19
Ven, Oct
45 Nouveaux Articles

S’il y’a certains qui n’oublieront pas de sitôt le drame de Boffa- Bayotte en début janvier, c’est bien les artisans de la région de Ziguinchor. Parce que non seulement ils ont été les victimes directes avec la mort de 13 coupeurs de bois, mais parce qu’ils sont en train de subir les conséquences de ce drame avec l’interdiction de coupe de bois consécutive à la décision de suspendre les permis de coupe. Une situation durement ressentie par les menuisiers et autres artisans qui cherchent désespérément le bois. Les ateliers de menuiserie ne fonctionnent plus à plein régime à  cause de la rareté du bois. Conséquence, les menuisiers dans le désarroi demandent à l’Etat de revoir cette décision qui paralyse toutes leurs activités. La décision de suspendre la coupe de bois dans le sud du pays ne fait pas que des heureux. Les menuisiers de la région vivent des moments difficiles. Dans les ateliers de menuiseries de la ville  les machines ne tournent plus en plein régime, les activités sont au ralenti  Et pour cause, le bois se fait rare.  

Le Poste frontalier des Douanes de Mpack (région de Ziguinchor) sur la frontière Bissau-guinéenne a saisi hier, un total de 1087 billets noirs non encore lavés, sous forme de coupures de billets de banque en francs CFA, en Euros et en Dollars, renseigne un communiqué du Bureau des Relations publiques et de la Communication des Douanes transmis à leral.net. 

Une personne a été tuée dimanche à Barkamanao dans la commune de Niaguis (Ziguinchor, sud), à la suite d'un accrochage entre l'armée sénégalaise et des individus armés non identifiés, a appris l'APS de source sécuritaire.

"Un individu est décédé à la suite de cet accrochage", selon la même source, sans donner plus de détails.

La zone militaire numéro 5 de Ziguinchor (sud) avait assuré être engagée jusqu'à la limite de ses moyens dans la traque des "malfaiteurs" à l'origine de la tuerie le 6 janvier dernier de 14 bucherons dans la forêt classée de Boffa-Bayotte.

13 personnes du village du Bourofaye Baïnouck, à 7 km de Ziguinchor, ont été froidement assassinées par des inconnus.

Selon la radio privée Sud fm qui a livré l'information, tout s'est passé aux environs de 16 h, ce samedi. Toutes ces personnes tuées, des adultes et des plus jeunes, faisaient partie d'un groupe de 19 individus qui étaient partis chercher du bois dans la forêt. C'est là où les assassins les ont trouvés pour les tuer froidement. 

 «Nous ne pouvons que déplorer ces morts parce que Dieu a dit : il ne faut pas ôter la vie  d’un autre» Ces propos du curé de la cathédrale Saint Antoine de Padoue à Ziguinchor, Abbé Damas Coly, sont révélateurs du regret de l’église catholique de Ziguinchor suite aux malheureux événements survenus le 06 janvier dans la forêt de Boffa bayotte dans l’arrondissement de Nyassia. Le clergé qui condamne cette horreur, est catégorique

 La traque aux auteurs de la «tuerie» de samedi dernier dans la forêt de Bayotte (carnage qui a fait 13 morts, froidement abattus par une bande armée) lancée, l’armée poursuit les opérations de ratissage dans la zone. Des opérations qui se sont intensifiées ces dernières heures avec des tirs à l’arme lourde perceptibles jusqu’à Ziguinchor et ses environs. Suite au «carnage» de samedi dernier 6 janvier 2018 dans la forêt de Bayotte qui a fait 13 morts, froidement abattus par une bande armée, la traque aux auteurs de la «tuerie» est lancée.

L’université Assane Seck de Ziguinchor fait encore parler d’elle. Non pas pour des résultats satisfaisants mais pour un nouveau scandale après l’affaire des conteneurs.

L’évaporation de plus de 500 millions de francs CFA est au menu des programmes de ce début d’année. Et le  Syndicat autonome des travailleurs de l’enseignement supérieur (SAES) qui soupçonne une main baladeuse qui serait derrière cette évaporation fait appel aux corps de contrôle de l’Etat.

 Avec des lots de récompenses aux meilleurs élèves de l’académie, Ziguinchor se fixe désormais le pari de replacer la région dans le pelletons de tête des régions qui brillent dans les différents concours, comme le prestigieux Concours général. C’est toute la pertinence de la fête de l’excellence organisée par l’Inspection d’Académie (IA) de Ziguinchor. La cérémonie de remise de prix qui s’est déroulée, avant-hier samedi à Ziguinchor, a permis d’honorer plusieurs dizaines d’élèves qui se sont distingués par leurs bonnes performances scolaires au cours de l’année écoulée.

 13 morts et 7 blesses, tous des exploitants forestiers, coupeurs de bois; c’est le triste bilan d’un «carnage» survenu, avant-hier samedi, dans la forêt de «Bayotte» et perpétré par une quinzaine d’individus lourdement armés. A la recherche de bois dans cette forêt, ces coupeurs de bois ont été arrêtés, rassemblés puis froidement abattus par des hommes armés qui se sont fondu dans la nature. L’armée, fortement déployée sur les lieux, a aussitôt enclenché la traque aux auteurs encore non identifiés de ce carnage qui a fini par plonger la région dans la tristesse et la consternation. Le seul journaliste-reporté présent sur les lieux, Ignace Ndeye de Sud Fm, (Groupe Sud Communication) retrace le film horrible de ce drame.

 Les prochains jours risquent d’être difficiles pour le secteur de la santé à Ziguinchor. Les blouses blanches sur le pied de guerre menacent de paralyser le système les jours à venir. Le secrétaire général de l’Union régional SUTSAS de Ziguinchor, Ousmane Mbaye, qui assistait au point de presse des agents de santé de la JICA l’a fait savoir hier Dépité par le retard de paiement de salaires qui dure depuis plus de sept mois et  dont sont victimes ces agents de santé, Ousmane Mbaye déclare qu’un préavis de grève est déposé. En effet, au nombre de 80 dans la région, ces agents de santé ont été recrutés dans le cadre du programme JICA que la coopération japonaise a initiée pour appuyer la politique de ressources humaines de la santé publique au Sénégal. «Ils ont été recrutés depuis presque un an.