Médina
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Après les élections locales remportées par la liste Taxawu Dakar, l’élection du maire la commune de Médina s’est déroulée hier. Les conseillers municipaux ont élu Bamba Fall maire de Médina avec 56 voix sur 64.

Il n’y avait presque pas de suspense, juste le cérémonial assez suranné mais qui cette fois-ci avait ce regain d’intérêt conféré par l’aura de Bamba Fall au sein de la Médina. Avant 9 H, une foule considérable avait déjà conquis la grande cour des anciens locaux de la mairie. La grande salle est occupée par les conseillers municipaux devant procéder à l’élection du maire. 
Derrière, les notables de la Médina devisent. A la table officielle, le préfet de Dakar Ndiogou Ndong ainsi que le doyen d’âge des conseillers assisté par la benjamine. L’élection peut commencer après l’appel des conseillers. 

Quand l’heure vient pour les candidats au poste de maire de se présenter, seul Bamba Fall se lève, acclamé par la foule. Le maire sortant est candidat à sa propre succession, sans challenger. Bamba Fall choisit le bulletin vert, identifiant ainsi sa couleur. A côté, les votants peuvent à défaut de voter le bulletin vert, choisir le bulletin blanc, synonyme d’une abstention. Au dehors, les sympathisants attendent patiemment l’issue d’une élection au dénouement déjà évident. 64 votants sont présents sur les 66 conseillers. Tour à tour, ils s’isolent et procèdent au vote. 
Au moment du dépouillement, le doyen d’âge et la benjamine procèdent au décompte des voix. A 32 bulletins verts, les applaudissements crépitent dans la salle. Bamba Fall a raflé la mise et se succède à la tête de la mairie de Médina. Finalement, il remporte l’élection haut la main avec 56 voix, contre 7 abstentions et un bulletin nul. Il est élu maire de Médina. 

«La Médina n’a plus qu’un seul parti : la Médina»
Après son élection, Bamba Fall a réagi à chaud : «Je remercie les populations qui ont porté leur choix sur la liste Taxawu Dakar. Je remercie le Conseil municipal et par-là l’ensemble des tendances politiques. On a été élus à plus de 51% et dans Ce conseil municipal j’ai été le seul candidat. Ce n’est pas parce que les autres ne sont pas compétents ou ont démérité. C’est parce qu’ils ont placé leur confiance en moi. Je les remercie profondément.» 
Pour lui, il est temps de taire les querelles et de passer au travail. «D’ores et déjà, nous n’avons qu’un seul parti : la Médina. Nous n’avons plus qu’une seule mission : l’émergence et le développement de la Médina. Nous allons constituer une famille. Cette année, la Médina a 100 ans et plus de 100 problèmes, raisons pour laquelle nous devons oublier nos couleurs politiques pour constituer une seule équipe, dynamique face à ces multiples problèmes. Il y a eu plusieurs listes parce que chacun pensait pouvoir prendre en charge la Médina. Si la Médina nous a investis, nous n’avons pas le droit de la décevoir», assure le maire qui siffle ainsi la fin de la Politique
Tendant une main fraternelle à son rival Seydou Guèye, Bamba Fall veut faire table rase du passé et fait appel aux députés, aux conseillers économiques, sociaux et environnementaux.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

source:http://www.lequotidien.sn/index.php/la-une2/7124-medina-les-adjoints-au-maire-passent-de-5-a-3-bamba-fall-en-djihad-contre-lapr