26
Sam, Mai
48 Nouveaux Articles

CULTURE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 Dans le cadre de la célébration des 30 ans d’existence du hip hop Galsen, Une Nuit du Rap a été organisée samedi dernier, 10 février à l’Institut français de Dakar. A cette occasion, les rappeurs ont gratifié le public de leur savoir-faire. Le directeur de la structure Africulturban, Matador en a profité pour appeler à plus de soutien au hip hop. Ce, après avoir salué  l’évolution du mouvement. L’ambiance était bon enfant avant-hier, samedi 10 février à l’Institut français de Dakar. En plus des ténors du rap sénégalais tels que Matador, Keur Gui etc., d’autres groupes de rap ont mis le feu sur le podium.

culture

 Dans le cadre de la célébration des 30 ans d’existence du hip hop Galsen, Une Nuit du Rap a été organisée samedi dernier, 10 février à l’Institut français de Dakar. A cette occasion, les rappeurs ont gratifié le public de leur savoir-faire. Le directeur de la structure Africulturban, Matador en a profité pour appeler à plus de soutien au hip hop. Ce, après avoir salué  l’évolution du mouvement. L’ambiance était bon enfant avant-hier, samedi 10 février à l’Institut français de Dakar. En plus des ténors du rap sénégalais tels que Matador, Keur Gui etc., d’autres groupes de rap ont mis le feu sur le podium.

Un tel spectacle dénommé la Nuit du Rap n’a pas eu lieu depuis « très longtemps » à en croire le directeur de la structure Africulturban, Matador. Organisée dans le cadre de la célébration des 30 ans d’existence du hip hop Galsen (1988-2018), la Nuit du Rap est un moment de souvenir des meilleurs moments du rap Galsen.

«La Nuit du rap, ça fait partie des premiers évènements que le hip hop a eu à organiser et ça a disparu  depuis longtemps. On compte revenir sur toutes ces choses pour pouvoir expliquer à la nouvelle génération ce qu’on a eu à faire comme activités durant ces 30 ans d’existence », a déclaré Matador.
 
Poursuivant son propos, le rappeur a fait savoir que le hip hop Galsen a beaucoup évolué. De la scène politique à travers le « renversement de régime », à la création d’entreprises ou de structures, Matador a une vision positive du rap. Toutefois, le directeur de la structure Africulturban n’a pas manqué de souligner les difficultés que traverse l’art en général au Sénégal. « Au Sénégal, la façon dont les gens comprennent la culture ne nous permet pas de pouvoir créer une économie pour faire vivre les acteurs de ce qu’ils font », déplore l’artiste. Et de poursuivre, « rien que les droits d’auteur, si ça a été respecté, les artistes devront pouvoir vivre de ce qu’ils font comme activités artistiques mais ce n’est pas  possible et de  ce côté, on doit encore travailler pour vraiment avoir une économie qui permettra aux acteurs de vivre de leur art ». Même si le rappeur salue la mise en place du Fonds pour le développement des cultures urbaines (300 millions) par le Chef de l’Etat, il le juge «peu» et appelle l’Etat à redoubler d’effort.
 
Parlant de la nouvelle génération du hip hop Galsen, Matador reste très opportuniste quant à leur réussite. « Je vois que nous, ce qu’on n’a pas pu gagner avec le rap, eux (les jeunes rappeurs), ils ont tout pour réussir ça. Il faut qu’ils croient en eux », a fait savoir Matador. Et sur l’envol de ces acteurs, des « concours et des actions sont mis en place » par exemple, l’édition 5 de Flow Up pour un trophée de 5 millions pour le vainqueur qui a été lancée. Il faut rappeler que durant toute l’année 2018, différentes activités vont être organisées dans le cadre de la célébration des 30 ans d’existence du hip hop Galsen.

source:http://www.sudonline.sn/matador-demande-davantage-le-soutien-de-l-etat_a_38311.html

Ajouter un Commentaire

 Savoir communiquer positivement avec les autres !

Pas d’insultes, ni d’injures ou de paroles à caractère raciste ou antisémite. Cette partie du site est réservée aux personnes majeures ( 18 ans révolus).


Code de sécurité
Rafraîchir