Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Jeu, Mar
306 Nouveaux Articles

L’affaire de Lead Africa, accusé d’enfreindre la Loi sur les financements d’ONG  au bénéfice de  "Y en a marre" , par le par Ministère de  l’Intérieur du Sénégal ,   a donné l’occasion à nombre d’organisations de la Société civile du pays,  à se mettre en rang de bataille pour défendre sa cause.

Curieusement, cette mobilisation  se présente comme une Défense de "Y en a marre", comme si le Ministère de l’Intérieur l’avait accusé d’un manquement quelconque à la Loi,  et lui avait infligé une sanction administrative.

Ainsi, l’on assiste à une dérive spectaculaire dans notre  Société civile, qui, de « Défenseurs des Droits Humains » s’est transformée subitement en «  Défenseurs des Droits leurs Bailleurs de Fonds » !

Ce dont elles ont peur, c'est  ce qui est arrivé à Lead  Africa, n'arrive à leurs propres Bailleurs!

 Par l’entremise de son porte-parole, Serigne Bassirou Abdou Khadre, le Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, a appelé à l’apaisement, en perspective la prochaine présidentielle 2019. Mieux, il a souhaité aussi que les fidèles musulmans soient unis dans l’intérêt de l’Islam. L’édition 2018 du grand magal de Touba  a pris fin hier,  lundi 29 octobre, avec la cérémonie officielle présidée par le Khalife lui-même et le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye. 

#SénégalBalanceTonVioleur - Sénégal : un rapport dénonce l'exploitation sexuelle dans des écoles

Human Rights Watch (HRW), dans un rapport publié jeudi 18 octobre, fait état de pratiques souvent peu dénoncées, d'exploitation et d'abus sexuels à l'école, principalement perpétrés par des enseignants et des responsables éducatifs. L'ONG constate que les enseignants abusent de leur position d'autorité pour harceler les filles et les jeunes femmes et essayer d'avoir des relations sexuelles avec elles.

La police et la gendarmerie ont déclenché une vaste opération de sécurisation des populations. Celle-ci intervient suite au meurtre de Mariama Sagna, la militante de Pastef tuée chez elle à Keur Massar. Chaque corps affiche ses stats. La police déclare avoir arrêté 89 individus. La gendarmerie, de son côté, informe avoir mis la main sur 226 suspects.

Votre site préféré Leral.net anticipe le grand Magal de Touba 2018, « 18 Safar » avec des reportages et des sujets avec les différentes composantes de la communauté mouride. Dans ce numéro « Wadial Magal », notre invité Serigne Mor Sourang explique la dimension et les bienfaits de la célébration de l’événement.

 Exclus de leurs établissements, les étudiants orientés par l’Etat dans le privé ont organisé hier, mardi 16 octobre, une procession allant de la Place de l’Obélisque au Rond-point de la Rts. Ils exigent de l’Etat, le paiement de la dette qu’il doit auxdits établissements afin de leur permettre de reprendre les cours. En effet, ils sont 40.000 étudiants à être renvoyés des établissements privés.

Viol au Sénégal : « Cachez ces victimes que nous ne saurions voir ! »

Suite aux propos du professeur de philosophie Songue Diouf, qui affirmait le 9 mars à la télévision sénégalaise qu'une femme pousserait un homme à la violer, la juriste Fatima Zahra Sall a déposé une plainte pour « apologie du viol » et dénonce le silence quasi total des pouvoirs publics.

 Human Rights Watch (Hrw) a rendu public, hier, jeudi 18 octobre, son rapport intitulé «ce n’est pas normal : exploitation, harcèlement et abus dans des écoles secondaires au Sénégal».  L’organisation non gouvernementale (Ong) indexe les enseignants et dénonce le silence pour la plupart des responsables des établissements. Non sans inviter l’Etat à mettre fin à la culture du silence et à sanctionner les enseignants coupables d’abus. 

 Secteurs sensibles, l’éducation et la santé s’embourbent dans une situation qui frise le chaos. Les motifs d’insatisfaction se multiplient. Les grèves s’enchainent. La coalition syndicale Sutsat/Sudtm And Gueusseum – secteur de la santé -, les inspecteurs de l’éducation agissent et déroulent des plans d’actions de grève, pendant que les syndicats de l’enseignement sont sur le pied de guerre. Nous ne sommes plus aux prémices et ils ne sont pas loin de faire avec la rue pour exprimer leur courroux. Pas loin du pavé, les syndicats semblent bien tenir sur la route de la contestation. Certains services du secteur de la santé et de l’éducation sont paralysés.