20
Mar, Nov
27 Nouveaux Articles
Dans un entretien accordé au journal l’Observateur, l’ancien bras droit de Me Wade, Madické Niang déclare: « J’ai dit à Abdoulaye Wade le jour où la candidature de Karim Wade sera déclarée recevable, je suis prêt à retirer la mienne en discutant sur les conditions. Parce que j’ai des gens d’autres partis qui m’ont rejoint. Donc en ce moment, il faut essayer de voir comment faire de sorte que ceux-là puissent être toujours à nos côtés.

''Ce qui se passe au Pds ne nous surprend pas. C'était prévisible. Nous avions compris depuis 2015 qu'on ne devrait pas participer à un suicide collectif. Et nous l'avions dit en son temps.  Nous avions aussi compris depuis 2015 que si on a une ambition politique, il faut l'avoir en dehors du Pds '' .... Ces mots sont de Modou Diagne Fada, ancien ministre de Wade et ancien responsable politique libéral. 

Le nouveau membre de la mouvance présidentielle était en meeting à Darou Moukhty pour échanger autour du parrainage et de la présidentielle de 2019 lors de laquelle il compte battre campagne pour le candidat Macky Sall qu'il voudra réélire dès le premier tour avec un pourcentage de plus de 80% au moins au Darou Moukhty. 

Sénégal Ousmane Sonko, leader de Pastef/Les Patriotes se dit déçu des six ans du président Sall à la tête du pays. Invité du jour de l’émission Objection de la radio SudFm hier, dimanche 25 mars, le député et opposant au régime de Macky Sall a fait savoir que « le Pse est un programme qui va tout faire sauf le développement économique du Sénégal» avant de nier les performances économiques annoncées par le régime. Le président du parti Pastef, Ousmane Sonko, a craché hier, dimanche 25 mars, sur le bilan des six ans du président Macky Sall à la tête de l’Exécutif. Invité du jour de l’émission Objection de la radio Sud Fm, le leader des Patriotes a indiqué qu’à titre personnel, c’est une «déception» qu’il retient des six années du président Sall à la tête de l’Etat sénégalais.

Mauritanie : Salir la réputation de Biram Dah Abeid est devenue une obsession pour certaines crapules Mauritaniennes qui ruminent le mensonge dans tous les sens. Le mensonge qui tuait hier, nourrit des familles entières aujourd’hui.
 
Démenti saignant aux ragots publiés le 25 septembre 2013 dans la presse qui disait : « Quand Biram Ould Dah son l’INAD-MC défendaient les acquis démocratiques de Ould Taya », article posté sous le pseudonyme Mohamed Ould Boilil qui fait le choux gras de certains menteurs de la toile qui l’ont signé carrément « Birame ould dah ould abeid mettant la date du 15/08/2004 ». Quand on prend l’engagement de publier des articles et opinions sous un pseudonyme, cela n’augure rien de bon ni de sérieux. Cette fameuse déclaration qu’ils attribuent à Biram et IDAD-MC, n’est trouvable que sous des mentaux d’obscures personnages peu fréquentables. L’auteur de l’article commet même une faute dans le titre de son article, il parle (INAD-MC) qui n’existe pas. Une lâcheté humaine pas plus ni moins. Les détracteurs de Biram Dah Abeid resteront à leur fin jusqu’au dernier jour.

1-Guidumakha.com : Bonjour M. le président Gaye TRAORE, présentez vous à nos lecteurs,  présenter également l’ONG ARMEPES-France et Ganbanaaxu Fedde ?

Bonjour  Guidumakha.com , merci de m’avoir donné l’occasion de présenter  notre ONG Armepes –France  et le mouvement  Ganbanaaxu fedde   .Pour répondre  à votre question  rigoureusement , je m’appelle Gaye Traore  autrement  GAYE TENE pour les intimes. Je suis natif de la ville de Sélibaby , cette ville me  tient  particulièrement à cœur et beaucoup de nos cadres du Guidimakha doivent à cette  ville et à ses structures scolaires. Je fais des études en lettres modernes   à la faculté des lettres et sciences humaines de Nouakchott  avant de poursuivre  un Master2 en sciences de l’Education option : « POUVOIRS –DISCOURS ET SOCIÉTÉS  »  à Créteil Université actuel UPEC. Quant à l’ONG ARMEPES-France , elle est  née  à la suite d’un affront -en tout  cas nous l’avons senti  ainsi et il ne peut en être autrement – d’un érudit  de la communauté Soninké basé en ARABIE SAOUDITE qui  a fait  un très long exposé  sur l’esclavage  et celui de la communauté Soninké

La réélection du Président Macky Sall au premier tour en 2019 se réalisera sans difficulté. L’assurance est de Pape Maël Diop, qui a tenu un méga meeting samedi à la Sicap rue 10, en présence de Seydou Guèye, Cheikh Kanté et d’autres responsables apéristes. Le directeur général des Aéroports du sénégal (ADS), soutenu par le GIE farlu liggey, compte sur le réseau des amis de Maël (RAM), pour la réélection de Macky Sall. Devant une foule immense, le responsable de l’APR au point E, s’est réjoui de cette mobilisation. 

Sénégal

 S’il y a une personne qui a été beaucoup citée hier, c’est bien le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye. En terminant son réquisitoire, il a fait allusion à un livre sur les techniques de la plaidoirie et selon lequel l’avocat ne cherche qu’à flatter le tribunal dans son argumentaire. Une comparaison qui n’a pas plu aux avocats qui, à chaque prise de parole, se sont attaqués à cette appréciation du maitre des poursuites. Ala fin presque de son réquisitoire, le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, en référence à un livre sur les techniques de la plaidoirie, a trouvé que ceux qui sont émus à la suite de l’argumentaire d’un avocat doivent comprendre que l’avocat n’est que dans son rôle qui est d’essayer de flatter le tribunal. Un argumentaire fustigé par le bâtonnier Moussa Félix Sow qui, en réponse à Serigne Bassirou Guèye, a dit qu’il n’y a aucune mise en scène dans ce qu’ils font. « Chacun ici fait son travail sérieusement », a-t-il répondu. « La flatterie, un mot dont le procureur a fait référence dans son argumentaire, qualifie les avocats comme de metteurs en scène », en a déduit Me Khassimou Touré qui trouve que les avocats ne sont pas des scénaristes. 

Sénégal

 L’avant dernier jour du procès relatif à la caisse d’avance de la mairie de Dakar a eu lieu hier, jeudi 22 février, à la salle 4 du palais de justice de Dakar. Dans cette ultime phase de la procédure, les avocats de la défense, Borso Pouye et Me Doudou Ndoye, ont apporté les «preuves» qui disculpent leurs clients. Reprenant la parole pour la réplique, l’agent judiciaire de l’Etat, Antoine Félix Diome, et les avocats de l’Etat sont revenus à la charge pour étayer toutes les accusations portées contre les prévenus. 

Celui qui œuvre a droit à un salaire et le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye veut mériter son salaire à la fin du mois. Le travail qu'il accomplit dans le cadre du procès de Khalifa Sall n'est, dit-il, pas un service rendu, mais une obligation, un devoir. Et "quel que soit le verdict", les cartes sont déjà servies et le maître des poursuites affirme qu'il "recevra son salaire sans un centime de moins".

En marge de la grande interview qu’il a accordée à Leral.net, Cheikh Bamba Dièye qui est un Ingénieur des Travaux publics, spécialiste en développement local accuse et dénonce au micro de Leral.net la pénombre, voire le manque d’éclairage qui prévaut dans le service public de l’Autoroute à péage Dakar – Diamniadio. Ce projet, rappelons-le, est la résultante du Partenariat Public-Privé avec le concessionnaire privé, le Groupe EIFFAGE. Le leader de la FSDBJ n’a pas aussi été tendre à la fois avec l’Etat et les populations en ce qui les accidents répétés sur les routes sénégalaises notamment à Porokhane ces deux jours.