16
Ven, Nov
54 Nouveaux Articles

 Les populations du village de Sagne Mbambara, situé à environ une quinzaine de kilomètres à l’Ouest de la commune, ont battu hier le macadam. Fortement mobilisées aux côtés de leurs voisins de Ngane, Silghane, Ngakhayame, Gamboul, Gamboul Thiédou, Ndangane, Diamaguène, entre autres, ces populations se disent indignées de la décision de la municipalité de Dya d’avoir ordonné l’acte municipal  qui autorise une cession de 845 hectares de terre à la société agricole des Salins du Saloum. Par la même occasion, elles exigent auprès de leurs autorités municipales la restitution pure et simple de ces terres pour pouvoir vaquer en toute tranquillité à leurs occupations antérieures.

Ce dimanche matin, les populations des villages de Sagne Bambara, Ngane, et environs, arborant des pancartes, ont investi la rue pour dénoncer l'accaparement de leurs terres par l'usine des ' Salins du Saloum'.

Très remontés contre la décision du Conseil municipal de la commune de Dya d'affecter plus de 845 hectares à cette entité pour la mise en place d'une unité de production de sel, les frondeurs par la voix de Mamadou Badiane accusent : " Nous dénonçons une telle décision jugée arbitraire. Le maire de Dya, Ndiogou Baba Mbodj, en collaboration avec des chefs de village ont attribué ces terres sans l'aval de la population. ''

Dans la commune de Dya, le maire et certains de ses administrés ne parlent plus le même langage notamment ceux des villages de Sagne Bambara (village religieux) et de Ngane.

À l'origine, un projet d'affectation de 845 ha au profit des Salins du Saloum. " Le Conseil municipal de Dya a affecté 845 ha pour un montant de plus de 33 millions c'est-à-dire 400 FCFA/m2 sans aviser les populations. Et pourtant, les terres qu'ils ont prises, étaient réservées aux éleveurs et aux pêcheurs. C'est le maire, Ndiogou Baba Mbodj que nous pointons du doigt car c'est lui qui a tout fomenté ", déclare dans un premier temps, Ousseynou Badiane.