Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Jeu, Mar
306 Nouveaux Articles

Au lendemain du départ en exil de Yahya Jammeh, le conseiller du nouveau président gambien Adama Barrow, Mai Fatty, a assuré depuis Dakar que les caisses de l'État gambien, déjà frappées par une conjoncture économique morose, avaient été vidées par le chef de l'État sortant.
 
Dimanche 22 janvier à Dakar, le conseiller d’Adama Barrow a indiqué que le nouveau pouvoir se préparait à trouver un pays « en détresse financière ». Selon lui, « en l’espace de deux semaines, 500 millions de dalasi (environ 10,7 millions d’euros) ont été retirés [par Yahya Jammeh].

Le maraboutage existe bel et bien dans la politique au Sénégal, la situation actuelle de l’ex-ministre de la pêche et des affaires maritimes, Pape Diouf, en est une parfaite illustration. Quelques faits marquants nous amènent en voyage sur ce qu’on peut appeler «une descente précipitée».

Pour rappel, le ministre de la pêche et des affaires maritimes d’alors, Pape Diouf, gérait bien son ministère car il avait supprimé les licences de pêche des bateaux étrangers au grand bonheur des pêcheurs artisanales et plus particulièrement à Ali Haidar qui a consacré toute sa vie à la protection de la nature, d’ailleurs, c’est pour cette raison qu’il occupait ce poste avant de démissionner en juillet 2014.

Mais lorsque le président, Macky Sall, faisait un remaniement, par pur hasard, Pape Diouf devait prendre le poste de l’Hydraulique, celui d’Omar Gueye. Leur passation de service était si émouvante car c’était une retrouvaille entre deux amis de la même formation politique dirigée par Idrissa Seck.

 
Si la nomination de Tanor Dieng Dieng, comme président du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT) avait aussi coïncidé avec la réouverture du procès de Barthélémy Dias, la coïncidence à la même date de ce 1er décembre de l’audience que Macky Sall va accorder à l’opposition et la réouverture du procès de Barthélémy Dias sur l’affaire Ndiaga Diouf reste aussi troublante.

  48 heures après l’assassinat lâche de la vice-présidente du Conseil économique, social samedi dernier, l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) a organisé un atelier sur la criminalité au Sénégal  à Dakar. La rencontre qui s’est tenue hier, lundi 21 novembre, a été une occasion pour les participants de constater, pour le déplorer, «la recrudescence de la violence sous toutes ses formes et de la criminalité au Sénégal», informe un communique de l’ASSAMM.   

Le caporal-chef Soulèye Aw de la caserne des sapeurs-pompiers de Dieupeul rétablit la vérité sur son supposé refus d’intervenir à l’accident de la circulation du vendredi 09 décembre 2016 à 18h45 à hauteur de l'école Sacré Cœur.
Joint par la Rédaction de Laral.net, le caporal-chef explique pourquoi ses éléments ne pouvaient pas intervenir sur cet accident de Sacré-Cœur.

    Faisant le point sur le dialogue national initié par le chef de l’Etat, Macky Sall au mois de mai dernier, la Directrice des structures de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs), en l’occurrence Nicole Gackou, estime que cela a été un échec dans la mesure où il n’y a pas eu de consensus sur les points les plus essentiels, notamment le fichier électoral. Saluant, par ailleurs, l’acceptation de Macky Sall de rencontrer le front Manko Wattu Sénégal, elle pense que la rencontre sera l’occasion d’aplanir les points d’achoppement. 

  Pas de zone d’ombre ni d’imprécisions dans la formulation du contenu du projet de loi n°27/2016 portant Code minier. Les députés de la douzième législature, qui ont adopté le texte de loi, l’ont clairement fait savoir au ministre de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye, qui, à son tour, a dit toute sa disponibilité à les aider à mieux comprendre ledit code. Toutefois, ils n’ont pas manqué de dénoncer la mainmise des Indiens sur les  Industries chimiques du Sénégal (Ics) dont ils jugent l’impact très faible dans l’agriculture.  

Le Processus de Kimberley doit réagir à la suite de la parution d’un nouveau rapport révélant que des lacunes dans les procédures de traçabilité du Cameroun créent des possibilités de contrebande et de corruption

OTTAWA, Canada, 2 décembre 2016/ -- Partenariat Afrique Canada (www.PACweb.org) affirme, dans un rapport publié aujourd’hui, que le Cameroun permet à des diamants de conflit provenant de la République centrafricaine de franchir ses frontières et de pénétrer la chaîne d’approvisionnement légale en raison de ses faibles contrôles, de la contrebande et de la corruption.

Si Abdou Diouf n’avait  pas réussi à contenir l’envahissante de l’Alternance en 2000, malgré son recours à Jacques Séguéla, le célèbre publicitaire français qui avait créé la marque François Mitterrand, Karim Wade, lui, a un atout de taille pour réussir sa communication politique avec Anne Méaux d’Image 7. D’autant que cette vaillante dame de la communication politique vient de réussir une belle prouesse, en portant François Fillon au piédestal des primaires de la droite, devant Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.
 
 La Françaises et sa société de gestion Image 7 pourraient être la cheville ouvrière du déroulement du plan politique de Karim Wade avec les Législatives de 2017 et la Présidentielle de 2019. Mais, au Sénégal, il ne sera pas question de primaires, mais plutôt de redorer le blason de Karim Wade en le polissant, pour qu’il apparaisse devant les Sénégalais, comme le candidat idéal, l’homme du renouveau qui va battre Macky Sall en 2017 et en 2019.

Le contenu des programmes n’est nullement orienté vers nous et pour nous. Les élèves n’apprennent pas nos langues, ils ne connaissent ni notre histoire, ni notre géographie, ni notre actualité. Ils ne sont préparés à aucun métier. Ils ne connaissent rien des tendances actuelles et futures du monde et sont complètement handicapés des mains et des pieds.