Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
28
Mer, Oct
33 Nouveaux Articles

Sénégal - RETARDS DANS LE LANCEMENT DE L’AUDIT DU FICHIER ET L’EVALUATION DU PROCESSUS ELECTORAL Le report des Locales se précise

Constitués comme l’une des revendications posées par l’opposition pour prendre part au dialogue politique lancé par le chef de l’Etat, Macky Sall, et étant l’un des premiers points à avoir obtenu l’unanimité de l’ensemble des acteurs, l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral ne sont toujours pas effectifs. L’Usaid qui est d’accord pour financer ledit audit cherche toujours un exécutant local indépendant, au moment où l’Union européenne, disposée à mettre la main à la poche pour l’évaluation du processus électoral, s’en tient toujours à son processus, jugé relativement long.

Sénégal - Poste de secrétaire général du PS jeu de cache-cache entre prétendants

 Sur le plateau de la 7TV, vendredi 16 octobre dernier, le Secrétaire général de l’Union régionale Ps de Kaolack, Sérigne Mbaye Thiam, a encore une fois de plus fait dans le clair-obscur concernant sa présentation au poste de Secrétaire général du Parti socialiste (Ps). Au moment où le président de la Commission chargée du renouvellement des instances semble s’impatienter sur l’intérim qui commence à s’éterniser, l’actuel Sg du parti, à la tête du Bureau politique (Bp) Aminata Mbengue Ndiaye, se terre dans un silence et des lenteurs qui inquiètent plus d’un. Les ambitions se dessinent. Les combines politiques se font en douce. Les analystes et observateurs politiques décortiquent l’après Ousmane Tanor Dieng à la tête du Parti socialiste (Ps). Depuis le décès du Secrétaire général du parti fondé par feu le président-poète Léopold Sédar Senghor, tous les regards restent braqués sur l’après Ousmane Tanor Dieng (Otd), inhumé dans sa terre natale à Nguégnène, le mercredi 17 juillet 2019, après un Deuil national.

Rapatriement immédiat des 13 étudiants sénégalais de Wuhan Me Wade met en demeure Macky Sall

L’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, jette un pavé dans la mare de son successeur, Macky Sall, en exigeant le rapatriement «immédiat des 13 Sénégalais qui vivent à Wuhan, épicentre de l’épidémie du coronavirus». C’est à travers une déclaration que Me Abdoulaye Wade a fait cette demande qui prend le contre-pied de la position du Président Sall qui avait annoncé la semaine dernière que le Sénégal ne dispose pas des moyens logistiques pour faire revenir les étudiants. 

Le PDS est de retour ! Et les affabulations, avec !

Le PDS, comme d’habitude, à travers une « source anonyme proche de la Direction », vient tenter de marquer son territoire dans le paysage politique de l’opposition, en  scellant ainsi l’échec de son «  rapprochement avec le pouvoir », suite à la rencontre « historique »  entre le Président Macky Sall, et Me Abdoulaye Wade, son prédécesseur, à l’initiative du Khalife Général des Mourides.

Ce retour en zone, dans l’opposition, du PDS se produit dans un contexte de crise profonde de cette formation politique, avec le départ de plusieurs de ses cadres autour de son ex- Secrétaire Général adjoint, et d’un  grave isolement politique , qui est marqué par son retrait du «  Front National de Résistance » (FNR) qu’il avait promu avec fracas.

À l'honneur de l'émission ACTU-DÉBAT de cette semaine, nous recevons le député, président de la commission des délégations de l'Assemblée nationale, Abdou Lahad Seck Sadaga. Au cours de cette émission le parlementaire est largement revenu sur la situation politique actuelle non sans faire des révélations.

Mamadou Lamine Diallo sur la montée de l’insécurité au Sénégal «Macky Sall en est le premier responsable»

«Les inégalités sociales créées par Macky Sall sont responsables de l’augmentation de l’insécurité ». Telle est la conviction du député de Tekki Mamadou Lamine Diallo. Dans la question économique qu’il pose tous les mardis au gouvernement, le parlementaire a ainsi observé, arguments à l’appui, que « Macky Sall est le premier responsable » de la montée de l’insécurité au Sénégal.
 

Monnaie de la CEDEAO - ECO: La déclaration complète du gouvernement Ghana

A tous les sceptiques et autres manœuvriers qui ont vu une « trahison de nos Chefs d’Etat » dans la création de l’Eco à la place du CFA décidée à Abidjan le 21 Décembre 2019, je vous donne en partage ce « Communiqué officiel du Gouvernement du Ghana »

 

ECO: La déclaration complète du gouvernement Ghana

28 Décembre 2019

 

Le gouvernement du Ghana a pris note de la récente déclaration faite le samedi 21 décembre 2019 par le président de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Son Excellence Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire, sur la décision prise par les huit (8) États membres ouest-africains de l’UEMOA de cesser l’utilisation du franc CFA, en faveur de la nouvelle monnaie commune proposée de la CEDEAO, l’ECO, à partir de 2020.

Calendrier des élections locales et départementales : casse-tête des régimes au Sénégal

Depuis 1996, le Sénégal peine toujours à organiser les élections locales et départementales. En moins de trente ans, ces élections ont été reportées à cinq reprises. Si les trois reports ont été effectués sous l’ancien régime du président Wade, son prédécesseur, Macky Sall qui en compte déjà à son actif deux pourrait rattraper son retard avec ce vent d’incertitude qui plane au-dessus du prochain scrutin à cause de la pandémie de la Covid-19. 

Sénégal : 15 activistes arrêtés, Macky Sall attaqué à Londres

Au Sénégal, alors que plusieurs membres du collectif Ño Lànk Ño Bañ ont été arrêtés, ce samedi, par la police au cours d’une campagne de sensibilisation auprès des populations, le chef de l’Etat, Macky Sall, a été, lui, attaqué lors qu’il se trouve à Londres.

Mali - Déclaration du Parti SADI

Le Parti SADI s’incline tout d’abord devant la mémoire des victimes militaires et civiles dont notre peuple continue encore de porter le deuil, et présente ses condoléances les plus attristées à leurs familles éplorées, à notre armée nationale et à toute la Nation entière.

Ce drame que nous vivons illustre bien  que c’est l’impasse politique dans laquelle se trouve notre pays depuis le lancement du «  Dialogue National Inclusif »,fruit de l’accord politique signé entre le gouvernement du Mali et une partie de l’opposition politique et de la société civile qui tirent leur légitimité des contestations populaires du 5 avril2019  qui continue d’alimenter la crise sécuritaire dans laquelle notre armée nationale paye un tribut de plus en plus lourd, au point d’effaroucher les familles de plus en plus nombreuses de militaires.