Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
17
Dim, Fév
503 Nouveaux Articles

Affrontement entre Pur et Bby à Tambacounda: Le présumé meurtrier du tailleur Ibou Diop identifié

L’enquête sur les affrontements survenus lundi dernier à Tambacounda, entre éléments de la sécurité du candidat Cheikh Issa Sall, candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (Pur) et les militants de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) commence à livrer ses secrets.

La police a identifié le meurtrier présumé du tailleur Ibrahima (Ibou) Diop, tué à coups de couteau au quartier Dépôt.

Lendemains d’affrontements mortels : le commissaire central de Tamba relevé de ses fonctions

Les Commissaire central de Tambacounda, Yaya Tamba est relevé de ses fonctions. Cette décision, prise par le directeur général de la Police, Ousmane Sy, fait suite aux heurts violents entre militants du Pur et ceux de Bby et qui ont occasionné la mort de trois individus.

Le gouverneur de la région de Tambacounda (est), Bouya Amar, a félicité lundi la communauté éducative de Kidira pour les premiers résultats obtenus au Baccalauréat par le lycée de cette commune et qui font “la fierté” de la région orientale. “Je voudrais profiter de l’occasion qui m’est offerte pour féliciter vivement et remercier tout le corps professoral, l’ensemble des élèves et toutes les populations de Kidira pour les résultats qui ont été enregistrés au niveau de l’examen du Bac”, a notamment dit M. Amar.

TSénégal violence électorale - Bataille rangée entre la garde rapprochée du PUR et des militants de l'APR : Bilan un mort et des blessés à Tambacounda

Partager
De violents affrontements ont éclatés ce matin du lundi 11 Février 2019, à Tambacounda au quartier Dépôt, entre la garde rapprochée du PUR et des militants de l'Apr. Tout est parti d'une histoire d'affiches de campagne déchirées. Les "Puristes" voulant apposer le logo "PUR" de leur candidat Issa Sall sur un mur qui était déjà aux couleurs de l'Apr. Une situation qui avait dans un premier temps donné lieu à quelques échauffourées et éclats de voix entre les deux camps. Une tension vite maîtrisée par les uns et les autres pour éviter que le pire ne survienne.

Les braquages et attaques sont devenus récurrents dans la commune de Bala, localité située dans le département de Goudiry. Depuis le début de l’année, plusieurs boutiques ont été dévalisées et plusieurs personnes dépouillées de leurs biens. Il y a juste une semaine, une bande de malfrats, encagoulés et lourdement armés, a attaqué des populations. Fustigeant cette situation, les responsables de cette commune ont exigé l’érection d’une brigade de gendarmerie pour assurer la sécurité des populations. 

Pour la deuxième fois de suite, la direction diocésaine de la Caritas de Tamba va organiser une foire régionale. L’objectif fondamental, selon le chargé des programmes, consiste à faire la promotion des produits agricoles de la région dans toute leur diversité. Il s’agira, selon  Léon Sarr, de mettre un accent particulier sur l’exposition des produits issus des activités de jardins scolaires, des jeunes et des femmes qui sont accompagnés par les projets et programmes de Caritas. 

Sénégal violence politique - Un deuxième mort enregistré à Tamba, la maison du responsable de PUR saccagé

La situation reste tendue à Tamba. Après des affrontements qui ont causé la mort du militant de l’Apr Ibou Diop, des sources révèlent qu’un autre garçon a trouvé la mort après avoir été fauché par la voiture transportant la garde rapprochée du PUR. Ce qui ramène la liste à 2 morts. Par ailleurs, la maison du responsable local du PUR a été saccagée et les assaillants ont promis de lui ôter la vie si jamais il se manifestait.  

TAMBACOUNDA Plusieurs cases effondrées, des vivres perdus,...

Dar Salam n’a plus la paix !

Le village de Dar Salam, situé dans la commune de Nétté­boulou, dans le département de Tamba, a été sévèrement secoué par des pluies diluviennes. Les dernières pluies, accompagnées de vents violents, ont détruit quasiment l’ensemble du village. Les populations appellent à l’aide.

Le Conseil départemental a tenu sa promesse  d’organiser une semaine départementale, des arts, des lettres et de la culture. Présidé par le ministre en charge du département  himself, en compagnie de son collègue de la justice Sidiki Kaba, fils de la région,  l’événement a connu un grand succès, selon les acteurs culturels et les  populations sorties en nombre pour répondre à l’appel des organisateurs. 

Tambacounda : recrudescence de la coupe illicite de bois les bérets verts opèrent une importante saisie

 L’inspection régionale des Eaux et Forêts continue de traquer les délinquants dont le seul jeu favori est et demeure le trafic de bois. Le long de la frontière avec la Gambie, dans l’arrondissement de Maka Colibantang, ils y ont repris du service. Les malfrats ont encore repris du service le long de la frontière avec la Gambie en s’adonnant à la coupe illicite de bois, mais c’était sans compter avec le flair et la détermination des bérets verts. En effet, sur instruction de l’inspecteur régional des eaux et forêts, le capitaine Mamadou Gaye, le chef du secteur des eaux et forêts de Tambacounda et ses éléments ont investi dans la nuit du 30 au 31 janvier, 12 villages de la commune de Maka Colibantang. Ils ont réussi à mettre la main sur une bonne vingtaine de gros troncs de Vene, 18 charrettes, 19 ânes et 1 cheval. Mais, les délinquants ont eu le temps de prendre la clef des champs en direction de la Gambie.

Les pandores du poste de Gouloumbou (région de Tambacounda) ont mis aux arrêts un ancien militaire répondant au nom de Mohamed Achille Niang. Le mis en cause a été appréhendé dans la nuit du 13 au 14 juillet dernier au cours d’une descente des pandores aux abords du pont reliant les régions de Tambacounda et de Kolda.

Après que le Tribunal correctionnel de Tambacounda a rendu son verdict dans l’affaire qui l’oppose aux sociétaires de l’ex-UNACOIS-DEF, le condamnant à deux ans de prison dont six mois ferme, le député maire Mame Balla Lô, par ailleurs coordonnateur de l’APR, et ses partisans, ont emprunté un raccourci trop facile : crier au complot politique en accusant, certains ouvertement, d’autres par sous-entendus «courageux», le Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

Il ne s’agit pas ici d’user d’un droit de réponse qui serait tout à fait légitime, mais pour, au-delà des polémiques aux ras des pâquerettes, apporter quelques précisions ci-dessous afin que nul n’en ignore et pour la gouverne de l’opinion sénégalaise.