Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
16
Mar, Juil
15 Nouveaux Articles

Une étude démontre que la prise prolongée à des doses importantes d’ibuprofène exerce chez les jeunes hommes des effets perturbateurs endocriniens sévères.

De la tête aux testicules. Une étude menée par des chercheurs français de l'Inserm et des Danois a démontré les dangers de l'ibuprofène sur un échantillon de 31 sportifs. Pris à haute dose, le médicament antidouleur entraînerait un déséquilibre hormonal appelé "hypogonadisme compensé".

Le centre d'excellence africain pour la santé de la mère et de l'enfant (CEA SAMEF) a tenu ce mercredi 3 janvier 2017, une journée de marketing et de sensibilisation dans le Grand amphithéâtre de la faculté de médecine de l'Ucad. L'objectif de cette rencontre est dédié au lancement du plan stratégique 2018-2022 initié par la faculté de médecine et d'odontologie.

Ces vieux lits d’hospitalisation qui seraient mis au rebut, ces couveuses qui ne correspondent plus à la réglementation européenne, ces champs opératoires de fin de catalogue… sont de l’or pour Daniel Millière, président de l’association Horizons Sahel, aujourd’hui forte de 120 adhérents, en lien avec une grande majorité de centres et établissements de santé français qui lui donnent cabinets dentaires complets, tables de gynécologie, brancards d’urgence, défibrillateurs, échographes… 
De l’avenue Ronsard à La Ville-aux-Clercs 

 Les acteurs de la santé et les partenaires directement impliqués ont planché avant-hier, samedi 16 décembre, sur la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant. Le forum tenait lieu d’une revue du programme de santé en cours aux fins d’en apporter des améliorations et, de fait, booster les indicateurs surtout en néonatalogie dans la région de Sédhiou. Les échanges ont produit de fortes recommandations dans ce sens. Les échanges ont tourné autour des interventions à haut impact sur la néonatalogie et le cycle de la vie à l’initiative de la région médicale de Sédhiou et le ministère de tutelle.

 Le ministère de la Santé et de l’action sociale (Msas) et le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis) ont signé, jeudi 28 décembre dans les locaux dudit ministère, une convention relative à la mise à disposition d’une infrastructure médicale équipée au Centre Hospitalier National Mathlaboul Fawzaïni de Touba. Le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis) va appuyer le ministère de la Santé pour la réhabilitation du  centre hospitalier national Mathlaboul Fawzaini de Touba qui sera bientôt doté d’une infrastructure médicale. Les deux entités ont signé jeudi dernier une convention afin de renforcer l’offre sanitaire dans cette localité. 

Nettali.sn- Pour mettre fin à l’épidémie du Sida d’ici 2030, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr a exhorté la direction de la lutte contre la maladie à rester « vigilante » et à être « plus dynamique’’. Des propos qu’il a tenu lors de la journée Portes ouvertes du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS).

Les nouvelles infections prennent de l’ampleur au Sénégal. De 248 en 2015, elles sont passées à plus de 300 cas, avec une forte tendance chez les enfants. Ces statistiques ont été données par le dermatologue, docteur Lala Fall, du centre hospitalier de l’Ordre de Malte, le week-end dernier lors du cinquantenaire dudit centre. Pour cette dernière, la lèpre est sous contrôle au Sénégal depuis 1995 où il a atteint le seuil de l’élimination. Toutefois,  elle a avancé que de 1982 à nos jours, les nouvelles infections sont passées de 1000 à 300 cas par an.

Paris (AFP) - Le Conseil d?État a examiné jeudi le cas d'une adolescente de 14 ans, dans un état végétatif depuis juin, et que les médecins de l'hôpital de Nancy souhaitent laisser mourir contre l'avis des parents.

Le père et la mère de l'adolescente, prénommée Inès, ont saisi en référé (procédure d'urgence) la plus haute juridiction administrative pour s'opposer à la décision du tribunal administratif de Nancy qui, le 7 décembre, a validé l'avis exprimé fin juillet par les médecins au terme d'une procédure collégiale.

 Pour un recul de la propagation du Vih/Sida dans les rangs, les épouses  des militaires se sont regroupées, le week-end dernier au quartier de Ouakam. A cet effet, des dépistages et une campagne de sensibilisation ont été organisés afin de conscientiser davantage les jeunes mais surtout leurs paires sur la propagation de ladite maladie. Le taux de prévalence du Vih/Sida dans l’Armée est de 0,3%. Un taux très en deçà de la moyenne nationale qui se situe à 0,7% au cours de cette année.

 Les nouvelles infections prennent de l’ampleur au Sénégal. De 248 en 2015, elles sont passées à plus de 300 cas, avec une forte tendance chez les enfants. Ces statistiques ont été données par le dermatologue, docteur Lala Fall, du centre hospitalier de l’Ordre de Malte, le week-end dernier lors du cinquantenaire dudit centre. Pour cette dernière, la lèpre est sous contrôle au Sénégal depuis 1995 où il a atteint le seuil de l’élimination.