21
Dim, Oct
53 Nouveaux Articles

SANTÉ & ENVIRONNEMENT
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Une étude démontre que la prise prolongée à des doses importantes d’ibuprofène exerce chez les jeunes hommes des effets perturbateurs endocriniens sévères.

De la tête aux testicules. Une étude menée par des chercheurs français de l'Inserm et des Danois a démontré les dangers de l'ibuprofène sur un échantillon de 31 sportifs. Pris à haute dose, le médicament antidouleur entraînerait un déséquilibre hormonal appelé "hypogonadisme compensé".

 

L'ibuprofène affecterait la production de testostérone et de deux autres hormones testiculaires. L'échantillon des personnes incluses dans l'étude est réduit mais les résultats se sont révélés suffisamment préoccupants pour bénéficier d'une publication lundi 8 janvier dans le journal scientifique à comité de lecture Proceedings of the National Academy of Sciences.

Massivement pris par les athlètes

Selon l'Inserm, "l'ibuprofène, que l'on peut acheter sans ordonnance, est un des médicaments les plus consommés dans la population. Cet antalgique anti-inflammatoire est utilisé notamment dans le cas de maux de tête et de dents, de douleurs chroniques, d'états grippaux, de fièvre, ainsi que dans le cadre de certaines maladies rhumatismales."

Le médicament est massivement utilisé par les athlètes, afin d'atténuer préventivement les douleurs. Pour l'Inserm et l'université de Rennes I, les conclusions de ce travail sont à prendre au sérieux: "il existe des sous-populations d'hommes qui prennent de façon continue de l'ibuprofène, notamment des hommes ne souffrant d'aucune maladie chronique comme des athlètes de haut niveau. Si cet état d'hypogonadisme compensé s'installe, le risque pour eux est d'accroître les risques déjà liés à ce médicament, mais aussi d'altérer leur condition physique (muscles et os), d'hypothéquer leur santé reproductive et même psychologique."

D'autres études inquiétantes

Dès 2012, des professionnels s'inquiétaient de cette tendance et rapportaient le risque de lésions intestinales chez les sportifs. En août 2017, l'ibuprofène était aussi soupçonné de ralentir le développement de la masse musculaire.

Cette étude s'ajoute à deux autres encore qui avaient démontré d'abord les effets délétères potentiels de l'aspirine et du paracétamol sur le testicule adulte humain, puis de l'ibuprofène sur le développement testiculaire pendant la grossesse.

L'effet direct de l'ibuprofène

Les conclusions de l'essai clinique impliquant 31 hommes volontaires sportifs âgés de 18 à 35 ans dont la moitié a pris de l'ibuprofène sont les suivantes:

La prise d'ibuprofène pendant six semaines à hauteur de 1200 mg par jour (dose que l'on retrouve chez certains sportifs, selon les auteurs de l'étude) exerce chez les jeunes hommes des effets perturbateurs endocriniens sévères conduisant à un état appelé "hypogonadisme compensé". Cet état habituellement rencontré chez environ 10% des hommes âgés, est généralement associé à des risques accrus pour la santé reproductive, comme pour la santé en général.

Concrètement, les niveaux d'hormone hypophysaire appelée l'hormone lutéinisante (LH) s'élèvent fortement, cette hormone jouant un rôle clé dans le contrôle de la production de testostérone. Cette élévation s'avère résulter d'effets négatifs directs de l'ibuprofène sur l'expression des gènes dont la testostérone est issue.

 

Auteur: Annabel Benhaiem - Huffingtonpost.fr

http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/08/messieurs-libuprofene-a-haute-dose-est-dangereux-pour-votre-production-de-testosterone_a_23327085/

Ajouter un Commentaire

 Savoir communiquer positivement avec les autres !

Pas d’insultes, ni d’injures ou de paroles à caractère raciste ou antisémite. Cette partie du site est réservée aux personnes majeures ( 18 ans révolus).


Code de sécurité
Rafraîchir