19
Sam, Jan
234 Nouveaux Articles

«Suite à la sortie de la société civile pour parler des limites dans la vérification des parrainages par le Conseil constitutionnel, je crois réellement que les sept sages devraient prendre leurs responsabilités car, leur non-maitrise et leur méconnaissance du logiciel de vérification ont été dévoilées par la société civile. À ce niveau, ce qu’il leur reste à faire est de rendre leur démission. Ils devraient prendre la balle au rebond et démissionner. On parle de l’absence de données sur un logiciel utilisé. Qui a fabriqué le logiciel et quels sont les termes de référence de ce logiciel. Comment est-il paramétré ?

Dans le cours magistral de Mouhamadou Makhtar Cissé sur la croissance et le taux de croissance, le DG de Senelec, faisant l'historique du taux de croissance du Sénégal, a déclaré qu'avec la première phase du Plan Sénégal Emergent (PSE), Macky Sall a lancé un nouveau paradigme de la croissance avec la transformation structurelle de l'économie", avec un taux de croissance qui est passé de 4.4% en 2014 à 7.2% en 2017, avec une prévision de 6.8% en 2018 et une projection à 6.9% en 2019.

A côté de l’Etat et des syndicats d’enseignants pour parler d’un secteur en perpétuel chantier, se sentant quelque peu impuissants, les parents d’élèves, deuxième bailleurs pour le financement du système éducatif, expriment leurs opinions sur les performances ou échecs scolaires.

Le président Macky Sall a présidé le premier Conseil des ministres de l’année 2019 hier, mercredi 02 janvier, au Palais de la République. Occasion pour le chef de l’Etat, en cette veille de présidentielle du 24 février prochain, de donner des instructions au Gouvernement pour la tenue d’une campagne électorale normale et d’une parfaite organisation du scrutin sur l’ensemble du territoire national et à l’étranger, en prenant toutes les dispositions techniques, administratives, logistiques, audiovisuelles et sécuritaires requises. 

Lors du face-à-face avec les journalistes, le président Macky Sall a nié avoir demandé à l’époque, le remplacement d’Ousmane Ngom par un autre ministre de l’intérieur. Dans les réseaux sociaux, les internautes ont fait appel au «var», comme au football, pour sortir les archives sur l’intervention de Macky en 2012. 

Une vive polémique dans les réseaux sociaux.Lors de sa visite à Touba, le Président de la République M. Macky Sall se dirigeait à la Grande mosquée en compagnie du porte-parole du Khlalife général des mourides, Serigne Basse Abdoukhadre, Mor Ngom, le Premier ministre M. Mouhamad Boune Abdallah Dionne, et d’autres membres du gouvernement, des personnes de mauvaise foi ont voulu saisir l’occasion pour mettre en mal le Président avec la communauté mouride. Mais cette vidéo prouve bel et bien que le Président Macky a enlevé ses chaussures avant d’entrer dans la mosquée de Touba . Regardez!

Forte mobilisation des populations du Fouladou pour accueillir le président de la République qui est en tournée économique pour quatre jours dans le Sud du pays. En effet, une impressionnante foule est venue, malgré la forte chaleur, acclamer le président Macky Sall qui s’est rendu à la grande mosquée de Kolda reconstruite totalement avec près de 800 millions de nos francs. Créée en 1922 et devenue grande mosquée de Kolda en 1947, l’infrastructure imposante est aujourd’hui une fierté pour tous les fidèles musulmans. 

 Dans son traditionnel message de fin d’année à la nation, le chef de l’Etat, Macky Sall, a fait le bilan de son septennat à la tête du Sénégal. Dans ce discours du 31 décembre 2018 qui aura duré 30 mn, sans doute un des plus longs depuis son accession à la magistrature suprême, Macky Sall a décliné son ambition pour le Sénégal, en dévoilant un pan de son programme pour son prochain mandat, au cas où il venait à rempiler à l’issue de la présidentielle du 24 février prochain. Sans piper mot sur le contentieux et la tension préélectorale latente. 

PROMESSE D’UNE ELECTION PAISIBLE, LIBRE ET TRANSPARENTE, LE 24 FEVRIER PROCHAIN

A Kolda, le Président de la République a procédé au lancement des travaux de l'espace numérique ouvert (ENO) : un cadre technologique performant dont l'objectif est de faciliter l'accès aux équipements pédagogiques pour les étudiants.

De la relance du tourisme, aux 16.9 milliards de F CFA qui seront investis pour la modernisation du club Med, en passant par la réhabilitation du stade d’Oussouye, la réalisation de 5 km de routes à Oussouye, le chef de l’Etat a entamé, hier jeudi,  sa tournée  économique dans le Sud du pays par une panoplie de promesses. Elles ont été déroulées dans le Kassa, première étape de sa visite en Casamance, où le président Macky Sall a rencontré dans la plus grande «intimité» le roi d’Oussouye dans son palais royal. «Je suis venu connaître l’état exact de vos préoccupations.» C’est en ces termes que le chef de l’Etat, Macky Sall, s’est adressé aux populations du Cap-Skiring, la cité balnéaire, première étape de sa tournée de cinq  jours en Casamance (du 18 au 22 octobre). La fermeture des hôtels évoquée, le président de la République, Macky Sall, de rassurer les populations sur la lancinante question de l’emploi dans l’hôtel. «Nous avons les problèmes d’emplois avec les hôtels, soyez assurer que toutes les mesures sont prises.

Au fur et à mesure que l'on s'approche de la date du 24 février 2019, les masques tombent. On apprend qui est qui, et qui roule pour qui. C’est dans cette optique qu’il faut classer ce soutien à Macky Sall. 

L’ex-patron de l’Ocrtis, Commissaire Cheikhna Keïta pour ne pas le citer, roule pour celui-là même qui l’avait radié suite au scandale de la drogue. Sans tambours ni trompette, l’ami du commissaire Abdoulaye Niang s’est fondu dans le Rassemblement pour la pérennisation du libéralisme (Rappel) de Souleymane Ndéné Ndiaye et consorts.