20
Mar, Nov
27 Nouveaux Articles

Incroyable, mais vrai ! Des pompiers et des éléments du Gmi en sont venus aux mains mercredi au stade municipal de Kaffrine. À l’origine de la bagarre, un soldat du feu a grillé un mégot de cigarette alors qu’il est en plein service. Un policier lui rappelle qu’on ne fume pas dans un lieu public. Les esprits s’échauffent. Les représentants des deux corps s’échangent quelques coups de poings.

Au cours d'une cérémonie de restitution consécutive à l’audience que le secrétaire général national du Parti Socialiste, Ousmane Tanor Dieng, a accordée à ses camarades de Kaffrine, ces derniers sont revenus sur la décision d’exclusion de leurs ex-camarades communément appelés des «dissidents» pour donner leur position quant à d’éventuelles mesures pour mettre fin à ce "phénomène".

  Dans le but de renforcer les programmes et autres dispositifs contre l’insécurité alimentaire dans les régions de Louga, Matam et Kaffrine, et lutter contre la pauvreté et l’injustice sociale dont ces trois régions sont victimes en matière d’attribution de programmes accordés à la sécurité alimentaire, le Projet d’appui à la sécurité alimentaire (Pasa) « Loumakaf » s’engage à trouver solution à cette récurrente problématique de la malnutrition dans ces différentes poches du pays. Ainsi une population de 400.000 personnes  en souffrance dans ces mêmes localités est ciblée pour être soutenue en matière d’alimentation et activités génératrices de revenus d’ici février 2019, date d’exécution du projet.   

ac5a296405e2b9c49a65b18d58d9dd40

L’OBS – Le quartier Diamaguène Centre de Kaffrine est secoué, depuis hier matin, par la mort de deux jeunes garçons qui ont été retrouvés noyés dans les eaux d’une mare située au village de Lougué (3 km de la commune de Kaffrine). Les victimes, qui sont de la même famille, étaient partis avec leur grand frère au champ de leur papa.

L’émotion et la tristesse sont, depuis hier matin, les sentiments les mieux partagés au quartier Diamaguène Centre de Kaffrine. Les habitants  de ce populeux quartier ont eu droit à une bouleversante matinée, une mauvaise journée occasionnée par la mort, par noyade, de deux jeunes garçons de leur quartier, issus d’une même famille, dans les eaux d’une mare située au village de Lougué, un patelin distant de 3 km de la commune de Kaffrine.

  En partenariat avec les élus de la région de Kaffrine, les acteurs au développement ainsi que les jeunes et populations locales, le Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac), par le biais de son coordonnateur national Jean Pierre Senghor, a procédé samedi dernier au lancement du système d’exploitation et d’aménagement du Domaine agricole (Dac) de Boulel.   

C’était autour d’un forum qui a mobilisé des centaines de jeunes venus de l’ensemble des départements de la région. D’une superficie emblavable de 2000 ha intercalée entre les collectivités de Darou Miname, Ngniby, Mboss, Touba Mbella, Kahi, Dianké Souf et Ndioum Ngainte, ce périmètre qui va sans doute absorber un effectif d’emplois directs de 8000 jeunes et 12.000 emplois indirects, contribuera pleinement au projet de fixation des jeunes dans leurs terroirs et développera à partir de la commune de Boulel et autres localités, l’émergence des pôles de compétitivité sur l’ensemble du territoire national. 

senelec

L’OBS – Le week-end a été chaud à Kaffrine où les populations ont manifesté contre les coupures d’électricité qu’elles vivent depuis trois jours.

Depuis le lendemain de la fête de la Tabaski, la Senelec qui a renoué avec les coupures intempestives d’électricité n’a pu fournir aucune explication aux populations de Kaffrine sur les raisons de ces coupures. 

Alors que le Ps connaît un véritable charivari né de la décision impopulaire de Khalifa Sall de saboter le processus des élections du secrétaire général du Ps, le porte-parole adjoint du Ps, lui tisse sa toile. Lentement et sûrement, Abdoulaye Wilane est en train de s’imposer dans la région de Kaffrine. Hier, il a été élu secrétaire général de l’union régionale de Kaffrine. Le mouvement des femmes a porté son choix sur Bigué Camara de Koungheul tandis que les jeunes ont choisi Malick Ndao et les jeunes filles Ndèye Sira Samba Diallo. 

Le Conseil interministériel présidé par le chef du gouvernement n’a pas réglé définitivement la question des besoins financiers pour le développement de Kaffrine. La région, née du découpage administratif de 2008, est à l’écoute du chef de l’Etat dont elle croit qu’il ne va freiner son émergence.

Venu présider la cérémonie inaugurale de l’Institut Supérieur de l’Informatique (Isi) de Kaffrine, qui est d’ailleurs le premier du genre à être installé dans cette province historique du « Ndoucoumane», le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, a annoncé hier dans cette commune, le paiement des bourses sociales universitaires dés le 3 novembre prochain. C’est à dire les bourses attribuées de façon générale aux nouveaux étudiants détenteurs du Bac.

 

 

Mary Teuw Niane promet dans le même sillage de doubler aussi l’enveloppe d’un milliard de F Cfa précédemment dégagée par l’Etat pour le financement du projet « un étudiant, un ordinateur». Et ce, à partir du prochain budget ministériel qui lui sera octroyé dés l’année prochaine. 

13925_semences_certifiees

L’OBS – La présente campagne agricole prendra fin ce 31 mai 2014. A quelques encablures de cette échéance cruciale, le monde rural est au bord de la rupture. L’espoir suscité par les premières pluies tombées la semaine dernière devient presque une espérance évanescente, au regard des craintes nées du retard constaté dans la distribution des intrants agricoles. Aussi bien au Sud qu’au Nord du pays, en passant par le bassin arachidier, les paysans déclarent n’avoir reçu ni semences ni engrais. Une situation qui les installe dans l’inquiétude et l’impatience. Paradoxalement, les semences sont disponibles dans la plupart des régions, mais le rythme de ventilation est très lent. Pis, dans certaines localités comme Tambacounda, les semences ne sont pas distribuées à cause d’une absence d’arrêté autorisant la mise en place des commissions locales. Et pour ne rien arranger, là où le matériel agricole (houe, semoir, presse à huile…) existe, les prix sont jugés exorbitants par les paysans.