17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

Beaucoup s’y attendait, ça vient d’être confirmé par le Doyen des Juges d’instruction. L’édile de Dakar, Khalifa Sall vient d’être placé sous mandat de dépôt dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie à 23h37 par Samba Sall.

  Le volet de bois verts dont les membres du mouvement “Y’en a marre“ font l’objet pour avoir décidé d’organiser une manifestation le 7 avril prochain, afin de dénoncer les «dérives» et le «non respect» des engagements du président Macky Sall, pose au goût du jour la question du débat contradictoire dans une démocratie comme celle du Sénégal. La multiplicité des attaques et autres invectives qui touchent tous ceux qui s’aventurent à émettre des voies discordantes à celles du régime de Macky Sall, porte à croire que l’Alliance pour la République est «allergique» à la critique.  

Au lendemain du départ en exil de Yahya Jammeh, le conseiller du nouveau président gambien Adama Barrow, Mai Fatty, a assuré depuis Dakar que les caisses de l'État gambien, déjà frappées par une conjoncture économique morose, avaient été vidées par le chef de l'État sortant.
 
Dimanche 22 janvier à Dakar, le conseiller d’Adama Barrow a indiqué que le nouveau pouvoir se préparait à trouver un pays « en détresse financière ». Selon lui, « en l’espace de deux semaines, 500 millions de dalasi (environ 10,7 millions d’euros) ont été retirés [par Yahya Jammeh].

Le Processus de Kimberley doit réagir à la suite de la parution d’un nouveau rapport révélant que des lacunes dans les procédures de traçabilité du Cameroun créent des possibilités de contrebande et de corruption

OTTAWA, Canada, 2 décembre 2016/ -- Partenariat Afrique Canada (www.PACweb.org) affirme, dans un rapport publié aujourd’hui, que le Cameroun permet à des diamants de conflit provenant de la République centrafricaine de franchir ses frontières et de pénétrer la chaîne d’approvisionnement légale en raison de ses faibles contrôles, de la contrebande et de la corruption.

  Selon Mamadou Diop, l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall n’a pas utilisé la caisse d’avance de la ville de Dakar mais plutôt des dépenses diverses qui obéissent à une règlementation particulière. Interpellé hier, lundi 20 février, en marge de la cérémonie d’ouverture d’un atelier de sensibilisation et de renforcement des capacités des élus locaux sur les enjeux et les différentes problématiques relatifs à l’intercommunalité. Mamadou Diop a qualifié cette  convocation de «procès injuste à l’égard de Khalifa Sall».  

Le maraboutage existe bel et bien dans la politique au Sénégal, la situation actuelle de l’ex-ministre de la pêche et des affaires maritimes, Pape Diouf, en est une parfaite illustration. Quelques faits marquants nous amènent en voyage sur ce qu’on peut appeler «une descente précipitée».

Pour rappel, le ministre de la pêche et des affaires maritimes d’alors, Pape Diouf, gérait bien son ministère car il avait supprimé les licences de pêche des bateaux étrangers au grand bonheur des pêcheurs artisanales et plus particulièrement à Ali Haidar qui a consacré toute sa vie à la protection de la nature, d’ailleurs, c’est pour cette raison qu’il occupait ce poste avant de démissionner en juillet 2014.

Mais lorsque le président, Macky Sall, faisait un remaniement, par pur hasard, Pape Diouf devait prendre le poste de l’Hydraulique, celui d’Omar Gueye. Leur passation de service était si émouvante car c’était une retrouvaille entre deux amis de la même formation politique dirigée par Idrissa Seck.

 
Si la nomination de Tanor Dieng Dieng, comme président du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT) avait aussi coïncidé avec la réouverture du procès de Barthélémy Dias, la coïncidence à la même date de ce 1er décembre de l’audience que Macky Sall va accorder à l’opposition et la réouverture du procès de Barthélémy Dias sur l’affaire Ndiaga Diouf reste aussi troublante.

Vendredi 20 janvier 2017, dans l’émission "Le Grand Rendez-vous", diffusée sur la chaîne de télévision 2STV, l’un des intervenants a tenu des propos diffamatoires, violents, séditieux, encourageant la lutte armée des noirs en Mauritanie, contre le Gouvernement et le peuple frère de Mauritanie. 

Le caporal-chef Soulèye Aw de la caserne des sapeurs-pompiers de Dieupeul rétablit la vérité sur son supposé refus d’intervenir à l’accident de la circulation du vendredi 09 décembre 2016 à 18h45 à hauteur de l'école Sacré Cœur.
Joint par la Rédaction de Laral.net, le caporal-chef explique pourquoi ses éléments ne pouvaient pas intervenir sur cet accident de Sacré-Cœur.

    Faisant le point sur le dialogue national initié par le chef de l’Etat, Macky Sall au mois de mai dernier, la Directrice des structures de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs), en l’occurrence Nicole Gackou, estime que cela a été un échec dans la mesure où il n’y a pas eu de consensus sur les points les plus essentiels, notamment le fichier électoral. Saluant, par ailleurs, l’acceptation de Macky Sall de rencontrer le front Manko Wattu Sénégal, elle pense que la rencontre sera l’occasion d’aplanir les points d’achoppement.