17
Jeu, Jan
234 Nouveaux Articles

 Le procès de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, impliquant Khalifa Sall et ses co-accusés, remet au goût du jour le traitement médiatique des grands dossiers judiciaires. Dans cette affaire, des journalistes et des organes de presse vont avec des positions ou un «parti-pris» flagrant ou presque pour une partie ou une autre au procès, entament du coup leur impartialité dans la relation des faits. En attestent les «Unes» de certains journaux. Pour les journalistes-formateurs Mame Less Camara, Ibrahima Bakhoum et Jean Meissa Diop que nous avons joints au téléphone hier, certains confrères semblent déjà prendre parti dans leur traitement de l’information. «Ce qui pourrait porter atteinte à la crédibilité de la presse».

« Je veux dire un mot d'abord aux porteurs de pancartes. Voici ce mot : s'ils veulent l'indépendance à leur façon, qu'ils la prennent le 28 septembre ! Mais s'ils ne la prennent pas, alors, qu'ils fassent ce que la France leur propose : la communauté franco-africaine. Qu'ils la fassent en toute indépendance, indépendance de l'Afrique et indépendance de la France.

Profitant de la rencontre organisé par le collectif '' non à la franc-maçonnerie'' ce dimanche 28 janvier, le président de l’ONG Jamra a vivement dénoncé les agissements des ambassades du Canada et des Pays-Bas.
Selon Mr Guèye, il est inadmissible que ces institutions fassent la promotion des droits homosexuels au Sénégal, à travers des tentatives déguisées pour détourner la jeunesse sénégalaise. Sur ce, il interpelle vigoureusement le chef de l’État afin qu’il mette un terme à ces agissements.

 L’Ong Energie 4 Impact  et d’autres acteurs intervenant dans le secteur de l’énergie et du genre, ont procédé hier, jeudi 18 janvier, au lancement du cluster genre et énergie au Sénégal. L’objectif de ce cluster et de consolider et de coordonner l’activité de toutes les parties prenantes  pour tirer un meilleur profit des liens entre le genre et l’énergie. Pour relever le défi de la prise en compte  effective du genre dans les politiques  et programmes énergétiques et résoudre les problématiques liées à l’inexistence de mécanismes financiers appropriés  et au manque de synergie d’actions entre les parties prenantes que l’Ong Energie 4 impact et d’autres acteurs ont mis sur pied un cluster genre et énergie au Sénégal.

 Difficile d’être professionnelle du sexe (Ps). Entre le marteau de la loi et l’enclume des Forces de sécurité, les Ps peinent à trouver une échappatoire. Leurs plaintes pour violences policières sont nombreuses, sans compter les conditions de travail qui les exposent aux infections, notamment au Sida. Mais, à la Police, la réponse est simple: «si elles respectent la loi, elles n’ont rien à craindre». Les rapports entre Forces de l’ordre et professionnelles de sexe (Ps) sont parfois heurtés et tendus, mais les deux parties peuvent être de bons collaborateurs.

Suite au massacre de la forêt classée de Boffa-Bayottes qui a fait 14 morts et 7 blessés, le président Macky Sall demande la suspension, jusqu’à nouvel ordre, de toutes les autorisations de coupe de bois et de procéder, sans délai, à la révision du Code forestier.

 La crise entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants est loin de connaître son épilogue. Les syndicats les plus représentatifs, notamment le Saems, le Cusems, le Sels, le Sels/A, l’Uden et le Snelas/Fc, en plus des journées de grève programmées les 30, 31 janvier et le 1er février, ont prévu une marche nationale à Thiès, le 16 février. Pendant ce temps, le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) décrète un mot d’ordre de grève de 48 heures, à partir de mardi prochain. Regroupés autour d’un Front unitaire syndical, les syndicats les plus représentatifs du secteur de l’éducation ont décidé d’accélérer la cadence en décrétant un deuxième plan d’action.

Le Sénégal n’est réellement lui-même que sous la conduite éclairée de sa culture religieuse. Depuis longtemps encadrée par l’Islam confrérique cohabitant avec l’Eglise dans la paix, cette société, qui subit les contrecoups de la mondialisation, rejette toute métamorphose, même si des sujets comme la Franc-maçonnerie, l’homosexualité, les sectes, le terrorisme, par le passé considérés comme tabous, animent la gazette.

Le double-tollé suscité par la réunion annulée des Rehfram et la rencontre tenue les 18 et 19 janvier sous l’égide d’une association apparentée à la secte Moon, a fini d’installer le malaise à travers les médias classiques et dans les réseaux sociaux.

Les populations de Diass et ses environs refusent le fiktat de la Direction de surveillance et de contrôle de sols. Ladite direction interdit aux populations la construction d’immeubles sur le périmètre jouxtant l’Aéroport Blaise Diagne. Mais, refusant l’injonction de la Descos, les populations ont décidé ce matin, de barrer la route nationale n°1, pour protester contre cette décision.