20
Mar, Nov
27 Nouveaux Articles

 Il est attendu, dans les mois à venir, le lancement des travaux du Programme de lutte contre l’érosion côtière. C’est ce qu’a annoncé, hier jeudi, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, lors d’une cérémonie de signature de Conventions et de financement de Crédit hôtelier et touristique (Cht) à 12 bénéficiaires pour plus de 946 millions de F CFA. «J’attends du ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, pour qu’il nous fixe la date à laquelle nous devrons nous rendre à Saly, en compagnie de la Banque mondiale et des professionnels du secteur, afin de procéder au lancement des travaux du Programme de lutte contre l’érosion côtière.

 Samba Sy, le ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions a présidé, hier à Saly-Portudal, un atelier d’évaluation des activités de 2017 et de définition de la programmation 2018. Il a passé en revue les différentes composantes de son département ministériel. Auparavant, Samba Sy est revenu sur les directives communautaires de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) par rapport à l’amélioration de l’efficacité de la gestion des finances publiques et la généralisation des budgets-programmes. Selon lui, cette dynamique a pour but l’atteinte des objectifs à une date échue et prédéfinie. La mise en œuvre, pour lui, demande l’utilisation d’outils de planification stratégique et budgétaire. La démarche reste, à l’en croire, le moyen de mieux planifier les activités et les ressources de son département ministériel.
 

  Les acteurs du tourisme, gérants de réceptifs, de motels, d’auberges, de campements et de bars restaurants ont marché hier, lundi, à Saly-Portudal, pour solliciter l’élaboration de solutions viables et durables aux maux de leur secteur. La requalification de la station balnéaire de Saly-Portudal a classée priorité, à côté de la création d’un office du tourisme dans la localité et la formalisation des rencontres avec les autorités gouvernementales.  

Un comité de crise regroupant le Syndicat national du tourisme, de l’hôtellerie, des bars restaurants et cafés, dirigé par Mamadou Diouf et  affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal et les professionnels du tourisme ont interpellé hier, à Saly Portudal, l’Etat sur des points essentiels touchant leur secteur, des points au nombre d’une dizaine.

Les travaux de construction de brise-lames pour freiner l’érosion côtière dans la station balnéaire ont repris après des mois d’arrêt.  Le directeur général de la Sapco a assuré que des moyens financiers seront mobilisés pour que ce chantier arrive à son terme.

Lors du lancement de la saison touristique le 29 novembre dernier, le chef de l’État, Macky Sall, avait instruit le ministre de l’Environnement de prendre en charge la question de l’érosion côtière. Depuis lors, des lenteurs ont été notées par les acteurs et les professionnels du secteur qui ont dénoncé un manque de volonté de l’État de prendre en charge cette question. Les travaux ont redémarré samedi. Hier, en visite de chantier, le directeur général de la Sapco s’est félicité de la reprise.

  Le développement durable du marché du biogaz au Sénégal est au cœur d’une large concertation à travers un séminaire organisé à Saly-Portudal. La rencontre qui entre  dans le cadre du Plan Sénégal émergent (Pse) vise à réfléchir sur promotion du biogaz comme une alternative au bois de chauffe.   Le biogaz présenté comme  une alternative au gaz butane et au bois de chauffe connaît une utilisation mitigée au sein des populations. Le Programme national de biogaz (Pnb), logé au ministère de l’Énergie avec l’appui financier de l’ambassade de France et l’Union européenne, a regroupé les acteurs pour anticiper sur certaines situations. La rencontre de Saly devrait aboutir sur la création d’un cadre  de concertation, de réflexion, d’action et de suivi de la promotion du marché de biogaz domestique et industriel au Sénégal.

La dépravation des mœurs a atteint son summum sur la station balnéaire de la Petite Côte. Pour combattre ce mal, des petits-fils de Serigne Touba, résident à Mbour relance le combat contre les homosexuels qui polluent l'atmosphère de cette zone économique. Les Mbacké-Macké qui étaient en conférence de presse ont, par la voix de Serigne Mamoune Mbacké, interpellés les autorités étatiques sur l'urgence d'arrêter ces déviants avant que la colère divine de s'abatte sur le Sénégal. Parce que, révèlent les marabouts, les lieux de déviance des homosexuels augmentent de manière exponentielle dans toute la localité de Saly Portudal. 

Un responsable politique de Saly est mêlé dans un scandale sexuel impliquant une jeune fille âgée de 18 ans. Ce responsable qui occupe de hautes fonctions dans la station balnéaire aurait engrossée la fille d’un ses collaborateurs. 

L’affaire qui est sur le point d’éclater au grand jour serait une véritable bombe médiatico-politique.

  Des délinquants ont dévalisé, dans la nuit du 30 avril au 1ier mai 2015 et aux environs de trois heures du matin, une boutique située en plein cœur de la station balnéaire, emportant avec eux plusieurs millions de francs.    

Selon des témoignages recueillis auprès des victimes, la bande de voleurs a débarqué d’un véhicule 4X4 pour bloquer toutes les issues menant au point rond de la station balnéaire de Saly. Ils ont surpris les boutiquiers, des couche-tard car ils ne fermaient leur échoppe qu’au petit matin.