21
Lun, Mai
64 Nouveaux Articles

CULTURE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le Collège d’architecture de Dakar accueille depuis hier, vendredi 4 mai, jour du vernissage, une exposition dénommée « Architectures en terre d’aujourd’hui ». Ce sont 40 projets finalistes du concours Terra Award de 2016, constitués de bâtiments construits en terre crue, qu’on a à découvrir jusqu’au 18 mai prochain. Une Ecole de couture au Niger, un Campus du Secmol en Inde, une maison pour des bergers en Australie occidentale, un Centre communautaire au Vietnam, autant de photographies que l’on retrouve à l’exposition « Architecture en terre d’aujourd’hui » dont le vernissage a eu lieu hier, vendredi 4 avril, au Collège d’architecture de Dakar. Il s’agit de 40 projets finalistes sélectionnés parmi 357 projets venant d’architectes du monde entier que l’on a à découvrir jusqu’au 18 mai prochain. 


 
A travers des bâtiments construits avec des briques de terre crue, l’exposition regroupe des photos issues du concours Terra Award qui s’est déroulé en 2016. Ces projets architecturaux renouent avec la tradition de briques en terre crue pour revaloriser un « matériau local et adapté ». 
 
Selon la commissaire de l’exposition, Madiana Hazoume, l’exposition a pour but de « montrer qu’on peut construire en terre de manière moderne aussi bien petit que grand ». A l’en croire, c’est aussi dire que « ce matériau est écologique et donne un très bon confort et quand on est à l’intérieur d’un bâtiment en terre, on se sent bien, la chaleur est atténuée ». 
 
Dans le même ordre d’idée, le directeur du Collège d’architecture de Dakar, Mouhamadou Naby Kane dira : « l’architecture constitue un élément important qui contrôle et gère les espaces de vie et il est important de voir comment est-ce que l’architecture évolue, de voir les innovations techniques et technologiques en terme d’architecture ». 
 
En ce temps de  Biennale Dak’Art, il s’agit surtout de « mieux découvrir l’architecture car les gens sont plus fixés sur les arts en général alors que l’architecture est la reine des arts mais il est pratiquement mis  que quand on parle de la Biennale », a-t-il ajouté. 
 
A en croire Mouhamadou Naby Kane, « il faut que les architectes interviennent dans leur créativité pour revaloriser ce matériau qui est traditionnel mais qui peut être utilisé dans des architectures modernes d’autant plus que la terre est plus adaptée à notre environnement, notre climat». 
 
En effet, les photographies exposées sont aussi collectionnées dans un livre. Madiana Hazoume en a profité pour revenir sur le lancement de Terra Awards Sahel avec des projets de la région du Sahel. Sur ce, elle  invite tous les architectes qui font des projets en terre dans les pays du Sahel à postuler.

source:http://www.sudonline.sn/le-souci-de-revaloriser-la-terre-crue_a_39432.html

Ajouter un Commentaire

 Savoir communiquer positivement avec les autres !

Pas d’insultes, ni d’injures ou de paroles à caractère raciste ou antisémite. Cette partie du site est réservée aux personnes majeures ( 18 ans révolus).


Code de sécurité
Rafraîchir