Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
25
Sam, Mai
114 Nouveaux Articles
mardi, 25 décembre 2018 19:16

Examen de la candidature de Karim Wade par le conseil constitutionnel Oumar sarr étale ses suspicions Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 Oumar Sarr,  le Secrétaire national adjoint du Pds, est formel. Malgré la ferme conviction de son parti que Karim Wade peut valablement briguer les suffrages des Sénégalais lors de la prochaine présidentielle, il ne faudra pas trop compter sur le Conseil Constitutionnel au vu de ce que cette institution a montré lors des dernières élections législatives. Le coordonnateur en second du premier parti de l’opposition qui était l’invité de l’émission Grand Jury de la Radio futurs médias (Rfm) d’hier, dimanche 23 décembre 2018, a tenu à faire d’ailleurs savoir qu’il ne servira à rien de rêver et qu’il faudra surtout se préparer à un combat  éminemment Politique pour imposer la candidature de Karim Wade. Non sans revenir sur la disposition du Pds à bloquer l’organisation de l’élection présidentielle si le fils de Wade n’est pas candidat et sur la problématique du Plan B dans le parti libéral. 

 

«L’Apr a peur de Karim Meïssa Wade et Khalifa Ababacar Sall. Depuis 2012, l’engagement du régime de l’Apr c’est d’éliminer des adversaires. Nous avons déposé les dossiers de candidature sans illusion aucune.  C’est ce Conseil Constitutionnel qui a couvert les fraudes lors des élections législatives. Il ne faut pas attendre grand chose de ce Conseil-là ».

Tels ont été les propos d’Oumar Sarr du Pds qui se prononçait dans le Grand Jury de ce dimanche 22 décembre. Très suspicieux vis-à-vis des «7 sages » devant donner le 19 janvier prochain la liste définitive des candidats retenus pour le présidentielle, Oumar Sarr a fait part de la ferme conviction de son parti que Karim Wade peut valablement briguer les suffrages des Sénégalais, le 24 février 2019. Seulement, a-t-il fait comprendre, il ne faudra pas trop compter sur le Conseil Constitutionnel au vu de ce que cette institution a montré lors des dernières élections législatives.

Pour autant, Oumar Sarr qui a affirmé qu’il ne servira à rien de rêver et qu’il faudra surtout se préparer à un combat  éminemment Politique pour imposer cette candidature. C’est d’ailleurs dans cette optique que les responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui n’en démordent pas dans leur détermination de voir Karim Wade figurer parmi ceux qui se disputeront le suffrage universel, le 24 février prochain,  ont tenu à refuser tout Plan B à cette candidature. Selon le Secrétaire national adjoint du Pds, il n’était donc pas question de trouver une alternative à la candidature de Karim Wade. La raison semble couler d’ailleurs de source pour lui car «dès le moment que vous avez un plan B, en réalité vous avez laissé le plan A». Pour ainsi dire, les libéraux craignaient qu’en se trouvant un plan B, tout le monde se tourne vers ce plan alternatif, au point  de «laisser tomber notre combat principal qui est de faire en sorte que la candidature de Karim Wade soit acceptée», analyse-t-il. Donc, pour Me Wade et compagnie, il est clair que «selon la Constitution et selon la loi, la candidature de Karim Wade doit passer», argue Oumar Sarr.

Quelle serait l’attitude du Pds, si toutefois la candidature de Karim Wade ne passait pas au Conseil constitutionnel ? Sur cette question, le Pds affiche sa position de départ. En effet, Oumar Sarr laisse entendre que le Pds se battra jusqu’au bout. En termes clairs, «il ne doit pas y avoir d’élection, si Karim Wade n’est pas candidat», prévient-t-il. Faisant dans la menace, il a fait savoir qu’ils sont prêts à «bloquer ceux qui veulent détruire le pays». Parce que pour eux, il n’est pas question d’éliminer des candidats parce qu’ils sont gênants pour le régime. Le maire de Dagana n’a pas manqué d’annoncer, par ailleurs, le retour imminent du candidat du Pds. Selon lui, Karim Wade informera, dans les prochains jours, de la date de son retour au Sénégal et qu’il sera bel et bien aux cotés du Pds pour battre campagne.

 

source: http://www.sudonline.sn/oumar-sarr-etale-ses-suspicions_a_42289.html

Lu 25810 fois

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?