16
Ven, Nov
54 Nouveaux Articles

Venu assister à la cérémonie officielle du Grand « Magal » de Touba, l’honorable député, Moustapha Cissé Lô a pris, hier le contre-pied de tout le monde. En effet à peine le Khalife général des « Mourides » a-t-il invité les acteurs politiques à pacifier l’espace politique et à s’abstenir de prononcer des discours de nature à faire tressaillir plus d’un, le premier Vice-président de l’Assemblée nationale a foulé au pied ce « ndiguel » de confrérie.

« On m’a élu député, 4 fois, Président de Chambre de Commerce, pendant 13 ans, on a saccagé des urnes et combattu avant d’en arriver là. Ainsi, je veux qu’on se dise la vérité car partout dans le monde, il y aura des violences en période électorale et nul ne peut les empêcher, parce que nous convoitons des choses mondaines ».

Ousmane Sonko s’en est encore pris comme il en a désormais l’habitude, à Mamour Diallo. Il l’a attaqué lors du lancement de son livre à la Place de la Nation (ex-Obélisque). Ce mardi aussi, il l’a refait lors de sa conférence de presse. Parlant de la fusillade, Ousmane Sonko a déclaré qu’il a personnellement saisi le Procureur de la République et l’Inspection générale d’Etat (Ige) sans avoir de réaction et que c’est seul l’Ofnac qui a donné suite à sa requête sur «une grave affaire de détournement qui concerne Mamour Diallo, Inspecteur des Impôts et Domaines et membre de l’Apr…»

En recevant le maire des Parcelles Assainies, Moussa Sy, accompagné d’une délégation de 400 personnes, hier au Palais, le Président Macky Sall a exprimé toute sa satisfaction de voir ce dernier à ses côtés. 

«Dakar est dans la poche, parce que j’ai pêché le plus gros poisson de Dakar. Si je dis ça, c’est parce que de tous ceux qui m’ont rejoint, la venue de Moussa Sy a fait le plus de tollé », a-t-il dit. 

Très décontracté, selon « Les Echos » qui rapporte ses propos, le Président Sall est parti avec d’autres révélations sur l’ex-khalifiste, devenu son nouvel allié. «J’ai toujours taquiné Amadou Bâ et Mbaye Ndiaye en leur disant qu’ils ne peuvent pas battre Moussa Sy aux Parcelles Assainies, encore moins l’emmener à mes côtés », rappelle-t-il. 

Et d’ajouter : « Moussa Sy et moi, nous nous sommes battus à deux reprises mais il y a toujours eu match nul. Lors du référendum, nous avons obtenu plus de 15.000 voix avec le Oui mais Moussa Sy aussi a eu plus de 15.000 voix avec le Non. Aux législatives aussi, Nous avions eu le même score c’est à dire plus de 18.000 voix. Si deux lutteurs qui font toujours match nul se mettent ensemble, ils deviennent imbattables". 

"Moussa Sy a toujours été une équation pour la coalition Benno Bokk Yakaar parce qu’il s’est implanté comme un leader incontournable dans la commune des Parcelles Assainies. La preuve, c’est cette belle mobilisation qu’il nous a amenée aujourd’hui", soutient le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye, également présent à la rencontre. 

Une phrase qui fera réagir Macky Sall : "donc je peux dormir tranquille puisqu’il est là maintenant."

 

source:https://www.leral.net/Macky-Sall-J-ai-peche-le-plus-gros-poisson-de-Dakar-je-peux-dormir-tranquille_a235390.html

Bokk Gis Gis va attaquer la désignation de Yaye Fatma Diop comme 8e vice-présidente de l’Assemblée nationale. « Nous allons avec le groupe parlementaire "Liberté et Démocratie", consulter nos avocats et faire un recours en annulation par rapport à cette forfaiture orchestrée  par le président Moustapha Niasse et sa bande », a déclaré Moussa Diakhaté de Bokk Gis Gis sur Walf Fm. 

Les dames de compagnie ont encore repris du service. Toujours en mission commandée pour des sinécures, elles se  servent encore et sans vergogne d'une image du président Idrissa Seck le Coran en main pour en faire les choux de leurs Unes en versant dans la calomnie, le colportage et la médisance comme elles savent le faire. 
  
 Pitié à ces travestis qui font honte à cette noble corporation dont la quintessence n'est rien d'autre qu'informer juste et vrai.  Une certaine presse qui ne fait que dans le dilatoire. 
  
 ‎Pondre un article sur un honnête citoyen sans aller à la source ou en avoir la moindre preuve de ses allégations ça ne se passe qu'à Ndoumbelaan où "Tout ce qui plaît à son excellence, Dieu le veut ". 

Suite aux initiatives prises par divers médiateurs pour trouver une issue heureuse à la crise scolaire, le fil du dialogue a été renoué entre le gouvernement du Sénégal et les syndicats du G 6.  

Les discussions engagées ont permis de rapprocher les positions des deux parties sur les principaux points d’achoppement portant notamment sur l’indemnité de logement et le système de rémunération dans la fonction publique.  

Au terme des échanges qui ont eu lieu dans la journée du vendredi 27 avril 2018, le Président de la République a accédé à leurs requêtes. Ainsi a-t-il été décidé de procéder à l’augmentation substantielle de l’indemnité de logement des enseignants en attendant que les travaux sur le nouveau système de rémunération prévus dès la 2e quinzaine du mois de juin 2018, prennent en charge la question de l’alignement et la correction des iniquités.  

 A la suite de protestations publiques de la direction de la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS) déniant à la Télévision Futurs Médias (TFM) toute possibilité de retransmission de la Coupe du monde, arguant détenir l’exclusivité des droits de diffusion des matches de la  Compétition, le CNRA s’est autosaisi pour connaître du différend entre les deux éditeurs, indique un document parvenu à notre rédaction hier, vendredi 17 août. L’organe de régulation a ainsi relevé plusieurs manquements et violations des règles de la part d’Econet et de Tfm. 

 Dakar a abrité hier, vendredi 22 juin, la 3e édition de la conférence internationale Africa Convergence portant sur le thème : « Attractivité, transformation et émergence : le trio gagnant de l’exécution stratégique ». Présentant une communication lors des panels, le philosophe Souleymane Bachir Diagne, professeur à l’université de Columbia, a invité les Etats  africains à relever le défi de la stabilité pour être un espace attractif pour les investisseurs. «Les investissements détestent les incertitudes. Il y a de l’incertitude inhérente aux affaires mais les incertitudes qui seraient liées à des changements politiques effrayent l’investissement.

Condamné le 30 mars dernier à cinq ans de prison par le juge Malick Lamotte dans le cadre de la Caisse d’avance de la Ville de Dakar, Khalifa Sall est désemparé. C’est le moins que l’on puisse dire après les révélations chargées d’émotion de Me Issa Diop dans sa plaidoirie dans cette affaire d’outrage à magistrat contre Barthélémy Dias. 

 Dans le débat politico-judiciaire qui anime la sphère politique depuis un certain moment, le Secrétariat exécutif national de l’Alliance pour la République (Apr) a fait face à la presse hier, vendredi 13 juillet, pour «déconstruire l’amalgame savamment orchestré par un personnel politique en panne de projet». De l’avis du porte-parole du parti présidentiel, Seydou Guèye, la Cour de justice de la Cedeao a infligé un «camouflet» aux avocats du député-maire, Khalifa Sall. Il n’a pas manqué de préciser, dans l’affaire Karim Wade, que ce n’est pas le président qui valide les inscriptions, encore moins les candidatures.  

Ndoye Bane avec son franc parler légendaire a tenu à dénoncer l'utilisation médiatique de Fallou, le "Mongol". ce dernier est atteint de la trisomie 21 (ou syndrome de Down), qui est une anomalie chromosomique congénitale provoquée par la présence d'un chromosome surnuméraire pour la 21e paire.

Les images qui ont circulé, hier, sur la toile et reprises par certaines chaînes de télévision Sénégalaises parlent d'elles-mêmes. L'on voit Barhélémy Dias conduit manu militari vers un véhicule banalisé par des éléments du Gign. Juste derrière lui, c'est Serigne Diagne, directeur de publication de Dakaractu qui le suit, et qui sera à son tour arrêté. D'ailleurs, son jeune frère et le responsable du matériel roulant subiront le même sort.
Le maire de Mermoz/Sacré-Cœur venait de prendre part à une émission organisée par la rédaction de Dakaractu pour débattre autour du verdict d'emprisonnement de 5 ans prononcé contre Khalifa Ababacar Sall.