Koungheul
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 L’International des Amis de la Narure, en partenariat avec les populations du village de Koumbidia Socé situé à environ une dizaine de kilomètres au Sud-ouest de Koungheul, s’est investi, samedi dernier, au lancement officiel du «Paysage de l’année». Soutenue par la présence des représentants de neuf (9) pays européens (France, Allemagne, Autriche, Belgique, Suisse, Finlande, Pays-Bas, entre autres) et deux pays d’Afrique, cette rencontre a pour but d’identifier, dans cette partie transfrontalière, des écosystèmes riches et fragiles pour les mettre en valeur.

 Telles que identifiées, ces écosystèmes  peuvent être une forêt commune, un cours d’eau commun ou encore une autres forme de cette vie en symbiose. Le choix de Koungheul pour abriter cette dernière édition d’intervention répond, en effet, à la volonté de l’organisation internationale d’aller à la rescousse d’une forêt fragilisée à cause de la poussée démographique fulgurante notée dans cette partie du Sénégal. Mais également par la pression exercée par les populations dans cette forêt que le département de Koungheul partage avec la Gambie.
 
Outre le besoin de faire émerger de nouvelles opportunités économiques pour les populations riveraines, une telle intervention, selon Mamadou Mbodj, vice-président de l’International des Amis de la Nature, obéit à la volonté d’ouvrir les portes d’une nouvelle forme de tourisme local, de faire connaître toute la culture locale, de valoriser l’environnement et porter surtout des solutions en vue de développer des stratégies d’adaptation. Aussi, au plan social, l’organisation internationale des Amis de la Nature veut poser les premiers jalons d’une justice climatique dans un environnement de solidarité.
 
 Face à un monde qui vit encore sous les menaces du changement climatique, cette intervention est, en somme, une occasion de plaidoyer dans un environnement qui ne produit même pas 4% des gaz à effet de serre, et qui subit des impacts des émissions pays industrialisées à plus de 90%, mais qui reste encore passif par rapport aux moyens d’adaptation.     

 

source:http://www.sudonline.sn/l-international-des-amis-de-la-nature-au-chevet-des-ecosystemes-transfrontaliers_a_37889.html