17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

Ces vieux lits d’hospitalisation qui seraient mis au rebut, ces couveuses qui ne correspondent plus à la réglementation européenne, ces champs opératoires de fin de catalogue… sont de l’or pour Daniel Millière, président de l’association Horizons Sahel, aujourd’hui forte de 120 adhérents, en lien avec une grande majorité de centres et établissements de santé français qui lui donnent cabinets dentaires complets, tables de gynécologie, brancards d’urgence, défibrillateurs, échographes… 
De l’avenue Ronsard à La Ville-aux-Clercs 

Nettali.sn- Pour mettre fin à l’épidémie du Sida d’ici 2030, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr a exhorté la direction de la lutte contre la maladie à rester « vigilante » et à être « plus dynamique’’. Des propos qu’il a tenu lors de la journée Portes ouvertes du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS).

Les nouvelles infections prennent de l’ampleur au Sénégal. De 248 en 2015, elles sont passées à plus de 300 cas, avec une forte tendance chez les enfants. Ces statistiques ont été données par le dermatologue, docteur Lala Fall, du centre hospitalier de l’Ordre de Malte, le week-end dernier lors du cinquantenaire dudit centre. Pour cette dernière, la lèpre est sous contrôle au Sénégal depuis 1995 où il a atteint le seuil de l’élimination. Toutefois,  elle a avancé que de 1982 à nos jours, les nouvelles infections sont passées de 1000 à 300 cas par an.

 L’Organisation pour la mie en valeur du Fleuve Gambie (Omvg) et son partenaire Enda-Ecopop ont démarré hier, avec les administrations territoriales et autres élus des différentes collectivités du pays, la campagne de sensibilisation des populations qui risques d’être impactées prochainement par les travaux d’installation du corridor électrique prévu par le Projet  Emergie de l’Omvg. 

 Pour un recul de la propagation du Vih/Sida dans les rangs, les épouses  des militaires se sont regroupées, le week-end dernier au quartier de Ouakam. A cet effet, des dépistages et une campagne de sensibilisation ont été organisés afin de conscientiser davantage les jeunes mais surtout leurs paires sur la propagation de ladite maladie. Le taux de prévalence du Vih/Sida dans l’Armée est de 0,3%. Un taux très en deçà de la moyenne nationale qui se situe à 0,7% au cours de cette année.

 Les nouvelles infections prennent de l’ampleur au Sénégal. De 248 en 2015, elles sont passées à plus de 300 cas, avec une forte tendance chez les enfants. Ces statistiques ont été données par le dermatologue, docteur Lala Fall, du centre hospitalier de l’Ordre de Malte, le week-end dernier lors du cinquantenaire dudit centre. Pour cette dernière, la lèpre est sous contrôle au Sénégal depuis 1995 où il a atteint le seuil de l’élimination.

Des institutions médicales du Maroc, du Cameroun, et d’Afrique du Sud choisissent l’intelligence artificielle SOPHiA pour faire progresser la génomique clinique en Afrique

LAUSANNE, Suisse, 24 mars 2017/ -- Sophia Genetics (www.SophiaGenetics.com), leader mondial de la médecine basée sur les données, a dévoilé aujourd’hui depuis la Réunion Annuelle du Collège Américain de Génétique et de Génomique Médicale (ACMG) (http://APO.af/Y5udP7) à Phoenix, la liste des hôpitaux africains qui utilisent dès à présent SOPHiA, l'intelligence artificielle développée par l'entreprise, dans leurs examens médicaux afin d’améliorer le diagnostic et les soins des patients sur le continent.

Les institutions médicales qui utilisent déjà SOPHiA en Afrique incluent:

 Les acteurs de la santé et les partenaires directement impliqués ont planché avant-hier, samedi 16 décembre, sur la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant. Le forum tenait lieu d’une revue du programme de santé en cours aux fins d’en apporter des améliorations et, de fait, booster les indicateurs surtout en néonatalogie dans la région de Sédhiou. Les échanges ont produit de fortes recommandations dans ce sens. Les échanges ont tourné autour des interventions à haut impact sur la néonatalogie et le cycle de la vie à l’initiative de la région médicale de Sédhiou et le ministère de tutelle.

 Le déficit en médecins spécialistes inquiète sérieusement les populations de Ziguinchor obligées souvent de se rabattre sur Dakar, la capitale, pour la prise en charge de leur pathologie avec toutes les difficultés y afférentes. L’urgence est là et les autorités sont interpellées pour combler ce gap de spécialistes en santé qui intrigue la région et plonge de plus en plus le secteur de la santé dans une situation difficile. Apres le manque de moyens, ce déficit en médecin spécialiste vient allonger la liste des maux du système sanitaire de la région sud. 

  Le Centre d’hémodialyse de Ziguinchor est très débordé ces derniers jours. C’est le docteur Yaya Kane, Néphrologue, qui tire la sonnette d’alarme, en soulignant les 400 malades qui souffrent de problèmes rénaux, cela dépasse largement la capacité des structures sanitaires.  

Le centre d’hémodialyse de Ziguinchor ne tient plus. En deux ans, les patients sous dialyse sont passés de 30 à 35, dépassant les capacités du seul centre de dialyse dans la région. Le Néphrologue de la région du sud, docteur Yaya Kane, parle de la situation épidémiologique préoccupante de la Ziguinchor. Ce nouvel environnement préoccupant peut s’aggraver si les autorités n’y prennent garde. Car, révèle docteur Kane, «ils sont environ 400 malades qui souffrent de problèmes rénaux qui sont suivis en externe et qui bénéficient d’un traitement néphroprotecteur ».