Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
20
Jeu, Fév
48 Nouveaux Articles

Dialyse au Sénégal cacophonie autour du prix

SANTÉ & ENVIRONNEMENT
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 La sortie du président des hémodialysés du Sénégal continue de nourrir des débats au sein de l’opinion publique. Si Hamidou Diallo parle de «magouille» dans l’acquisition des kits de dialyse qui revient à l’Etat à 40 000 francs CFA, contrairement à d’autres pays où, il est moins cher, la tutelle soutient qu’il s’agit «d’un mauvais procès».

Sud quotidien a essayé d’apporter des éléments de réponses. 2000 personnes en situation de dialyse sont dénombrées au Sénégal. Mais, seuls 750 malades sont pris gratuitement en charge dans le public. Le reste, obligé d’aller voir dans le privé, peine pour se prendre en charge à cause du coût très élevé de la dialyse qui varie de 65 à 80 000 F CFA, d’une structure à une autre.  Au Sénégal, le président des hémodialysés a fait, la semaine dernière, une sortie  dans la presse jugeant le coût de la dialyse très cher au Sénégal; allant jusqu’à faire la comparaison avec d’autres pays.  La Côte d’Ivoire est citée ainsi, en exemple par M. Diallo dans la vidéo.
 
Seulement, dans son argumentaire, ce n’est pas le kit qui est à 2000 F CFA mais plutôt la séance de dialyse dans le public. Selon nos confrères du journal «Abidjan»: «la séance de dialyse dans le public est actuellement  de 1750 FCFA dans le public contre 2500 de 1990 à 2010».  M. Diallo rencontré chez lui, déclare s’être trompé sur cette affaire. Seulement, il maintient: «qu’il y a magouille dans l’acquisition des kits de dialyse qui revient à l’Etat à 40.000 F CFA». Toujours en Côte d’Ivoire, nos confrères avancent: «si le coût de la dialyse est moins cher, celui de l’ordonnance  reste encore coûteux. Il varie entre 80 000 et 100 000». Au Sénégal, la dialyse est gratuite dans les établissements de santé publique, contrairement en Côte d’ Ivoire où, elle est subventionnée.  «Le Sénégal a pris l’option de rendre la dialyse gratuite dans l’ensemble des établissements publics de santé», a déclaré le ministre de la santé Abdoulaye Diouf Sarr. Toutefois, le nombre de places reste très limité.
 
Dans certains cas de figure, il peut y arriver que le patient débourse pour se faire soigner. Une somme qui peut aller de 4000 à 8000 FCFA. «La séance est gratuite dans le public. Mais, il peut arriver, avec les épisodes de rupture, que le soignant demande une somme au patient pour acheter un élément manquant du kit, afin de pouvoir faire la dialyse. La somme peut dépasser 4000 FCFA»,  a avancé un patient. Et de poursuivre: «on ne peut pas prévoir ce qui doit arriver».  L’Héparine est souvent considérée comme l’élément manquant du kit qu’il faudra acheter.  Si certaines personnes avancent la somme de 4000 ou de 8000 pour une séance de dialyse au Sénégal, cette situation renvoie à des épisodes de ruptures où le malade doit contribuer pour se prendre en charge à défaut d’attendre. Condition qui peut lui être fatale.
 
LA DIALYSE DANS LE PRIVE
 
La majorité des hémodialysés se trouve dans le privé, même si l’Etat subventionne la séance en donnant le kit au privé, le prix reste très élevé au Sénégal et varie entre 45 000 et 80 000 d’une structure à une autre. Ce que beaucoup de patients ne comprennent pas, c’est la précision du ministre de la santé soutenant que : «dans les structures privées qui sont subventionnées, il n’y a que la prestation qui est payée, mais le kit est gratuit. Donc, la dialyse n’est pas chère au Sénégal». Répondant ainsi à Hamidou Diallo qui avait soutenu que les malades souffrant d’hémodialyse paient la somme de 65.000 F Cfa la séance, 195.000 F Cfa la semaine et 840.000 F Cfa le mois pour la dialyse.  Une information confirmée par plusieurs patients. «La séance devait revenir à 20 000 après subvention. L’Etat est au courant du coût élevé de la séance dans le privé mais reste les bras croisés», a dénoncé Saliou Diagne. Et de poursuivre : «il y a des gens qui arrêtent les séances faute de moyens. C’est un calvaire pour la personne qui doit faire la dialyse trois fois dans la semaine».
 
En Côte d’Ivoire, dans le privé, le coût de la dialyse varie entre 60 000 à 150 000, selon nos confrères du journal «Abidjan».  Seulement les médicaments peuvent aussi varier, allant  de 80  à 100 000. Le professeur Gnionsahé Dazé Apollinaire, chef du service public d’hémodialyse de la Côte d’Ivoire, a déclaré dans le ledit journal : «L’Etat fait beaucoup pour les malades du rein. Avec les premières greffes de reins réalisées en 2012, nous sommes à 10 transplantations par an. Certes le coût est élevé, mais, c’est une avancée notable».
 
PRIX DU KIT DE LA DIALYSE
 
Au Sénégal comme en Côte d’Ivoire, le Kit de la dialyse est à 40 000. Selon le professeur Gnionsahé Dazé Apollinaire de la Côte d’Ivoire, à  côté de la séance de dialyse qui est subventionnée, il y a le prix du kit de dialyse qui a aussi baissé. Au lieu de payer environ 100 000 francs Cfa, les patients payent 40 000 francs. Au Sénégal, la directrice de la pharmacie nationale Annette Seck Ndiaye  a renseigné : «le prix d’acquisition des kits, après évaluation technique des offres et attribution des marchés, varie entre 26 315 fcfa minimum et 38 800 F Cfa maximum hors taxe».
 
BROUILLE ENTRE LE MINISTRE  ABDOULAYE DIOUF SARR ET  LE PRESIDENT DES HEMODIALYSES
 
Après la publication de la vidéo du président des hémodialysés du Sénégal, Hamidou Diallo sur la cherté de la dialyse au Sénégal et du scandale de 4 milliards dans l’appel d’offres sur l’acquisition des kits de dialyse, le ministre de la santé et de l’action, Abdoulaye Diouf Sarr a accusé ce dernier de faire du chantage «déguisé» suite au refus de sa demande d'installer un centre de dialyse dans sa maison.   Hamidou Diallo rencontrait chez lui, n’en dément pas cette demande.
 
Selon lui, il détient quatre générateurs et avait introduit une demande d’ouvrir un centre chez lui. « Le ministre m’a dit qu’il allait envoyer une équipe pour venir voir la faisabilité du projet et il l’a jamais fait. Les machines sont toujours là». Et de poursuivre : «après  le don de l’Arabie Saoudite de 5mille kit  de dialyse et d’un osmoseur, je lui ai encore sollicité pour l’Osmoseur qui n’avait pas de machine compatible alors que les miens était conforme. Il n’y a pas longtemps que Le Dantec s’est doté de ces machines qui pouvaient prendre cet Osmoseur». Pour M. Diallo, sa sortie n’a rien avoir avec cette situation. Toutefois, l’homme cloitré dans une chaise roulante soutient: « si on parle de la gratuité dans le public alors la majorité est dans le privé. Il y a problème».
 
RAPPEL
 
Au Sénégal, la prévalence de l’insuffisance rénale  est estimée à 4,9%. Selon les statistiques disponibles, ce sont 753 patients qui sont pris  en charge dans le public par an en raison de  deux ou trois séances hebdomadaires et plus de 200 patients  dans les structures de santé privées. La Pharmacie nationale d’approvisionnement a aussi renseigné qu’en 2019 le nombre de patients sous dialyse  dans les structures  publiques de santé  est passé à 842 patients dont 50 sous dialyse péritonéale.  Quant au nombre de centre de dialyse, il est passé de 4 à 23 centres entre 2012 et 2019. La Cote d’Ivoire dispose de 8 centres et de 177 postes  de dialyse en 2007.

 

source: https://www.sudonline.sn/cacophonie-autour-du-prix_a_46064.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?