15
Mer, Aoû
16 Nouveaux Articles

Contrairement à Yaya Bodian et à Fatou Traoré qui se sont abstenus de répondre aux questions du juge en l'absence de leurs conseils, le régisseur de la Caisse d'avance de la mairie de Dakar a accepté de se prêter à l'exercice.  
C'est pour dire qu'il ne lui avait pas traversé l'esprit d'escroquer qui que ce soit.  

 La Cour d’appel de Dakar a rejeté encore hier, mercredi 25 juillet, les exceptions de nullité, de recevabilités soulevées par la défense qui a répliqué en annonçant sa décision de bouder ce procès (voir par ailleurs). Les audiences dans le fond ont démarré avec l’audition des deux percepteur-receveurs de la ville de Dakar sans la présence des avocats de la défense. Le procès en appel de l’affaire de la caisse d’avance s’est poursuivi hier, mercredi 25 juillet, à la salle 4 du Palais de justice de Dakar sans les avocats de la défense.

Se prononçant suite aux instructions données par le président de la République, le Garde des sceaux, Ismaïla Madior Fall assure qu’une enquête « indépendante» a été diligentée pour tirer au clair la mort tragique de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène. 

Ismaïla Madior Faye a également indiqué que les responsabilités seront située,s quelles que soient les personnes mises en cause. « L’enquête sera bouclée dans la semaine, au plus tard dimanche 20 Mai prochain pour aviser afin que nul n’en ignore et pour que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur», a-t-il dit, jeudi en réponse à l’interpellation des journalistes. 

Le maire de Mermoz-Sacré coeur, risque d’être déféré au parquet ce mardi, inculpé et placé sous mandat de dépôt. En effet, trois infractions (outrage à magistrat, offense au chef de l’Etat et appel à l’insurrection), pèsent sur lui.

Son avocat, Me El Hadji Diouf, qui l’a rencontré dans les locaux de la Section de recherches de la gendarmerie, soutient qu’aucune de ces infractions ne tient la route.

“Il n’a pas offensé le Président, il n’a pas insulté les magistrats et il n’a pas appelé à une insurrection. Il s’est expliqué en Français. Il n’a pas appelé à l’insurrection, mais à la mobilisation. Il n’a outragé aucun magistrat. Si un magistrat se sent outragé, il n’a qu’à porter plainte et il rapportera la preuve de ses allégations. Il n’y a rien dans le dossier. Je pense qu’il sera libéré”, déclare Me El Hadji Diouf.

 Face à la presse hier, vendredi 12 juillet, les organisations de défense des droits de l’homme (Raddho, Lsdh, Forum du justiciable et Amnesty International) ont fait savoir que la décision rendue par la Cour de justice de la Cedeao ont une force obligatoire. A les en croire, la Cour d’Appel de Dakar devra appliquer cette décision de la Cedeao qui fait état de violations des droits du maire de Dakar dans le procès concernant la caisse d’avance de sa mairie. 

 Bien qu’ayant connu son verdict depuis le vendredi 30 mars 2018, l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar continue de jouer les prolongations. Seulement, cette fois, elle s’est encore invitée au niveau de la Cedeao dont la Cour commune s’est penchée hier, mardi 24 avril, sur la saisine de la défense de Khalifa Sall incriminant la violation des droits du maire de Dakar. Le délibéré est attendu pour le 29 juin prochain.  Les avocats du député-maire de Dakar, Khalifa Sall, ne sont pas partis pour mettre au placard la défense de leur client, incarcéré pour 05 années de prison ferme dans le cadre de l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de la capitale sénégalaise.

 Le juge Malick Lamotte, président du tribunal de grande instance de Dakar statuant en matière correctionnelle dans le cadre du procès de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, n’a pas retenu le détournement de deniers publics dans les délits reprochés à Khalifa Sall et cie. Voici in extenso son délibéré. « Le tribunal relaxe tous les prévenus du chef d’accusation d’association de malfaiteurs. Relaxe Mbaye Touré et Khalifa Ababacar Sall des chefs de détournements de deniers publics et de blanchiment de capitaux.
 
Relaxe Fatou Traoré, Amadou Makhtar Diop, Ibrahima Yatma Diaw, Mamadou Oumar Bocoum, Yaya Bodian et Ibrahima Touré du chef de complicité de détournement de deniers publics.
 
Relaxe Fatou Traoré, Mamadou Oumar Bocoum, Amadou Makhtar Diop, Ibrahima Touré et Ibrahima Diaw du chef de complicité d’escroquerie comptable ou de deniers publics.
 
Relaxe Ibrahima Yatma Diaw et Amadou Makhtar Diop du chef d’usage de faux dans les documents administratifs. Requalifie les faits de faux en écriture de commerce reprochés à Fatou Traoré en complicité en écriture de commerce.
 

Invités à prendre la parole après leurs collègues de l’Etat, les avocats du député maire de Dakar, sur demande du président de la Cour d’appel, ont délégué deux d’entre eux pour apporter la réplique. 

 
Prenant ainsi la parole en premier, Me Jackubowicz répondant au procureur général qui avait dit que c’est l’Etat qui était fautif et non la justice, déclarera : «c’est une fiction de dire que c’est l’Etat qui a fauté et que c’est lui qu’on doit condamner et que la responsabilité de la justice n’est pas engagée. Faux, car la décision de la Cedeao dit clairement que par le truchement de ses autorités policières et judiciaires, la responsabilité de l’Etat du Sénégal est engagée dans la violation des droits des requérants».  «Nous ne sommes pas en présence d’un procès équitable.

Abdoulaye Bathily a gardé sa liberté de ton, malgré ses accointances avec le régime de Macky Sall. Le médiateur de l'Organisation des Nations-Unies qui a accompagné le Président Macky Sall dans sa conquête du pouvoir en 2012, ne partage pas les agissements de ce dernier sur beaucoup de questions qui alimentent actuellement la polémique au Sénégal.

La récente sortie de feu Mamadou Diop, ancien maire de Dakar, pour disculper l’actuel maire, Khalifa Ababacar Sall, dans l’affaire dite de la caisse d’avance, les louanges de ses pairs de l’AIMF comme les nombreuses manifestations ou interventions de certaines autorités coutumières et/ou religieuses de ce pays, ne changeront rien au verdict. La décision du juge Malick Lamotte est tombée hier, vendredi 30 mars, au tribunal de Dakar et elle est sans appel.