17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

Au deuxième jour du procès de Khalifa Sall, les avocats français du maire de Dakar ne sont pas encore au front alors que la bataille de procédure fait rage entre la défense de l’édile de la capitale et les robes noires de l’Etat.

Jean-Pierre Mignard, Patrick Klugman, Christian Saint Palais et Pierre Stasi, sont les quatre avocats français, qui avaient écrit au juge Maguette Diop, pour prendre la défense du maire de Dakar. Ils sont des pénalistes réputés pour avoir géré des dossiers à fortes résonnances politico-médiatiques.

Un conflit prolongé à l’intérieur d’un pays (guerre civile, sécession armée, insurrection violente et jacquerie meurtrière) est la plus grosse machine à promouvoir la déstabilisation illimitée qui est l’antichambre de la « somalisation ». La Casamance n’échappe pas à cette règle. Bien au contraire, elle est logée à cette sinistre enseigne. Car, dans le sud du pays, les militaires ne refoulent pas une armée régulière et étrangère. En Casamance, l’armée nationale combat des nationaux…armés. Autrement dit, le Sénégal est en guerre avec lui-même et contre lui-même, sur son propre territoire. Un cas de figure que couvre la typologie des conflits nouveaux qui – du point des opérations sur le terrain – range la Casamance dans le rayon des guerres asymétriques.

Le Congrès des Francs-maçons prévu à Dakar est annulé ». Cette phrase, ils ont été nombreux les sites d’informations à l’avoir relayée. Pour cette presse, c’est le Directeur du King Fahd Palace, Pierre Mbow, qui a pris cette décision courageuse et a ainsi enlevé une énorme épine du pied du régime de Macky Sall.

 L’exécution, samedi dernier 6 janvier, de 13 jeunes dans la forêt de Bayotte (7 km au Sud de Ziguinchor) par une quinzaine d’hommes en arme, avec en cause une opération de coupe de bois, remet du sable dans la machine du processus de paix en Casamance. Même si le mystère persiste toujours sur l’identité de leurs bourreaux, il reste clair que le nœud gordien de ce massacre reste la lancinante question de l’exploitation du bois vert. Dans la région de Sédhiou, tout comme dans toutes les collectivités locales sur la bande frontalière avec la Gambie, le mal est profond. Les complicités ont fini d’infecter élus, chefs de villages, agents forestiers (…) sous l’emprise des multinationales basées en Gambie.

Qui est Sénégalais ?
Pour se réclamer d’être sénégalais, il faut prouver que l’on est de nationalité sénégalaise. Et pour prouver que l’on est de nationalité sénégalaise, il faut présenter un certificat de nationalité délivré par le juge.
Les individus répondant du nom de famille « DIALLO » ayant une mère répondant du même nom de famille, pour faire une demande de carte d’identité nationale ou de passeport doivent apporter la preuve qu’ils sont de nationalité sénégalaise. Pourquoi demande-t-on à un sénégalais (né au Sénégal, de père et de mère sénégalais c’est-à-dire nés au Sénégal) répondant du nom de famille « DIALLO » ayant une mère répondant du même nom de famille « DIALLO » d’apporter la preuve de sa nationalité sénégalaise ?

Il y a une semaine, précisément le samedi 6 janvier 2018, un groupe de plus d'une vingtaine de coupeurs de bois a été surpris par des éléments supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc), dans la forêt de Bayotte Est, en Casamance.

Officiellement, quatorze (14) morts et sept (7) blessés ont ainsi été constatés par la gendarmerie (on parle d'un quinzième corps qui a été découvert sur les lieux du crime). Trois (3) personnes réussiront à s'échapper.

Dès l'annonce de ce drame, la Légion Sud de la gendarmerie a dépêché des éléments dans la zone de l'incident, en même temps que les sapeurs-pompiers. Une enquête est immédiatement ouverte pour comprendre ce qui s'est passé.

On en sait davantage sur la tuerie dans la forêt de Boffa Bayottes. Les 13 coupeurs de bois tués par des hommes armés. Selon la Rfm qui a contacté des personnes bien au fait de la situation, révèlent que la tragédie qui vient de se passer, n’était pas si imprévisible qu’on peut le croire.

Tout serait lié à un vaste système d’exploitation commercial du bois de teck de la forêt classée des Bayottes. Ce trafic de bois a conduit depuis quelques semaines, à la mise sur pied de comités villageois de surveillants pour chaque localité et un comité inter – villageois regroupant les villages directement concernés. 

La Corée du Nord, est-elle une réelle menace pour la paix et la sécurité mondiale?

Par  Dr Mehenou Amouzou

            Selon Orwell, la guerre continue toujours de faire vivre et entretenir un empire. La guerre est le seul moyen de contrôler les masses pauvres et ignorantes. En prenant l'initiative de s'éduquer, les masses risqueraient de renverser les élites. La guerre est la seule arme de l'empire qui protège l'élite.

Serigne Mountakha Mbacké, le nouveau khalife des mourides, a succédé Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, rappelé à Dieu, ce mardi. Qui est le nouveau guide de Touba ? Réponse.

Fils de Serigne Mouhamadou Bassirou Mbacké ibn Khadim Rassoul, dont il assure à présent le califat, il se distingue très rapidement par son visage jovial traversé par une barbe blanche linéaire. Il est décrit comme un père d’une approche facile, ouvert et disponible. Très respectueux des Ndiguels, il ne sort que pour leur exécution ou alors rendre visite à son vénéré père, Serigne Saliou Mbacké dont il jouissait de la confiance. 

Clédor Sène, dans un entretien accordé à Dakaractu ce jeudi, a déclaré que l’Etat du Sénégal a vendu le pourcentage de 10 % qui lui revient de droit dans le capital de la société d’exploitation de l’or de Sabadola.

La Direction des Mines et de la Géologie (DMG), à travers une note reçue par la rédaction ce samedi, précise que l’Etat du Sénégal détient jusque-là sa part relative aux 10% des actions non diluables au capital social de la société d’exploitation de l’or de Sabadola »