17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

Si Abdou Diouf n’avait  pas réussi à contenir l’envahissante de l’Alternance en 2000, malgré son recours à Jacques Séguéla, le célèbre publicitaire français qui avait créé la marque François Mitterrand, Karim Wade, lui, a un atout de taille pour réussir sa communication politique avec Anne Méaux d’Image 7. D’autant que cette vaillante dame de la communication politique vient de réussir une belle prouesse, en portant François Fillon au piédestal des primaires de la droite, devant Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.
 
 La Françaises et sa société de gestion Image 7 pourraient être la cheville ouvrière du déroulement du plan politique de Karim Wade avec les Législatives de 2017 et la Présidentielle de 2019. Mais, au Sénégal, il ne sera pas question de primaires, mais plutôt de redorer le blason de Karim Wade en le polissant, pour qu’il apparaisse devant les Sénégalais, comme le candidat idéal, l’homme du renouveau qui va battre Macky Sall en 2017 et en 2019.

  48 heures après l’assassinat lâche de la vice-présidente du Conseil économique, social samedi dernier, l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) a organisé un atelier sur la criminalité au Sénégal  à Dakar. La rencontre qui s’est tenue hier, lundi 21 novembre, a été une occasion pour les participants de constater, pour le déplorer, «la recrudescence de la violence sous toutes ses formes et de la criminalité au Sénégal», informe un communique de l’ASSAMM.   

En Afrique, les experts occidentaux prônent,, une réduction de la croissance démographique, en promouvant la contraception, afin d’y réduire la pauvreté - et même pour certains (Pdt Sarkozy). Par contre, ils s’inquiètent de la baisse de la natalité notée dans la presque totalité des pays occidentaux et y souhaitent un accroissement de la croissance démographique pour juguler le vieillissement de la population qui y est en train de remettre en question toutes les prévisions de développement (emploi, système de retraite, etc.) ; ce qui conforte la position de l’Islam qui considère la croissance démographique comme une richesse ; oui, le Coran est très explicite :

Le Premier ministre, Mouhammed Boun Abdallah Dionne, qui fait présentement face à la presse, s’est dit outré par ce qu’il qualifie «d’invective et la désinformation» faites par certains ‘’détracteurs’’ du régime en vue de «tromper le peuple sénégalais». Il a en effet expliqué les raisons qui ont poussé l’Etat sénégalais à signer des contrats de recherches et d’exploitations des ressources naturelles découvertes sur le territoire national. Non sans rassurer que les contrats pétroliers seront remis à la presse. 

  Pas de zone d’ombre ni d’imprécisions dans la formulation du contenu du projet de loi n°27/2016 portant Code minier. Les députés de la douzième législature, qui ont adopté le texte de loi, l’ont clairement fait savoir au ministre de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye, qui, à son tour, a dit toute sa disponibilité à les aider à mieux comprendre ledit code. Toutefois, ils n’ont pas manqué de dénoncer la mainmise des Indiens sur les  Industries chimiques du Sénégal (Ics) dont ils jugent l’impact très faible dans l’agriculture.  

Afin de mieux faire comprendre à ses internautes les péripéties juridiques du feuilleton Karim Wade-Etat du Sénégal, leral.net vous plonge dans le fond du document confidentiel de l’arrêt au fin de non-lieu partiel et le renvoi devant la Cour de la Répression de l’Enrichissement illicite. Selon ce document, Karim Wade n’a pas pu justifier l’origine licite d’un patrimoine estimé à 117 037 993 175 francs CFA, dont un appartement à Paris 16ème, rue de la Faisanderie évaluée à 245.871. 375 francs CFA et qui fait partie des biens que l’Etat du Sénégal voulait faire saisir par la justice française qui l’a finalement débouté.

Alors que l’Etat, à travers l’Apix, avait proposé d’attribuer le lot 1 du marché pour le Train Express Dakar-Aibd à China Railway Construction Corporation limited (CRCC), le cabinet Systra, l’assistant à la maitrise d’ouvrage du projet, a plaidé le contraire et recommandé de choisir Eiffage pourtant plus chère de 154 milliards de FCfa. Une affaire de...

Le contenu des programmes n’est nullement orienté vers nous et pour nous. Les élèves n’apprennent pas nos langues, ils ne connaissent ni notre histoire, ni notre géographie, ni notre actualité. Ils ne sont préparés à aucun métier. Ils ne connaissent rien des tendances actuelles et futures du monde et sont complètement handicapés des mains et des pieds. 

EXCLUSIF SENEPLUS - La gouvernance de Macky Sall préoccupe jusque sur les bords du Potomac à Washington - Le Président défenestre Woury Diallo, l'un des économistes africains les plus en vue du Conseil d'administration du Fonds monétaire international.

SenePlus.Com) - C’est le tollé général aux bureaux des  administrateurs africains du Fond monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Washington. SenePlus.Com, vient d'apprendre qu’a seulement quelques semaines de son élection comme Administrateur titulaire au FMI, le Sénégalais Woury Diallo, un cadre du Trésor au ministère sénégalais des Finances qui assumait depuis avril 2013 les fonctions de suppléant, a été limogé par le président Macky Sall. Qu'est-ce qui a bien pu justifier une mesure aussi brutale qu'inhabituelle ?

Une déclaration qui risque de faire du bruit vient d’être faite par le challenger d'Ali Bongo. Jean Ping a lâché une accusation contre les sénégalais vivant au Gabon d'avoir voté et participé "à la fraude". Ping a fait cette déclaration dans un entretien avec nos confrères du Monde. Nous vous proposons la partie de l'interview en question.