21
Dim, Oct
53 Nouveaux Articles

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Même s'il est encore dans les clous, par rapport aux critères de convergence de l'Uemoa en la matière (70%), le Sénégal présente un taux d'endettement (un peu plus de 60%) préoccupant. Lequel est nettement au-dessus de la moyenne dans la Zone (49%). "Donc, par rapport aux autres pays de l'Uemoa qui vivent comme nous, on est trop endetté."

Ce constat est de l'ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, président de l'Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act, opposition), qui s'est exprimé sur le sujet dans un long entretien accordé à Wal fadjri. Il démonte ainsi l'affirmation du chef de l'État selon laquelle le Sénégal, contrairement à l'avis de nombreux opposants dont Wade, ne ploie pas sous le poids de la dette.

 

"Un endettement reste un endettement"
Pour Abdoul Mbaye, Macky Sall "a amoindri (le niveau de la dette du Sénégal) à dessein, en utilisant des critères non pertinents". L'ancien chef du gouvernement explique : "D'abord, il s'est contenté d'apprécier l'endettement extérieur. Ensuite, il a évalué l'endettement extérieur en le mettant en rapport avec les exportations des biens et services. D'où l'erreur."

Selon l'économiste est ancien banquier, un endettement reste un endettement, "qu'il soit extérieur ou intérieur", il "pèse sur le budget de l'État" de toutes les façons. En plus, signale Abdoul Mbaye, "l'endettement extérieur, mis en rapport avec les exportations des biens et services chez nous, ça n'a pas de sens".

Il développe : "C'est vrai, quand vous remboursez une dette extérieure, vous utilisez des devises et quand vous exportez, vous gagnez des devises. Donc, on peut considérer qu'il y a un rapport possible. Mais comme le Sénégal importe une fois et demie plus qu'il exporte, ça n'a pas de sens. Puisqu'en aide, il n'y a pas de devises."

Double peine
Par ailleurs, Abdoul Mbaye regrette que le gouvernement bombe le torse en soulignant que le niveau de la dette du Sénégal est au-dessous des critères de convergence. Il signale d'abord que le taux va passer à 61% en 2018 avant d'avertir : "On a de la marge, mais si on va aller à 70%, on va cogner le mur. Il faut savoir qu'aussi au sein de l'Union européenne, le critère de convergence, c'est 60%. Donc, on ne peut pas dire que nous ne sommes pas assez endettés."

D'autant que, martèle le leader de l'Act, "quand vous acceptez de prendre en compte l'endettement extérieur comme il (Macky Sall) le fait dans son argumentaire, on est cette fois le pays de l'Uemoa le plus endetté". "Cette fois on est plus endetté que le Togo. Et le service de la dette est en train de croître, pointe Abdoul Mbaye. Il était de 24% en 2014, il est projeté à 30% en 2017, il va croître."

Conséquence de ce niveau d'endettement ? "Ce sont les générations futures qui auront des problèmes pour payer cette dette, relève l'ancien Premier ministre. Mais il y a l'immédiateté des problèmes pour payer les entreprises sénégalaises qui sont porteuses de créances pour l'État." La double peine, en fait.

 

Auteur: Seneweb news - Seneweb.com

 

source:http://www.seneweb.com/news/Politique/abdoul-mbaye-quot-l-erreur-de-calcul-de-_n_235624.html

Ajouter un Commentaire

 Savoir communiquer positivement avec les autres !

Pas d’insultes, ni d’injures ou de paroles à caractère raciste ou antisémite. Cette partie du site est réservée aux personnes majeures ( 18 ans révolus).


Code de sécurité
Rafraîchir