17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

Paralysé au début par son service qui n’a pas été effectif depuis son inauguration le 7 décembre dernier, les formalités d’arrivée de l’Aéroport Blaise Diagne (AIBD) vont voir d’autres lourdeurs administratives venir se greffer avec le nouveau dispositif de vaccination des voyageurs contre la fièvre jaune à l’arrivée de l’Aéroport Blaise Diagne (AIBD), enclenchée par le ministère de la Santé et de l’Action sociale.

L’actualité afférente à la menace terroriste défraie de plus en plus la chronique. Face à ce péril, il manque à la presse sénégalaise des journalistes de terrain, même si le Djihadisme est une autre forme de guerre où l’ennemi est invisible. Faire des reportages sur le théâtre des opérations au Mali, ainsi que l’affectionne le « légionnaire » de France 24 Matthieu Mabin, pour mieux permettre d’appréhender les contours de ce fléau, serait un plus, au lieu de se contenter de procès-verbaux. Est-ce parce que les médiats privés n’ont pas les moyens de la Rts, à qui on doit des reporters de renom comme Amadou Mbaye Loum qui vient de nous quitter ce mardi 20 février 2018 ? Les raisons de ce vide peuvent être expliquées par le fait la vielle garde n’a pas assez formé la nouvelle génération, pour anticiper sur les défis de l’heure.

 C’est un homme tenaillé par le poids de l’âge (82ans) qui a comparu à la barre hier, vendredi 9 février, pour apporter son témoignage sur l’existence de fonds politiques à la mairie de Dakar. C’est une pratique qui a toujours existé et qui a été toujours gérée de manière discrète, a-t-il indiqué. « C’est en 1972 que le défunt président de la République du Sénégal a décidé d’inscrire ce fonds dans le programme de la ville de Dakar après avoir présidé une réunion des conseils municipaux. Et c’est le président de la République qui proposait des dépenses et demandait à ce que des comptes lui sont rendus. Les fonds politiques ont subi plusieurs réformes », a-t-il indiqué.

Prendre un président par la main?

INSOLITE - Il n'y a pas que Rihanna dans la vie. En déplacement au Sénégal, le président Emmanuel Macron a eu l'occasion d'afficher sa complicité avec son homologue Macky Sall. Une proximité politique qui s'est exprimée dès la descente d'avion du président français, pour le plus grand bonheur des rieurs. Comme l'a relevé malicieusement une caméra de "Quotidien" (TMC), Emmanuel Macron a, semble-t-il, confondu la main de son hôte avec celle de son épouse.

Me El Hadji Diouf décortique le profil d’Ousmane Sonko et le met au pied du mur.
L’avocat qui s’est exprimé dans Enquête, estime que le président du parti Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la frate

La fièvre de Lassa a été identifié en1969. Il s’agit d’une zoonose, ce qui signifie que l’homme est contaminé par contact avec des animaux infectés. Le réservoir animal, ou hôte, du virus, selon l’OMS, est un rongeur du genre Mastomys, communément appelé «rat à mamelles multiples». Cependant, il faut noter que l’infection ne le rend pas le rat malade, mais, il excrète le virus dans ses urines et ses excréments.
La contamination se fait généralement par exposition à l’urine ou aux excréments de rats Mastomys infectés. Le virus peut aussi se transmettre d’homme à homme par contact direct avec le sang, l’urine, les excréments ou autres sécrétions organiques d’une personne contaminée.

Le président français Emmanuel  Macron  sera  à  Dakar  dans  les  prochaines  heures,  dans  le cadre  du  Sommet  sur  le  Partenariat  mondial  pour  l’éducation. Sa visite intervient  dans  un contexte  de  crise  du  système  éducatif  qui  risque  de  traduire  son  accueil  en déconvenue. En effet, sur le  plan politique, la  plateforme "France Dégage" qui  s’apparente  à  la  fronde contre  le  Franc CFA  se  dit  déterminée  à  tenir  ce vendredi  une  manifestation  devant l’ambassade de  la  France  au  Sénégal  malgré  l’interdiction  du  préfet qui a eu raison du rassemblement initialement prévu aujourd’hui. Il s’y ajoute l’accueil  tout particulier  que  compte  réserver  le  PDS  à l’hôte du Sénégal avec  le  port  de  brassards  rouges, donnant  du  fil  à  retordre  aux  autorités  administratives.

Je suis un fervent musulman, un digne talibé Cheikh mais monsieur SY, je ne vois pas l'importance de votre discours politique dans une conférence religieuse.
Monsieur Mansour Sy, je suis désolé de vous dire que vous êtes en train de mélanger votre mission politique et celle religieuse.

 Le Président Français Emmanuel Macron est en visite officielle à Dakar depuis ce premier février 2018, pour participer à la conférence mondiale sur le financement de l’éducation. En effet, cette visite a suscité beaucoup de réactions critiques avant et à son arrivée au Sénégal pays de la « Teranga ».
Des compatriotes ont critiqué, d’une part, le fait que le Président M. Macky Sall est allé accueillir le Président Français, Emmanuel Macron à l’aéroport Léopold Sédar Senghor et d’autre part, le fait que les populations ont été mobilisées accueillir son homologue français.
De l’accueil du Président Français Emmanuel Macron à l’aéroport Léopold Sédar Senghor ?

En tant qu’observateur de la scène politique, j’ai moult fois constaté et j’espère que je ne suis pas seul, dans les commentaires publics, certains analystes d’évènements politiques qualifiaient, sur les plateaux de télévision et de radio, la réédition des comptes comme une demande sociale que le Président Macky Sall aurait l’obligation de satisfaire. J’avoue que j’ai du mal à faire le lien entre la reddition des comptes et la demande sociale. Les gens sont férus de notions et de situations contraires et contradictoires. La reddition des comptes est à l’antipode de la demande sociale.