17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

Dr Gary Johns ancien ministre du gouvernement australien, souligne le manque de transparence et de dialogue qui entoure la prochaine convention internationale de l’organisation mondiale de la santé sur le tabac dans un rapport publié le 22 septembre. 

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) un milliard de personnes mourront prématurément au 21e siècle des maladies liées au tabagisme si rien n’est fait et chaque année, ce sont 6 millions de personnes qui perdent la vie de manière précoce à cause de la cigarette. Et pourtant depuis ces dernières années, de  nouveaux éléments sont apparues au niveau des industries de tabac. 

L’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs) a décidé de débourser la somme de 100 milliards de francs Cfa pour améliorer la navigabilité sur le fleuve dans le cadre de son projet Système intégré de transport multimodal (Sitram). Ce projet qui est l’un des volets phares du programme de développement de l’organisation sous régionale permettra également à son terme dans trois ans le dragage et le balisage de la brèche de Saint-Louis.
D’un coût de 100 milliards, le Système intégré de transport multimodal (Sittram) permettra en effet selon Mansour Faye ministre de l’hydraulique du Sénégal, de mettre en place un système de transport sous régional intégrant tous les modes de transport de surface.

Agé de 47 ans, Pape Seck à été retrouvé inerte devant la concession de Serigne Bara Falilou.  Il venait d'avaler un médicament de rue pour soulager les douleurs abdominales qui le dérangeaient. Aussitôt fait,  le père de famille,  originaire de Kaolack, a piqué une crise avant de perdre la vie. Son corps a été récupéré par la police qui a ordonné une autopsie.   

Le Programme national de lutte anti-tabac prépare la mise en application de la loi sur la fabrication, le conditionnement, l’étiquetage et la vente du tabac. Il a installé hier le Comité régional de lutte contre le tabagisme. Le programme compte former les acteurs qui composent ce comité pour une implémentation de la nouvelle législation. 

 

Des exploitants gambiens ont enlevé hier, matin, lundi, 29 août, trois agents des services des eaux et forêts en poste dans les collectivités du nord de la région de Sédhiou. Même si officiellement l’on ignore les mobiles de ce kidnapping, mais des indiscrétions font état de la présence «gênante» des bérets verts près de leurs dépôts de bois.   

Selon le témoignage d’un rescapé, les coupeurs de bois en arme blanche opéraient bien en territoire sénégalais d’où leur courroux à voir les hommes en uniforme. L’extrême nord de la région de Sédhiou, dans le Kabada et le Dator, est sujet à une exploitation abusive du couvert végétal. L’ampleur est grande et inquiète les amis de la nature.

CNTS Précarité des travailleurs 

Le Bureau confédéral dénonce la passivité de l’Etat 

 

Le Bureau confédéral de la Cnts, se désole de la persistance de la crise sociale dans plusieurs secteurs d’activité qui provoque la détérioration des emplois et les violations récurrentes des droits des travailleurs. Il illustre cette situation par la grève des travailleurs des transports routiers qui ont déclenché 48 heures de grève et «exige du gouvernement la satisfaction des revendications légitimes afin d’abréger les désagréments des usagers». 

La Société internationale pour la Protection des Animaux avait visionnée sur Internet des vidéos d’immolations de moutons, le jour de la Tabaski. 

Ces défenseurs des droits des animaux ont été choqués de voir la manière dont les moutons sont égorgés au Sénégal et ne peuvent pas comprendre ,jusqu’à présent, de voir 6 à 7 personnes qui tiennent une innocente bête sans défense juste pour le tuer avec un couteau qui provoque chez l’animal une mort lente ,c’est atroce à leurs yeux. 

  Plusieurs siècles, sinon deux ou trois millénaires d’agriculture et d’élevage depuis l’introduction de produits comme le thé en l’an 1000 au Natal, en Afrique du Sud, jusqu’à celle du maïs, de l’arachide, du mil, du riz et de toutes les productions agricoles d’aujourd’hui, n’ont pas permis à l’agriculture africaine de se doter d’une véritable identité. 

L’Etat vient de faire un clin d’œil aux magistrats. Des instructions précises ont été données par le président de la République, Macky Sall, au Premier ministre pour qu’à chaque fois qu’il y a une situation d’urgence concernant les magistrats que l’Etat prenne en charge l’intégralité des charges médicaux y affairant. L’annonce a été faite ce samedi 6 août 2016, à Saly, par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

Me Sidiki Kaba présidait la cérémonie d’ouverture de l’Assemblée générale ordinaire de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums). Il a mis a profit cette rencontre qui a regroupé plusieurs dizaines de magistrats pour préciser qu’il faudrait, pour l’évacuation médicale d’un magistrat, à l’étranger, que le président de l’Ums saisisse l’Etat pour que celui-ci procède à cet évacuation en prenant en charge tous les frais médicaux.