Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
22
Ven, Fév
511 Nouveaux Articles

Nos hommes politiques et intellectuels, d’une manière générale, formés à l’école laïque de Jules de Jules Ferry, ont été formatés pour être, consciemment ou non, les continuateurs du colonisateur ; il leur a inculqués de façon indélébile que la religion doit être une affaire strictement privée qu’il convient donc de séparer de la gestion de la cité ; et véritablement, c’est là une erreur gravissime, voire fatale, qui, plus de cinquante ans après notre accession à l’indépendance, continue de compromettre toutes nos velléités d’émergence ou de développement. Oui, du fait de notre option laïque, nous sommes condamnés à un échec infernal (désillusion sur désillusion, et génération après génération) – rançon de notre incrédulité ou de notre hypocrisie ; nous devons donc assumer notre choix qu’aucune espèce de sagesse ne pourrait justifier.

Lors d’une récente émission diffusée sur une chaine de télévision sénégalaise, un agent présenté comme le Chef du service régional du commerce, affirme sans équivoque que la sous-location est une pratique qui existe mais qui n’est pas conforme à la loi. Cette assertion inexacte peut avoir   de graves conséquences pour les locataires sénégalais, d’autant plus que le service en question est chargé de veiller à l’application de la loi portant baisse des loyers.

La sous-location est bien légale au Sénégal, contrairement aux dires du chef du service régional du commerce

Lorsque le journaliste sénégalais Cheikh Yérim SECK a été accusé de viol (injustement, selon nous) puis emprisonné, la clameur populaire s’était largement réjouie de sa condamnation. Non pas parce qu’elle était persuadée de l’existence d’un viol, mais parce qu’elle voulait sanctionner un acte d’adultère. Or, contrairement aux apparences ultra-pieuses qu’on aime bien exhiber au Sénégal, l’adultère y est une réalité souterraine bien répandue. Pour braver les interdits et tromper discrètement leurs conjoints, certaines personnes s’adonnent à des relations sexuelles extraconjugales sur Internet ou par son biais. Ne faudrait-il pas alors sanctionner le cyber-adultère au même titre que l’adultère classique?

A l’évidence, nous sommes entrain de vivre une époque particulièrement difficile, avec une crise multiforme de plus en plus préoccupante et n’épargnant aucun pays ; oui, on est dans l’impasse la plus totale et tenté parfois de se demander si ce monde pourrait être sauvé. Et pourtant, tout n’est pas si sombre, un autre monde plus clément est possible, si on se place dans une perspective religieuse ; en vérité, toutes ces problématiques ont été envisagées par l’Islam ; toutes ces situations ont été prédites par le Prophète (PSL), il y a quatorze siècles :

- Selon Ibn ‘Abbas, le Prophète – sur lui la grâce et  la paix – fit le pèlerinage de l’Adieu, puis empoigna l’anneau fixé à la porte de la Ka’ba et prononça ces mots : « … Parmi les conditions de l’Heure (fin du monde) : on verra les gens négliger la prière, s’abandonner à leurs passions et glorifier les riches ; … l’Islam disparaîtra pour faire place à un pur formalisme ; … le croyant sera plus méprisé qu’une servante, son cœur fondra comme le sel dans l’eau, à cause de tout ce qu’il verra d’illicite sans qu’il n’y puisse rien changer ; … les gouvernants seront débauchés, les ministres crapuleux (ou libertins), les hommes de confiance sans foi ni loi ; ils négligeront la prière et s’abandonneront à leurs passions ; s’il vous est donné de les rencontrer, priez votre prière en son temps[Voilà le remède !!!] ». (Hadith rapporté par Ibn Mardawayhi)

 

 

Après plus de dix ans de négociations, le commissaire attitré de l’UE et les deux présidents des commissions de la Cedeao et de l’Uemoa ont trouvé un consensus en vue de la signature d’un accord de partenariat économique dit APE. Consensus obtenu en moins d’une semaine après quelques mois de négociations discrètes, et d’aucuns d’y voir une performance de la diplomatie sénégalaise ou le “grand leadership” du chef de l’Etat sénégalais chargé de la supervision des négociations par ses pairs. Il y a dix ans, son prédécesseur avait réussi à mobiliser rien moins que la société civile africaine contre l’APE proposé par l’UE et de militer pour un APD, un accord de partenariat pour le développement.

Pr Omar Sankharé: « Macky A Fait Une Grave Erreur En Limogeant Moustapha Cissé Lo »Le limogeage de Moustapha Cissé Lo par Macky sall défraie la chronique. Parmi les gens qui n’approuvent pas cette décision du Président de la République figure Omar Sankharé. Le professeur agrégé en grammaire qui était l’invité de Grand Jury sur la Rfm a condamné l’éviction d’El Pistolero qui selon lui a été d’un grand aide au Président de la République lorsqu’il était dans l’opposition. 

 

 
« Je n’approuve pas le limogeage de Moustapha Cissé lo. lors des moments de braise, c’était lui qui était devant. Macky a commis une erreur il devait discuter avec lui et non se séparer de lui. Il est vrai que Cissé Lo a été maladroit dans sorties, mais Macky devait l’appeler pour discuter avec lui. Macky devait tenir compte du passé. » 

Continuer à mobiliser autant de milliers de disciples et de sympathisants, près d’un siècle après son rappel à Dieu, relève, à l’évidence, d’un très grand prodige ; et très certainement, Serigne Touba, ‘’l’Homme toujours caché derrière son turban’’, n’a pas encore fini de dévoiler toutes ses facettes ; oui, il continue d’étonner et constitue une véritable énigme, même pour nos plus grands oulémas. Il n’est donc guère superflu de s’interroger sur sa véritable dimension. Qui est-il en réalité ? C’est là, certes, une question redoutable, mais que doit obligatoirement se poser tout ouléma ‘’sérieux’’ pour en avoir le cœur net, du fait des incidences inévitables sur ses convictions et donc sur sa propre spiritualité. Ainsi, pour nous édifier, nous solliciterons, comme à l’accoutumée, le Prophète (PSL) à qui Dieu a donné la garantie d’une réponse à toute problématique :

(33) Ils ne t'apporteront aucune parabole (problématique), sans que Nous (Dieu) ne t'apportions la vérité [le Coran] avec la meilleure interprétation [le Hadith].

 

Monsieur le président Macky Sall, le Doyen Makhtar Mbow et son équipe méritent plutôt des félicitations et le respect, que des invectives de vos partisans.

 

Effectivement, le président Amadou Makhtar Mbow, en acceptant  par patriotisme la charge, savait certes, que celle-ci comportait bien des enjeux politiques, que le président avait  sans doute en tête, mais sans le lui dire. Par conséquent, c'était une tâche ingrate avec de gros risques pour lui en cas d'échec ou d’insatisfaction du président Macky Sall. Mais malgré tout, il s'est engagé résolument avec une équipe de confiance, composée de patriotes et experts dans divers domaines.

Nous pensons sincèrement et honnêtement que nous devrions dire un grand merci au président Mbow, pour sa disponibilité pour son pays, son patriotisme incontestable dont il fait montre à chaque fois que son pays le sollicite. A ce niveau, il n’est en rien comparable à nos anciens chefs d'Etat, en ce qui concerne l’attachement à leur patrie. Ceux-là qui, après leur mandat très douillet et qui ont été grassement payés,  n’ont pas cependant manqué, aussitôt après avoir été remerciés par leur peuple pour insuffisance de rendement, de déserter leur pays pour aller vivre confortablement en France. Et  de surcroit,  en nous laissant plusieurs ardoises et difficultés de tous ordres. Ils ne se sont plus préoccupés malgré  tout ce que notre peuple a consenti pour eux dans tous les domaines, de nos souffrances inouïes, dont en grande partie, ils sont les responsables.

Libéré hier, vers les coups de 20h, Barthélémy Dias déclare que ce qui s’est passé à la mairie de Sicap Mermoz-Sacré-Cœur est une opération de « sacrifice humaine qui a mal tourné ». Et que Me Wade en serait le commanditaire. Il a ensuite présenté ses condoléances à la famille du défunt, après avoir regretté ce qui s’est passé. Barthélémy Dias bénéficie désormais d’une liberté provisoire et a affirmé sa volonté de se mettre à la disposition de la justice pour les besoins de l’enquête.