20
Ven, Juil
46 Nouveaux Articles

L’OBS – La famille de Mame Thierno Birahim Mbacké est-elle en passe de rééditer le coup de 2013 ? Celui de chasser l’équipe de la télévision nationale pendant la cérémonie officielle du Magal ?

C’est le spectacle qui risque de s’offrir, si les responsables de cette boîte et le comité d’organisation n’accordent pas leurs violons d’ici le 03 juin, jour de la célébration de la rencontre entre Mame Thierno et Cheikh Ahmadou Bamba, au retour d’exil de ce dernier.
Entre la télévision nationale et la cité de Borom Darou, c’est l’éternel dialogue de sourds. Les rapports n’ont jamais été des meilleurs. La preuve, le 25 juin 2013, le porte-parole de Darou Mouhty vidait son «chargeur» sur la radio télévision sénégalaise. Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khoudoss avait profité de la cérémonie officielle pour monter sur le ring et envoyer la Rts dans les cordes. Coupable, selon lui, d’avoir injustement interrompu, lors du Magal précédent, son intervention télévisée. «Plus jamais ça !» Non sans leur intimer l’ordre de quitter les lieux. Pour l’édition de cette année, la Rts a tout intérêt à surveiller ses arrières.

iGFM (Dakar) Les dispositions prises par le gouvernement et ses services déconcentrés dans l’organisation du Magal de Darou Mouhty ont permis la réussite de cet événement religieux, qui commémore la rencontre de Cheikh Ahmadou Bamba, de retour de son exil au Gabon, avec son frère cadet Mame Thierno Birahim, ont assuré samedi les organisateurs.

 »Les services impliqués dans l’organisation de cette 70e édition, notamment dans les domaines de la santé, de la téléphonie, de l’hydraulique, de la sécurité [...] se sont acquittés des engagements pris lors des réunions préparatoires au Magal », a déclaré samedi Serigne Bassirou Abdou Khoudoss, porte-parole du Khalife de Darou Mouhty.

Les Mourides se donnent rendez-vous à Darou Moukhty, ce samedi, pour se rappeler la première rencontre entre Mame Thierno Birahim et Cheikh Ahmadou Bamba au retour d’exil de ce dernier. C’était en 1902. Dans l’hagiographie mouride, ce magal occupe une place importante. C’est, selon certains historiens, le second plus grand événement chez les mourides après le grand magal de Touba célébré les 18 Safar.

 

Les retrouvailles entre les deux hommes revêtent un caractère symbolique hautement significatif d’une relation fraternelle entre un marabout et son disciple suite à un service rendu. Le service en question et celui d’avoir su protéger et prendre en charge  toute la famille de Serigne Touba pendant que celui-ci était entre les mains du colonisateur. Mame Thierno Birahim, né à Porokhane, le jeudi 15 du mois lunaire de " Rabbi al awwal " de l’an " charfadji " c’est à dire 1283 de l’Hégire, 1863 du calendrier grégorien, entretenait des relations historiques avec son frère.

Darou Moukhty a profité de la cérémonie officielle de son magal annuel pour faire part de sa désapprobation face à l’avortement médicalisé qui pourrait être légalisé au Sénégal.  C’est Serigne Bass Abdou Khoudoss Mbacké, porte-parole du Serigne Cheikh Khady Mbacké et président de la commission d’organisation du magal de Darou qui a tenu ses propos devant la délégation gouvernementale conduite par Mor Ngom.