Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
20
Mar, Aoû
110 Nouveaux Articles

L'AHF salue les efforts de la Banque mondiale pour son engagement qui consite à faire un don de 300 millions de dollars pour lutter contre le virus Ebola en RDC

KAMPALA, Ouganda -Jeudi 25 Juillet 2019 [ AETOS Wire ]

(BUSINESS WIRE) - AIDS Healthcare Foundation (AHF) a salué aujourd'hui les efforts des dirigeants de la Banque mondiale pour leur engagement continu  qui consiste à faire un don de 300 millions de dollars d'aide pour la République démocratique du Congo (RDC), visant ainsi à contenir et mettre fin à l'épidémie d'Ebola qui a coûté la vie à près de 1 700 personnes dans ce pays.

Ébola : Les Congolais privés de visa pour La Mecque

 « Nous sommes attristés, mais c’est une décision juste ».

C’est la réaction d’un délégué de la communauté musulmane congolaise au refus de l’Arabie Saoudite de délivrer des visas aux musulmans de la RDC désireux d’effectuer le pèlerinage à La Mecque.

Une nouvelle étude des Nations unies révèle que les paiements numériques versés aux équipes d'intervention contre Ebola ont permis de sauver des vies et d'économiser 10 millions de dollars

En utilisant les paiements numériques pour rémunérer les personnes employées dans la lutte contre Ebola, la Sierra Leone a énormément réduit les délais de paiement, évitant ainsi des grèves à grande échelle et garantissant une main d’œuvre stable pour éliminer Ebola. L'expérience de la Sierra Leone montre qu'il est crucial de se préparer tôt aux paiements numériques avant l'émergence d'une crise.

La nouvelle ‘Déclaration de Freetown’ plaide en faveur d’une priorité accrue accordée aux réseaux de laboratoires aux différents niveaux fonctionnels, afin de combler les lacunes dans l’agenda de la sécurité sanitaire mondiale

FREETOWN, Sierra Leone, 13 novembre 2015/ -- La récente épidémie de virus Ebola en Afrique Occidentale a mis en lumière l’importance d’une détection et d’une réaction précoces à la maladie, afin de contrecarrer la propagation des nouvelles menaces pour la santé mondiale. Une détection précoce nécessite la disponibilité d'une capacité de test rapide de la maladie dans tous les pays et même dans les communautés rurales où les gens habitent. Désormais, les experts de la santé en Afrique prennent des dispositions pour renforcer les réseaux de laboratoires afin d’améliorer la détection précoce de ces épidémies sur le continent.

AHF: L'horloge tourne, OMS - Agissez maintenant contre l'Ebola!

KAMPALA, Ouganda -Mardi 16 Juillet 2019 [ AETOS Wire ]

(BUSINESS WIRE) - Le premier cas d’Ebola signalé est survenu cette semaine à Goma, une ville populeuse de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), voisine de la ville rwandaise de Gisenyi. Les fournisseurs de soins médicaux et les défenseurs de la santé publique à AIDS Healthcare Foundation (AHF) ont haussé le ton - soulignant que le moment était venu pour agir immédiatement.

Le vice-ministre de la Santé du Liberia, Tolbert Nyenswah, a confirmé le décès d’une femme de 30 ans, récemment testée positive au virus de la fièvre Ebola à l’hôpital de la Rédemption sur l’île de Bushrod.

Interrogé sur le lieu de provenance de la défunte, M. Nyenswah a déclaré : “Nous sommes en train de rechercher d'où cette dame est venue”.

CAN-2015-Ebola
 
iGFM – (Ziguinchor) De retour d’un séjour de quelques jours de pays natal la Guinée Conakry, Ibrahima Diallo, 28 ans, présentait les symptômes de la maladie d’Ebola.  Conducteur de «Pousse Pousse» à Ziguinchor, il avait été accueilli ce mardi au service des maladies infectieuses du Centre hospitalier régional de Ziguinchor. Les prélèvements de sa maladie ont été acheminés le jeudi dernier à Dakar à l’institut Pasteur. Les tests viraux réalisés, ont confirmé ce vendredi 28 août 2015, aux environs de 18h 45mn qu’Ibrahima Diallo ne souffrait pas de fièvre hémorragique. Les autorités de l’institut Pasteur l’ont fait savoir aux autorités sanitaires de la région sud et plus particulièrement au Médecin de la région, Maodo Malick Mbaye.

KAMPALA, Ouganda -Mercredi 16 Janvier 2019 [ AETOS Wire ]

(BUSINESS WIRE) - AIDS Healthcare Foundation (AHF), la plus grande organisation internationale dans le domaine de la lutte contre le SIDA, opérant dans 43 pays, s'est dite profondément inquiète face à la recrudescence des nouveaux cas d'Ebola dans la République démocratique du Congo, exprimant ses soucis à l'égard de la propagation de cette maladie au cas où elle s'avère incontrôlable. L'éruption du virus Ebola le 1er août 2018 reflète actuellement la deuxième maladie la plus meurtrière de l'histoire, et semble échapper à tout contrôle au milieu de l'insécurité qui règne dans le pays. Cela fait suite à l’épidémie dévastatrice de 2014 qui a coûté la vie à plus de 11000 personnes en Afrique de l’Ouest, dont deux médecins de l’AHF.

La réapparition de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée a poussé les autorités sénégalaises à renforcer leur dispositif sécuritaire aux frontières pour stopper l'épidémie, rapporte Le Témoin.

Selon l'Oms, il y a deux nouveaux cas, sous contrôle, en Guinée, alors que 5 personnes sont décédées  dans le Sud-est du pays.

  Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a relevé dans un communiqué parvenu à notre rédaction que le test fait par l'Institut Pasteur hier, vendredi 28 Août, sur le ressortissant guinéen suspecté d’Ebola est négatif. Les services de Awa Marie Coll Seck dissipe, ainsi les inquiétudes de la population de Ziguinchor où les symptômes de la personne en question, isolée l’hôpital régional de Ziguinchor,  avaient fini par hanter les populations.   

  Ils sont prés de 500 médecins africains, francophones comme anglophones, à avoir pris part depuis février 2014 à des sessions de renforcement de capacités sur la gestion des trois maladies cible des objectifs (mondiaux) de développement durable (ODD). Il s’agit du paludisme, de la tuberculose, du Vih/Sida et des maladies ré-émergentes telles que celles à virus Ebola et Zika.  Le dernier cours qui marque la fin du projet, s’est ouvert hier, lundi 20 février à Dakar, et va aboutir à la mise en place d’un réseau de partage d’informations et de pratiques médicales.   

Les résultats de l’enquête sur "Les connaissances, attitudes et pratiques en matière d’hygiène et de la maladie à virus Ebola (MVE)" font état d’une "connaissance limitée" de cette fièvre hémorragique chez 77,8 % des populations des régions de Ziguinchor, Tambacounda, Sédhiou, Kolda et Kédougou.

Cette enquête menée durant les mois d’août et septembre derniers montre que 20,9 % des personnes interrogées ont "une connaissance moyenne" de la fièvre Ebola.
Seul 1,3 % "connait bien" la maladie, selon les résultats de l’enquête présentés à des journalistes, lundi, à Dakar.

L’épidémie d’Ebola qui a frappé principalement la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia, pourrait être vaincue d’ici la fin de l’année si tous les efforts déployés se poursuivent annonce l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L'épidémie a touché 28 000 personnes. 11 300 sont décédées.

La chef de l’OMS parle de défaire le virus, c'est-à-dire arriver à 0 cas et rester à 0. Mais certains chercheurs trouvent l’annonce de l’organisation un peu prématurée.