12
Lun, Nov
75 Nouveaux Articles

A la fois haut lieu de tourisme, pèlerinage et de  détente, l’île de Gorée aura-t-elle perdu son attrait. La question n’est pas saugrenue chez une bonne frange de la population insulaire et surtout chez les commerçants de l’île, au vue  de la baisse de leurs activités commerciales.

 

En ce mercredi du 24 juin,  comme à l’accoutumée, Gorée et son quai  reçoivent un flot continu de visiteurs.  Le vent chaud  qui balaie la façade de l’Ile,  ne semble pas décourager les pèlerins, plus attirés par les vérandas, les vieilles bâtisses et  les vestiges qu’offrent les lieux.   Mais derrière ce décor idyllique,  la visite de l’île ne fait toujours pas que des heureux.  

Les complaintes ne manquent, en effet,  lorsque les visiteurs  franchissent le « grid», le poste érigé sur l’esplanade des Droits de l’homme pour recueillir les taxes municipales. Henriette Basséne, la mine  défaite traduit un sentiment partagé par nombre de résidents de l’île et de surcroit les touristes  qui empruntent la Chaloupe Dakar-Gorée.  

SENENEWS.COM-Maire sortant de Gorée, Me Augustin Senghor est certain de rempiler pour un troisième mandat. Me Senghor qui a décidé de ne pas se représenter, après 12 ans de règne, s’est vu forcer la main.


« Je ne voulais pas me représenter, mais par la suite les populations, mes proches, mais aussi le chef de l’Etat (Macky Sall) m’ont parlé », a expliqué le candidat à sa propre succession à Gorée.

Me Senghor ne sera pas l’unique candidat à sa succession dans cette commune. La coalition « And Ak Liggey Gorée » se dresse sur sa route. 

Entre 1942 et 2011, à Gorée la mer a avancé à une vitesse de moins 0.17m/an, du fait de l’érosion côtière, sur une distance de moins 14.8m. Telle est le résultat d’une étude réalisée par les chercheurs de l’Institut des sciences de l’environnement (Ise) et rendu publics hier, mercredi 4 juin à Gorée lors d’une sortie de reboisement et de ‘’set-setal’’ organisée par les étudiants de l’Ise.

 

L’Île de Gorée fera-t-elle exception à la règle selon laquelle, après la pluie, c’est le beau temps. En tout cas, tout porte à le croire. Si l’on se réfère aux résultats de l’étude sur la vulnérabilité face à l’avancé de la mer, réalisée par les chercheurs de l’Institut des sciences de l’environnement (Ise), Gorée est sur la mauvaise pente. Rendu publics hier, mercredi 4 juin lors d’une cérémonie de reboisement et de ‘’set-setal’’ au profit de l’Île, les résultats de cette étude présentent plutôt une situation beaucoup plus sérieuse du fait de la vitesse importante de l’avancée de la mer. 

 

La 6ème édition du Gorée Diaspora Festival qui avait démarré vendredi dernier  a été marquée samedi dernier par  un colloque sur le thème: "Préservation du patrimoine, enjeux et impact sur le développement local’’. Une occasion pour faire un plaidoyer pour la valorisation du patrimoine de l’Ile mémoire, en présence de Moulaye Aly Ascofare , Ambassadeur du Mali, pays hôte du festival

Des études disponibles depuis 1988, ensuite réactualisées en 1998, évaluent à près de 11 milliards de francs Cfa le coût des ouvrages destinés à protéger le trait de côte de l’île de Gorée, confronté à l’érosion et à l’avancée de la mer, a indiqué Me Augustin Senghor, l’édile de cette commune insulaire située à 3 km au large de Dakar. «Des études ont été effectuées sur Gorée depuis une quinzaine d’années, appuyées par des correspondances adressées aux auto­rités sur le danger qui guette le littoral Ouest qui est le plus exposé que celui de l’Est où se situe l’école des filles Mariama Bâ», a révélé M. Senghor.

Augustin Senghor est finalement candidat à sa propre succession à la mairie de Gorée. Ce, dit-il, suite à la proposition de Macky Sall et à des sollicitations de conseillers municipaux. Il ira aux Locales sous la bannière de Jokkoo défar Gorée.

Me Augustin Senghor n’avait pas voulu d’un troisième mandat à la tête de la mairie de l’île de Gorée. Mais il a dit avoir été convaincu par le président de la République, Macky Sall, qui a demandé aux militants de son parti de lui apporter son soutien en vue des Locales. Du coup, le maire insulaire dit avoir reconsidéré sa position. «Je viens de boucler 12 ans à la mairie. Je suis jeune mais je suis un vieux maire. A un moment, j’estimais que lorsque je terminerai mon deuxième mandat, je pourrais quitter ce poste.