17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

 Se réunissant hier, mercredi 3 janvier, le Comité directeur du Parti démocratique sénégalais (Pds) a dénoncé les «déclarations fausses et mensongères du gouvernement de Macky Sall et de l’ex-ministre de la Justice sur la récupération de montants faramineux à partir de la prétendue traque dite des biens mal acquis». Il a également déploré la «faillite progressive dans laquelle  Macky Sall et son gouvernement ont plongé le pays avec un endettement vicieux sans précédent». La somme de 200 milliards de F Cfa recouvrée dans la traque des biens mal acquis annoncée par l’ex-Premier ministre Aminata Touré continue de faire débat. A l’occasion de la réunion de son Comité directeur (Cd) hier, mercredi 3 janvier, le Parti démocratique sénégalais (Pds) a qualifié ces propos de l’ex-ministre de la Justice de «déclarations fausses et mensongères du gouvernement».

« C’est maintenant Idrissa Seck qui dirige notre coalition », a déclaré ce matin Bamba Fall, sortant de la salle où devait se tenir le procès de Khalifa Sall. Cette révélation du maire de la Médina peut être, après une première et simple lecture,  attribuée à un lapsus calami, de la part d’un politicien soucieux de remercier un allié de l’édile de la capitale. On ne sait pas non plus s’il exprime un point de vue personnel n’engageant pas les autres lieutenants de Khalifa Sall ou la kyrielle de chefs de parti de Manko Taxawu Senegaal.

"Je veux dire à haute et intelligible voix que mon seul et unique programme politique, pour le moment, est la réélection du Président de la République, Macky SALL, en 2019. Et mieux, dès le premier tour".

C'est ce qu'a déclaré Abdou Karim SALL, le week-end dernier, chez lui, à Orkadiéré, lors du meeting de ralliement à l'APR de Malal Hamady SY, désormais ex-responsable du PDS dans cette commune du département de Kanel, sis dans la région de Matam. Le DG de l'ARTP dira même qu'il est prêt à aller jusqu'en Chine pour offrir ce second mandat à Son Excellence Monsieur Macky SALL. Digne fils du terroir, il était, en effet, le parrain de cet événement politique majeur qui a tenu toutes ses promesses avec une mobilisation exceptionnelle et une affluence des grands jours. Presque toutes les populations de cette partie du Fouta ont convergé vers la place publique du village à l'occasion de ce grand rendez-vous politique. Une rencontre qui a aussi vu la participation de quelques maires de commune environnantes ou leurs représentants ainsi que plusieurs autres responsables politiques.

 La réunion qui marquait l’accueil du ministre conseiller du président de la République, Abdoulaye Badji, porteur d’une motion de félicitations aux responsables apéristes de Nioro, suite aux 68 % de score enregistrés lors des législatives de juillet dernier, a finalement basculé en faveur d’une tribune de tirage de bilan et de définition de nouvelles orientations pour l’horizon 2019. 

Présidentielle 2019 : Aliou Sall et Abdou Karim Sall scellent l’alliance pour la réélection de Macky Sall
 

L’alliance pour la réélection du président Macky Sall au premier tour de la présidentielle de 2019 a été lancée, dimanche, à Mbao, par Aliou Sall et Abdou Karim Sall. Le maire de Guédiawaye a saisi cette tribune pour appeler à la mobilisation de toutes les énergies, afin que cette initiative puisse prendre forme.

Le coordonnateur de « Benno Bokk Yakaar » (Bby) à Guédiawaye, Aliou Sall, est convaincu que la banlieue, de Grand Yoff à Diamniadio, voire au-delà, constitue l’enjeu essentiel de l’élection présidentielle de 2019.

Résultat de recherche d'images pour "karim wade idrissa seck"

Après Abdou Diouf et Macky Sall, Abdoul Mbaye, l’ex-PM veut être président. Si Manko Wattu Sénégal était un parti politique consacré, Abdoul Mbaye participerait volontiers aux Primaires en vue d’être un candidat à la présidentielle 2019. Seul Idrissa Seck (ou Karim Wade) semble lui faire de l’ombre en termes de popularité… et de légitimité technique. « Alea jacta est». Abdoul Mbaye est venu dans l’arène politique avec ses atouts et ses faiblesses, mais, peut-il vaincre ? 

Le chef de l’Etat poursuit son mandat de sept ans : Macky Sall et sa marche risquée vers 2019

Le chef de l’Etat a enfin décidé de faire un mandat de sept ans. Il met ainsi de l’eau dans le moulin de ses opposants, brise le pacte de confiance qui le liait avec une certaine opinion nationale et internationale. Le 20 mars, au même titre que le projet de révision constitutionnelle, son image sera soumise au référendum, en attendant les Législatives de 2017 et bien sûr la Présidentielle.

“Initiatives 2035” officiellement lancée hier, et qui a pour objet d’accompagner le Président Macky Sall, n’a pas été tendre avec l’opposition, notamment Idrissa Seck que le ministre du tourisme Mame Mbaye Niang qualifie de haineux …

  La direction du mouvement «Horizon 2019», entité née pour accompagner l’action du président Macky Sall et contribuer de manière significative à sa réélection en 2019, a estimé lors de sa rencontre du mardi 14 juin, avec la presse que le retour de Mme Aminata Touré «Mimi» dans la région de Kaolack ne doit pas faire l’objet de «controverses» entre responsables apéristes de Kaolack.   

Au contraire ! Le doyen Assane Kébé et Cie en tirent un intérêt particulier pour le parti du Président Sall, la coalition dont l’Apr est membre, mais surtout pour la majorité des populations de la région de Kaolack en quête d’une résurrection sociale. Selon eux, cette requête se justifie par le fait que «Mimi Touré, incarne d’abord la carrure d’une responsable politique de haute facture, capable d’apporter plein de choses au parti et à la coalition Benno Bokk Yaakar (Bby)». 

La question du mandat présidentiel agitée depuis quelques temps par certains affidés du Président de la République qui prônent le revirement de son engagement à le limiter à 5 ans, suscite des appréhensions légitimes. Depuis l’affirmation de cet engagement, plusieurs réformes sont passées comme lettre à la poste, mais point de limitation à 5 ans du mandat actuel.

Certains doutent et attendent encore. D’autres attendent de voir pour croire à cet engagement. Ni affidé du Président, ni opposant déclaré à son régime, libre et indépendant, mon opinion transcende les considérations partisanes. Du reste, cette question ne doit pas être limitée à un ping-pong entre pouvoir et opposition. Elle appelle des positions de compromis sur la base de l’intérêt général. La mienne se résume à proposer de limiter le mandat du Président Macky Sall à un mandat unique de 7 ans, mandat au bout duquel il ne se représentera pas.

Le député maire de Agnam n'a pas raté l'opposition aujourd'hui. Lors de son discours tenu ce samedi au Fouta en marge de la cérémonie officielle d'ouverture des 72 heures de Ndiaffar Sorokoum, Farba Ngom a décrété la réélection de Macky Sall en 2019 et s'en est vertement pris à l'opposition. “En 2019, nous allons laminer l'opposition qui est déjà dans le coma”, a t il lancé. 

Ferloo.com- Le Mouvement Tann Aïssata Tall a investi la mairesse de Podor à la présidentielle de 2019. Auparavant, ce Mouvement par la voix de Alioune Badara Ndiaye exige de l’édile de Podor (région de Saint Louis, Est du pays) de démissionner du Parti socialiste.

iGFM (Dakar) Intronisé Grand Serigne de Dakar il y a un an, Abdoulaye Makhtar Diop n’en continue pas moins d’être un observateur averti de la scène politique. Dans l’entretien qu’il a accordé à nos confrères du quotidien le Populaire, l’ancien baron socialiste assène ses vérités sur la vie politique. Non sans faire le bilan de sa première année d’exercice à la tête de la collectivité Léboue.

Abdoulaye Makhtar Diop déclare qu’ « Aujourd’hui, la loi prévoit l’élection présidentielle en 2019. C’est Mack Sall qui parle de 2017. Je pense que les élections auront lieu en 2019. Je le pense, parce que j’ai déjà dit que je suis contre la réduction du mandat du chef de l’Etat à 5 ans.