25
Mar, Sep
16 Nouveaux Articles

SANTÉ & ENVIRONNEMENT
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Placée sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la quinzième édition du Salon OFFICINE EXPO, le plus grand salon pharmaceutique en Afrique, s’est tenue à Marrakech, les 23 & 24 février 2018, au Mövenpick Hôtel de Marrakech.

Une édition qui a connu la participation de quelques 552 pharmaciens étrangers, plus de 4500 pharmaciens marocains et une centaine d’exposants des quatre coins du Royaume.

Officine Expo, rendez-vous désormais incontournable rendez-vous des praticiens du Maroc et de l’Afrique, continue d’innover, de former et d’informer tous les acteurs du secteur pharmaceutique, et de confronter les expériences à travers des rencontres, séminaires et ateliers.

 

Objectif atteint : fédérer toutes les parties prenantes de l’écosystème pour assurer le meilleur service aux patients.

Le secteur du médicament et des produits de santé étant l’un des domaines qui connaissent le plus de changements et d’innovations technologiques, OFFICINE EXPO s’est toujours donné comme mission et objectif d’accompagner ces évolutions par le partage et le débat, lors des différentes et riches rencontres de ce rendez-vous annuel.

10 210, c’est le nombre de personnes ayant fait le déplacement les 23 et 24 février dernier, pour visiter la grand-messe de la pharmaceutique.

OFFICINE EXPO, ce sont plus de 40 tables rondes / conférences / ateliers thématiques et formations scientifiques et managériales, ouverts aux professionnels du domaine, venus des quatre coins du monde, pour accroitre leurs compétences et partager sur des sujets passionnants.

C’est aussi l’occasion rêvée pour un vrai rapprochement entre partenaires du secteur du médicament, fournisseurs de produits de santé, d’hygiène et spécialistes de dermo-cosmétologie.

Pour cette 15ème édition, 16 délégations officielles étaient présentes : l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Canada, la Côte d’Ivoire, la France, le Gabon, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Sénégal, le Togo et la Tunisie.

Officine Expo 2018 / Meeting Pharma Africa

 Recommandations

Les participants ont pris note des actions entreprises dans le cadre de l’harmonisation (AMPH) et de la création de l’Agence Africaine du Médicament (AMA), sous l’égide de l’Union Africaine et selon l’approche régionale préconisée. Ils soulignent le retard pris dans ce domaine, par la région Afrique du Nord par rapport à toutes les autres régions africaines et recommandent aux autorités concernées de relancer l’intégration de cette région dans le domaine pharmaceutique.

Ils appellent à l’élaboration et à l’adoption d’une politique africaine de la pharmacie et d’une loi continentale de la pharmacie et ils préconisent l’élaboration d’une pharmacopée africaine.

Ils recommandent de poursuivre les efforts d’harmonisation dans les domaines réglementaires et du contrôle.

Ils jugent essentiel de considérer les produits pharmaceutiques et leur économie comme un levier de développement et un gisement de croissance et non pas comme une charge couteuse pour la communauté. Ils appellent à encourager le développement de la coopération sud-sud.

Ils préconisent de développer l’intégration régionale dans le cadre d’un plan d’industrialisation global cultivant la complémentarité et un partage harmonieux et équitable des outils de production et de distribution (évoluer vers des regroupements et une spécialisation par pays).

Ils recommandent d’encourager et de soutenir la recherche locale en général, en privilégiant les maladies tropicales. Ils conseillent d’accorder, la priorité à la médecine et aux pharmacopées traditionnelles en encadrant les activités des tradipraticiens et ils suggèrent la création d’un groupe de travail spécialisé dans la recherche.

Ils appuient la mise en place d’un réseau des industriels et des distributeurs africains dans le domaine de la pharmacie et la création d’une base de données recensant le potentiel industriel et les produits fabriqués localement.

Ils recommandent la création de plateformes de distribution africaines indépendantes.

Ils appellent à renforcer le contrôle et la lutte contre le marché parallèle et la contrebande des produits de santé, en particulier, des produits falsifiés.

source: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ajouter un Commentaire

 Savoir communiquer positivement avec les autres !

Pas d’insultes, ni d’injures ou de paroles à caractère raciste ou antisémite. Cette partie du site est réservée aux personnes majeures ( 18 ans révolus).


Code de sécurité
Rafraîchir