21
Mer, Fév
340 Nouveaux Articles

 Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a laissé entendre hier mardi que «l’Etat a décidé de consacrer plus de 81 milliards FCFA au financement de l’enseignement technique et de la formation professionnelle d’ici 2020». 

 «Le secteur privé, c’est notre force de frappe. Si aujourd’hui nous avons une croissance retrouvée de 7.1 %, c’est grâce à vous», s’est ainsi adressé hier, mardi, à Dakar, le premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne aux opérateurs économiques sénégalais, à l’ouverture des assises de l’entreprise du Conseil national du patronat sénégalais (Cnp).  Dans son mot, il dira: «Le partenariat découlant de cette perspective, en tant qu’une option tripartite Etat- syndicat-secteur privé n’est pas un choix, mais c’est le choix». 

n déclarant que le bouillonnement du front social avec les grèves à un an de la présidentielle, était un chantage, le ministre directeur du Cabinet du président de la République, Me El Hadji Oumar Youm a essuyé la colère des enseignants qui ont déversé leur bile sur le maire de Thiadiaye, par l’intermédiaire de Abdoulaye Ndoye, le secrétaire général du Cusems (Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal).

Après sa sortie au vitriol contre Idrissa Seck et les grèves, Me Oumar Youm n’a pas été raté par le secrétaire général du Cusems (Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal).

 Par la voix de son maire Baye Niasse Cissé, les populations de la commune de Nganda ont encore une fois soulevé la récurrente question du bitumage de la route Kaffrine/Nganda, dont le démarrage a été déjà annoncé à grandes pompes par le Premier ministre lors de la campagne  pour les législatives de 2017.  Cette requête a été formulée, samedi, au cours de l’édition 2018 de la finale Navétane présidée par le maire de la commune. Ces populations réclament le démarrage sans attente de ces travaux avant la campagne présidentielle de 2019. Histoire de permettre aux responsables politiques de la région de Kaffrine et de la commune de Nganda en particulier d’avoir plus de facilité dans la prochaine campagne pour la réélection du président Macky Sall dès le premier tour de la présidentielle.

 Les concessionnaires du nettoiement ont mis fin à leur mot d’ordre de grève. Cette décision fait suite à une médiation du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne. L’annonce a été faite par Ndongo Fall, vice-président du collectif des concessionnaires sur les ondes de la Rfm.

 Les cadres libéraux veulent pousser à la démission le chef du gouvernement Mahammed Boune Abdallah Dionne et de son équipe. Réunis en effet jeudi 18 janvier 2018, à la permanence nationale Oumar Lamine Badji du Pds, les membres de la Fédération nationale des cadres Libéraux (Fncl) ont réclamé sans fioritures la démission du Premier ministre et de son gouvernement pour, ont-ils précisé dans leur communiqué, « le mensonge d’Etat sur les montants prétendument recouvrés dans le cadre de la Crei et pour leur responsabilité sur la situation chaotique des finances publiques du pays ». 

"Le Premier ministre est totalement passé à côté de nos attentes", déclare Aissata Tall Sall à l'endroit de Mohammed Boun Abdallah Dionne, à l'occasion de la Déclaration de politique générale, qui s'est tenue ce matin à l'Assemblée nationale. Selo nla présidente du mouvement "Osez l'Avenir", "il faut que le Premier ministre éclaircisse la lanterne des Sénégalais sur les nombreux problèmes qui se présentent actuellement, plutôt que de faire le bilan de ces réalisations dans le gouvernement. Poursuivant, elle ajoute que "le discours du Premier ministre était tellement ennuyeux, que j'ai vu des ambassadeurs baîller et finir par sortir de la salle", déplore-t-elle.

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 24 janvier à 10 h, au Palais de la République.

Entamant sa communication autour du suivi interministériel et territorial renforcé de la campagne de commercialisation agricole, le Chef de l’Etat rappelle au Gouvernement l’importance primordiale qu’il accorde au déroulement optimal de la campagne, à la satisfaction des producteurs et de l’ensemble des acteurs publics et privés concernés.
Ainsi, le Président de la République invite le Premier Ministre à renforcer ce cadre.

Ce soir, à l’accession de son discours de nouvel An, qui est inscrit en coutume dans l’agenda présidentiel, le chef de l’Etat servira du réchauffé. En clair, les grandes lignes de la Déclaration de politique générale du Premier ministre feront la trame de l’adresse à la Nation de Macky Sall. Ainsi, selon les sources de Dakaractu, la question de l’emploi des jeunes sera en vedette, avec une focalisation sur les Bourses pour l’entrepreneuriat rapide. Programme qui a bénéficié d’une dotation, à titre pilote, de 30 milliards de F Cfa dans le budget de 2018. Le président de la République mettra également le curseur sur le taux de croissance qui est projeté à 6,8 % en fin 2017 pour atteindre 6,9% l’an prochain. Cette prouesse lui servira de prétexte pour parler des réalisations du PUMA, de PROMOVILLES et du Pudc.

La question de l’esclavage en Libye s’est invitée aux débats ce mardi, lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre. Ce dernier, qui répondait sur l’interpellation des députés de l’opposition, a, de façon voilée, pointé la responsable des dirigeants africains qui avaient contribué au départ de Khadafi. Lançant certainement une pique à Me Wade, qui s’était rendu, en 2011, en Libye pour demander au guide libyen de partir.

 «Des dirigeants africains ont travaillé pour le départ de Khadafi»

 Le code forestier sera réformée, les peines durcies et une cellule de contact et de veille mise en place, a annoncé, en conférence de presse hier, le ministre de l’environnement et du développement durable, Mame Thierno Dieng. Toutes ces mesures visent à préserver les forêts surtout celles du sud du pays contre les exploitants irréguliers,  selon le ministre. L’exploitation abusive des forêts mérite des mesures dissuasives.         Par conséquent en conférence de presse hier, vendredi 19 janvier,    le ministre de l’environnement et du développement durable, Mame Thierno Dieng a dit que l’Etat compte s’occuper de la question par tous les moyens à sa portée.  Par conséquent, le gouvernement s’est engagé à réformer le code forestier en vue de mieux prendre les sanctions idoines. 

 Presque trois mois, jour pour jour, après sa reconduction à la tête du gouvernement sénégalais à l’issue des dernières élections législatives, Mahammed Boun Abdallah Dionne se présente devant la représentation parlementaire pour décliner sa deuxième déclaration de politique générale. Un discours qui échappera difficilement à l’emprise de certaines questions brûlantes comme la dette jugée trop élevée du Sénégal, le terrorisme, la situation des migrants en Lybie, le débat sur le franc CFA, les dossiers Khalifa Sall et Cheikh Tidiane Gadio. Mahammed Boun Abdallah Dionne devant l’Assemblée nationale pour un Grand oral bis répétita !

Le grand sage chinois Lao Tseu, ce contemporain de Confucius, disait avec raison, au 6ème siècle av. J-C que : "gouverner un grand pays c'est comme cuisiner un petit poisson. Il ne faut pas trop le cuire". C'est certainement dans cette sagesse chinoise plusieurs fois millénaire que le Président Macky Sall est allé puiser sa conviction intime quand il propose, dans un dialogue direct avec le peuple souverain duquel il tire la légitimité de conduire la politique de la nation, sa décision de "changer la république, sans changer de république".