Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
17
Sam, Aoû
92 Nouveaux Articles

 

Depuis 1964, plus précisément depuis l’entrée en vigueur de la « loi 64-46 du 17 Juin 1964 relative au domaine nationale », les terres sénégalaises sont soumises, quant à leur appropriation, à deux régimes juridiques totalement distincts, voire diamétralement opposés : les terres soumises au régime de l’immatriculation et celles dépendantes du domaine national.

Les terres soumises au régime de l’immatriculation sont des terres dites terres immatriculées et constituent aujourd’hui des patrimoines privés appartenant en pleine propriété à des personnes publiques ou privées.

Il y a 10 ans, au 1er janvier 2008, rentrait en vigueur la Zone de Libre Echange (ZLE) entre la Tunisie et l’Union Européenne. En application de l’Accord d’Association de 1995, la suppression des droits de douane sur tous les produits manufacturiers européens entrant en Tunisie était achevée.

Il est aujourd’hui primordial de connaitre les conséquences de cette politique sur le pays. Aucune évaluation complète de l’Accord d’Association n’a été réalisée à ce jour. Nous demandons donc une évaluation indépendante et approfondie, commandée par l’Etat tunisien, sur les conséquences pour les tunisiens de l’Accord d’Association avec l’UE. Et ce par rapport aux objectifs qu’il s’était fixés, en termes de conséquences pour les droits économiques, sociaux et environnementaux, et en prenant en compte les inégalités sociales et territoriales.

La démocratie n’est pas un système politique parfait, cependant, elle est le système politique le moins mauvais d’entre tous les systèmes politiques mis en œuvre par les hommes et les femmes dans le monde, jusqu’à maintenant. Toutefois, la démocratie, en tant que système politique qui exclue l’enquête de moralité et le contrôle à priori de la santé mentale des candidats à une présidentielle, ne peut empêcher un fou d’arriver au pouvoir.
L’exercice de la démocratie a permis à Donald Trump, un fou dangereux, pour la paix dans le monde, de devenir Président des Etats Unis d’Amérique. Les bonnes feuilles extraites de l’ouvrage explosif de Michael Wolff, « Fire and Fury: Inside the Trump White House » mettent en exergue l’instabilité mentale du Président Donald Trump, raillé par ses propres collaborateurs.

Oh là là !  C’est arrivé encore. Apres une longue accalmie. A la surprise générale. Treize jeunes casamançais, à la fleur de l’âge sont emportés, ce 06 janvier 2018, par la grande faucheuse dans des circonstances atroces dans la forêt de Borofaye située dans l’arrondissement de Naguiss, Département de Ziguinchor.

Un évènement dramatique de plus en Casamance, qui vient s’ajouter à une longue liste de massacres perpétrés contre les populations civiles et non armées par des bandes armées supposées appartenir au Mouvement des Forces démocratique de la Casamance (MFDC). En 2001, treize chauffeurs et apprentis sont tués de la même façon par des hommes armés à Niahoump dans le département de Sédhiou. Quelques temps après sept personnes sont massacrées suivant le même modus opérandi à Bélaye, à une vingtaine de kilomètres de Bignona dans la région de Ziguinchor.

L’attaque dans la forêt de Bofa en Casamance, ayant entrainé la mort de quatorze jeunes sauvagement assassinés, a suscité l’indignation de toutes les composantes de la nation sénégalaise. Ainsi, on a noté  plusieurs réactions dans les médias. Cependant, celle du Grand Sérigne de Dakar M. Abdoulaye Makthar Diop, et celle de M. Luc Sarr Conseiller politique du Président de la république ont particulièrement retenu mon attention du fait de leur statut respectif et de leurs propos bulldozers.

Réagissant à la sortie médiatique des cadres casamançais, M. Abdoulaye  Makthar Diop Grand Sérigne de Dakar dit : « Ceux qui ont parlé m’ont poussé à me demander si ces derniers ne sont pas des plénipotentiaires des rebelles. Comment peut-on excuser ce crime sous le prétexte que ces jeunes sont allés couper du bois. Ceux qui détruisent les forêts en Casamance ont de scieries, des camions bennes. Ce ne sont pas de pauvres étudiants qui ramassent de brindilles et des fagots qui détruisent la foret »

La ville de Pikine est l’une des villes les plus peuplées du Sénégal. Avec une  population  de  941 245 en 2011, elle est  située à l'arrivée de l'autoroute Thiès-Dakar à 15 minutes de voiture du centre-ville de Dakar. La construction de cette autoroute a contribué sans nul doute à l’améliorer la mobilité inter–urbaine Dakar- Diamniado mais  avec un obstacle  de taille noté  pour le déplacement  des populations de Pikine et envions avec la construction de deux « arrêts à péage » à l’entrée et à la sortie de Pikine.

Le Sénégalais est-il un peuple qui se nourrit d’illusions et de fantasmes ? C’est la question qu’inspirent nos comportements dans tous les domaines de la vie sociale. Jamais sevrés d’illusions, les Sénégalais n’aiment pas qu’on les réveille de leur vie onirique. Ainsi dans la religion, dans la politique comme dans le travail, la réalité est abolie pour faire place à l’univers sans contrainte du rêve. Dans un pays où des gens peuvent se vanter d’avoir comme activité « toog mouy dox » (être riche sans jamais rien entreprendre), le travail est une servitude et le civisme, une aberration. Dieu fait toujours bien les choses : car si la religion musulmane était née au Sénégal, le génie de notre roublardise l’aurait complétement vidée de sa substance humaniste, pour en faire un instrument de damnation des hommes. 

Si nous négligeons le moment présent, il hantera plus tard notre esprit! « Le charme» du Sénégal qui offre la singularité d’avoir entrepris, assez tôt et bien avant d’autres États africains, de libéraliser et de renouveler en profondeur sa vie politique et la nature même de l’État, est par la suite étouffé par de multiples faillites. D’abord une faillite des fondements, des principes et des serviteurs de l’État, ensuite une faillite des politiques et des programmes de développement mis en œuvre et enfin une faillite des valeurs communes et des rêves d’un lendemain meilleur.

H & M : H pour le Blanc (l’Humain) ; M pour le Noir (Macaco le singe). Le petit Blanc est un expert de la survie. Le petit Noir est un singe, qui a le mérite d’être le plus cool de la jungle. Voilà à quoi renvoie une publicité de vêtements faite par l’enseigne H & M. C’est ahurissant ! Mais au-delà de cette pitoyable publicité, dans l’inconscient de beaucoup d’occidentaux le Noir est perçu comme un singe plus évolué que ceux de la jungle ou des zoos.

« Le motif le plus important du travail à l'école, à l'université, dans la vie, est le plaisir de travailler et d'obtenir, de ce fait, des résultats qui serviront à la communauté[1]

Seul le travail continue fait, sur la base et dans les règles de l’art, peut insuffler et assurer un résultat utile aux populations et aboutir au développement global  d’un pays. Cette affirmation est, tout évident, sans équivoque et valable partout et pour toujours ! Le président de la République en déclarant avec une satisfaction non dissimulée, dans son message à la nation que : « Suivant la feuille de route que je lui ai assignée, le gouvernement, toujours à votre écoute et à votre service, restera dans le temps utile ; le temps du travail ; le temps de l’action et du résultat. »

Les ébats sexuels d’un homme politique avec sa maîtresse sont postés sur Facebook. La vidéo pornographique faite par une journaliste à son amoureux est publiée sur Whatsapp. Un lâche clone votre Whatsapp pour y publier des images ou des conversations obscènes. Un malfaiteur poste sur votre Facebook ou d’autres réseaux des commentaires, des photos ou des vidéos dans le but de nuire à votre réputation. Nul n’est à l’abri !  Si ça vous arrive, que ce soit le fait de votre adversaire politique, de votre concurrent professionnel, de votre collègue, de votre conjoint cocu, de votre coépouse, de votre Ex, ou simplement d’un pitoyable envieux, ne vous laissez pas faire.  Vous avez des moyens légaux de vous défendre et de le faire condamner.

Ainsi qu’en a fixé la règle de toute Éternité Le Créateur de l’Univers, Allah Soubhanahou Wa Taala, « toute âme goûtera à la mort. » 

Le rappel à Dieu du Khalife Cheikh Sidy Mokhtar MBACKE, en raison de la dimension particulière de l’homme, est une occasion unique de méditer sur son passage parmi nous. Le temps d’en décoder quelques signaux, pour mieux vivre ensemble le restant de nos tranches d’existence. 

Exploitation du zircon en Casamance : l’ex-député Abdou Sané interpelle le chef de l’Etat sur un conflit d’intérêt à l’avantage du promoteur

Abdou Sané, géographe environnementaliste, ancien député, conseiller départemental de Ziguinchor et membre du Comité de lutte contre le projet d’exploitation du zircon dans le Niafrang en Casamance, à travers la lettre que voici, attire l’attention du président de la République sur des faits graves relatives à ladite exploitation. Il dénonce un conflit d’intérêt, à l’avantage du promoteur et au détriment des populations riveraines qui ne croient pas aux conclusions de l’étude d’impact environnemental. M. Sané, qui n’y va pas du dos de la cuillère pour parler d’escroquerie et d’arnaque, souhaite l’arbitrage de Macky Sall.