il s'agira de s'attaquer aux bureaux de vote. "Nous avons décidé de nous attaquer aux bureaux de vote pour qu'il n'y ait pas d'élection. Prenez le procès verbal, mettez de l'essence et brûlez-le", a-t-il ordonné à ses partisans à qui il déconseille cependant d'incendier des maisons. 

Le MFDC, l’absent le plus présent de la campagne électorale en Casamance. (Par Jean-Marie François Biagui)

Ces propos sont du candidat à sa propre succession, le président Macky Sall, tenus devant un auditoire casamançais béat, et dans un contexte, la campagne électorale, que l’on ne manquera pas demain, assurément,et à dessein, de lui opposer pour l’absoudre. Exactement comme jadis avec Senghor, agrégé en Lettres/Grammaire française et futur membre de la prestigieuse Académie Française.