20
Sam, Jan
673 Nouveaux Articles

 Le premier acte de l’enquête sur la tuerie de Boffa Bayotte qui a fait 14 morts et 7 blessés a livré ses premiers secrets, hier, avec le placement sous mandat de dépôt de 16 personnes suspectées. Auditionnées par le procureur près du tribunal de grande instance de Ziguinchor  hier, vendredi, ces personnes poursuivies pour association de malfaiteurs, assassinat, détention et utilisation d’armes à feu sans autorisation, participation à un mouvement insurrectionnel,  ont été toutes envoyées en prison. D’autres suspects sont activement recherchés, nous confie une source. En attendant la suite de l’enquête, retour sur cette « longue journée» des 16 suspects de la gendarmerie au parquet par notre correspondant à Ziguinchor Ignace NDEYE Le journaliste René Capain Basséne  et quinze autres personnes arrêtées ont passé leur première nuit en prison.

Abdoulaye Makhtar Diop n’est nullement ébranlé par la plainte brandie contre lui par Pierre Goudiaby Atépa. Le Grand Serigne de Dakar persiste et signe, concernant les propos qui ont soulevé l’ire du président du Collectif des cadres casamançais. 

« M’adressant à Pierre Goudiaby Atépa, je lui dis que je maintiens mes propos, mot pour mot, aussi bien à la Tfm qu’à la Dtv. Les bandes sonores sont là, les captures d’images et de son sont là. Je maintiens entièrement mes déclarations. J’assume mes propos et je ne vais pas faire la diversion. J’ai bien dit qu’il s’est comporté comme un des plénipotentiaires des rebelles », a-t-il martelé dans les colonnes du journal « Les Echos ». 

La ville de Dakar veut se constituer partie civile dans l’affaire Khalifa Sall. Le conseil municipal a été convoqué en tout cas cet après midi à l’effet de délibérer sur cet unique ordre du jour précité. Dans le rapport de présentation distribuée aux conseillers, l’adjoint au maire Soham Wardini explicite que « l’article 1er du code général des collectivités locales, reprenant le principe constitutionnel de la libre administration des collectivités locales, consacre la personnalité morale des collectivités locales ».

Depuis quelques semaines, son nom devient insistant. Dans les coins feutrés de Dakar, Maguette Diop est sur toutes les langues. Ce juge fut candidat à sa propre succession à la tête de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS). Il avait dû renoncer. A l’époque, le reproche qui lui avait été fait, c’est sa proximité avec le pouvoir. Son adversaire d’alors avait d’ailleurs usé de cet argument pour le décrédibiliser. Souleymane Téliko sera  finalement élu président de l’UMS. Là encore, Désigné comme étant celui qui doit juger le maire de la capitale sénégalaise, Maguette Diop a, à la surprise générale, renoncé cette fois-ci encore.

Le conseil municipal de la capitale sénégalaise a adopté le 15 janvier, une délibération permettant à la municipalité de se constituer partie civile dans l'affaire Khalifa Sall. Le maire de Dakar et sept agents municipaux sont notamment poursuivis pour « détournement de deniers publics » et « blanchiment », pour un montant d'1,8 milliard de francs CFA.

La délibération a été adoptée, sans surprise, lors d’un conseil municipal qui s’est tenu ce lundi. La Ville de Dakar entend se constituer partie civile dans l’affaire dite « de la caisse d’avance », dont les audiences doivent reprendre le 23 janvier. En clair, la municipalité entend être représentée devant le tribunal en tant que victime des délits dont le maire est soupçonné.

Le procès de Boy Djinné a été renvoyé au 6 février prochain selon la Rfm de ce mardi, 16 février 2018. Baye Modou Fall, alias « Boy Djinné » devait comparaître ce mardi matin devant le tribunal de Grande instance de Diourbel, pour être impliqué dans des faits de cambriolage de magasin à Touba en 2016. 

Le procès du Maire de Dakar, Khalifa Sall et Cie a encore été renvoyé au 23 janvier prochain. Appelé ce mercredi, devant le Tribunal spécial de Grande instance de Dakar statuant en matière correctionnelle, le dossier a été finalement renvoyé à cette date pour permettre aux avocats de la défense de recevoir les avis. Le juge Malick Lamotte a finalement adhéré à la demande de renvoi introduite par la défense. 

Trois mois d’emprisonnement ferme. Telle est la peine infligée à la Gabonaise Ebudela Obanla par le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar, ce jeudi. Elle est poursuivie pour les délits de séjour irrégulier et de violence et voie de fait au préjudice des fidèles de la mosquée de Liberté 6 Extension.

Jouit-elle de toutes ses facultés mentales ou pas ? En tout cas, Ebudela Obanla est une Gabonaise qui trouble la quiétude des occupants de la mosquée de Liberté 6 extension, où elle a élu domicile. Agée d’une cinquantaine d’années, la mère de trois enfants passe tout son temps, à chanter les « Zikr » du marabout Cheikh Ibrahima Niass dans le lieu de culte. 

L’affaire Khalifa Sall est définie comme une « mascarade » par Cheikh Bamba Dièye. Pour le leader de Fsd/bj, il s’agit simplement d’un homme d’Etat (Khalifa Sall) qui a envie de participer au développement de son pays et qui fait face à la furie d’un système politico-judiciaire, qui a décidé, en dehors des règles de la démocratie, de faire en sorte que plus personne ne puisse concourir à l’expression du suffrage des Sénégalais.

 L’indépendance de la justice, tant agitée au Sénégal, continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. La question continue d’être soulevée dans le milieu judiciaire. Hier, jeudi 28 décembre, lors du colloque organisé par l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) et qui avait pour thème «L’indépendance de la justice, état des lieux, et perspectives de réformes», les acteurs de la justice sont restés mitigés sur la question. Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, le président de l’Ums, Souleymane Teliko, le Premier président de la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, le Bâtonnier de l’Ordre des avocats, Me Mbaye Gueye et sont collègue Doudou Ndoye, porte-parole du barreau pour le colloque, ont tous eu des avis divergents sur la question. ISMAÏLA MADIOR FALL, GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE : «On ne peut pas dire que la justice est beaucoup plus indépendante dans les pays voisins qu’au Sénégal, même si…»