Koungheul
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 Monsieur le délégué de quartier je viens par la présente lettre ouverte participer aux débats sur ce que nous voulons faire de notre commune. Quel type de gouvernance ? Quel rapport avec les populations ? Quel rapport entre les différents acteurs à la base ? Cette lettre ouverte est la conséquence de la gestion que vous voulez faire du matériel agricole affecté à votre quartier. Vous permettrez, pour l’intelligence des choses de rappeler les faits sacrés. Les rappeler avant de nous adonner à la libre interprétation.

Le quartier de Koungheul ville a bénéficié d’un semoir et d’une buteuse subventionnés. Le casse tête de la répartition de ce matériel a été réglé : procéder par tirage au sort.

Quand le Penc communal a été informé, tous les pencs de quartier ont été mis en branle pour assumer leur rôle. Ainsi, au moins trois communiqués radio ont été effectués par le bureau municipal à la demande des Pencs de quartier. De plus, le Penc communal s’est attaché les services du crieur public, pour six quartiers dont le votre, car certains n’écoutent pas la radio communautaire de Koungheul. Avant d’aller plus loin disons que les communiqués et le reste n’ont pas été faits par le penc communal pour amuser la galerie. Sans communiqué, seuls les délégués de quartier, les membres des pencs, les membres du bureau municipal et leurs parents et amis seraient au courant de l’existence de ce matériel. Et par conséquent pourraient s’inscrire et participer au tirage au sort. Ce ne serait pas juste ! Ce ne serait pas démocratique ! Tous les citoyens de la commune de Koungheul, tous les habitants du quartier de Koungheul ville doivent être traités de la même manière. Cela commence en leur donnant la même information en même temps. Le statut de parents, voisins, amis de conseillers municipaux, délégués de quartier, de membres de Penc…ne doit pas donner plus de droit ou de chance devant l’Etat ou la municipalité. Les bénéficiaires de chaque quartier devaient être déterminés au plus tard le lundi 28 juin 2010. Jusqu’au mardi cela n’avait pas été fait. Le mercredi 1er juillet une autre réunion est convoquée après l’échec de celle du mardi 30 juin. Un seul habitant se présente : Ibrahima Mbaye plus connu sous le nom de Barhame. Face à cette situation, il est proposé que Barhame fasse son choix qui sera communiqué au préfet le lendemain.

Monsieur le délégué cette réunion a été tenue chez vous ! Monsieur le délégué vous étiez d’accord avec cette proposition !

A notre grande surprise, vous répondez à Barhame qui vous demande, le lendemain, le bon d’enlèvement qui lui permettra de prendre possession de son semoir, qu’un tirage doit être effectué.

Quelle mouche vous a piqué Monsieur le délégué Monsieur le délégué la procédure a-t-elle été respectée oui ou non ? Si oui, au nom de quoi décidez-vous seul qu’il faut procéder à un autre choix ? Si non, dites nous en quoi la procédure ayant abouti au choix de Barhame est entachée d’irrégularité ?

Que vous ayez changé d’avis parce que votre nuit vous a porté conseil c’est votre droit ! Mais la courtoisie aurait alors voulu que le penc de Koungheul ville soit consulté. Mais vous avez pris votre décision seul. Nous avons pris cette décision ensemble, vous la remettez en cause seul ! Pourquoi voulez-vous ignorer le penc de Koungheul ville ?  Savez vous que le Penc communal a rendu compte au bureau municipal et au préfet du déroulement des distributions des matériels agricoles dans la matinée du jeudi 1er juillet ? Est-ce à dire que Penc, Bureau municipal, préfecture pèsent bien peu devant votre volonté ? Monsieur le délégué, l’ère où des membres du bureau municipal muni d’une corde allaient dépecer nuitamment les parcelles de Diamaguène pour les vendre est révolue ! L’ère où des conseillers municipaux détroussaient les collecteurs revenus du marché est révolue ! L’ère où des représentants de l’Etat détournaient urée, engrais, semences… est derrière nous ! L’ère où des délégués de quartier profitaient des cessions des intrants agricoles comme d’une traite est abolie !

Vous vous réfugiez derrière le « mboolo » que vous avez, semble-t-il, rencontré le lendemain matin pour justifier votre décision. Monsieur le délégué, de combien de personne s’agit-il ? Où s’est tenue la réunion qui a acté cette décision de tout reprendre ? Pourquoi n’y avez-vous pas invité votre penc de quartier ? Et pourtant toutes les réunions du Penc de Koungheul ville se tiennent chez vous pour entre autre vous permettre d’y assister, d’y donner votre point de vu. Parce qu’aussi dans notre vision le délégué de quartier est incontournable. Par votre acte discourtois, monsieur le délégué, vous venez de dire que le penc de Koungheul est quantité négligeable.

Quand on vous demande pourquoi vous ne vous êtes pas concerté avec le Penc communal, vous dites que vous n’aviez le contact d’aucun de ses membres. Quand on vous demande alors pourquoi vous ne vous êtes pas concerté avec  le Penc de votre quartier, vous dites que vous étiez occupé au « secco » ! Mais visiblement pas suffisamment pour vous concerter avec votre « mboolo » !

Monsieur le délégué si Barhame avait été choisi sans que les précautions ci-dessus citées n’aient été prises l’attitude du penc serait grave ! Mais tel n’a pas été le cas. Et les pleurnicheries d’autres habitants qui malgré les porte-à-porte, les communiqués radio et le communiqué du crieur public ne sont pas venus aux réunions ne doivent rien y faire. Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ! Nous refusons que les droits de Barhame Mbaye soient remis en cause sans raison valable.

Monsieur le délégué les pencs ne sont ni pro délégué ni anti délégué de quartier. Les Pencs sont des assemblées populaires à l’échelle des quartiers dont le rôle est l’impulsion d’une véritable gestion participative. A ce titre, les pencs ont l’obligation de travailler sans état d’âme avec les délégués. Vous avez deux choix : travailler avec votre penc dans l’intérêt du quartier ou faire la guerre au penc. Monsieur le délégué pourquoi feriez-vous la guerre au penc de Koungheul Ville ?  Le Penc de Koungheul ville vous fait-il peur ? Feriez-vous parti de ceux pour qui les pencs constituent un danger de remise en cause de privilèges indus ?

Avez-vous un peu réfléchi au  message que vous donnez aux pencs par cet acte ? Les réunions, les communiqués, le crieur public payé par le penc, les porte-à-porte parfois effectués par des membres du penc anéantis par votre seul volonté ! Tout cela, un travail collectif, réduit à rien, remis en cause par votre seule volonté ! Voudriez-vous démotiver les membres de votre penc que vous ne vous y prendriez pas autrement.

Vous dites qu’un autre tirage remettant en cause la décision prise le mercredi 30 juin sera effectué. Nous disons qu’un autre tirage n’est bon ni pour Barhame Mbaye, ni pour les populations, ni pour le penc de Koungheul ville. Et cela nous comptons le dire au bureau municipal et au préfet.

Monsieur le délégué votre unilatéralisme dans ce dossier n’est pas bon. A qui profite cet unilatéralisme ? Sûrement pas aux populations. Si c’est ainsi que vous prenez en charge les problèmes des populations de votre quartier, il n’est alors pas étonnant que nous recevions autant de plaintes et complaintes des populations de Koungheul ville à votre sujet. Certains habitants de Koungheul ville vont jusqu’à payer leur minimum fiscal dans d’autres quartiers à d’autres délégués de quartier !

Si c’est pour marquer votre territoire que vous faites cela, nous allons vous dire un secret. Nous ne voulons prendre la place d’aucun délégué de quartier. Vous pouvez dormir tranquille. Aucun d’entre nous n’aspire à la charge de délégué de quartier. Charge rendue sans prestige, terne. Charge mal vue, de mauvaise réputation du fait des vilenies de certains délégués de quartier. Nous voulons rendre leur place, longtemps volée, aux populations. Nous voulons être la voix des populations, longtemps sans voix, car bâillonnées. Longtemps sans voix car délégués de quartier équipe et/ou bureau municipal sont restés sourds et indifférents aux complaintes des populations. Appliquant selon la situation leur conception de la démocratie : « ferme ta gueule » et « cause toujours ». Quand ce n’est pas « les chiens de population aboient la caravane des délégués de quartier passent ». Pour rendre aux populations leur droit, leur voix, leur place les pencs doivent travailler notamment avec les délégués de quartier. Mais dans la concertation, dans la transparence, dans la courtoisie, dans l’intérêt des populations. Le développement de Koungheul est à ce prix. Redorer le blason des délégués de quartier longtemps terni par des pratiques inacceptables de certains d’entre vous contre les populations est à ce prix. Mettre de l’éthique dans l’étiquette de délégués de quartier, de conseiller, de maire… est devenue une exigence des koungheulois épris de justice, de paix, de démocratie, de changement. Ils veulent qu’on les serve et non qu’on se serve d’eux. Monsieur le délégué de quartier, êtes vous prêts à accompagner cette profonde aspiration des koungheulois ?

                                                                                                                       Koungheul, le 2 juillet 2010

Guy Marius SAGNA

Coordonateur du Penc communal

77 524 94 41

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Contribution postée par  Guy Marius Sagna