Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Jeu, Mar
306 Nouveaux Articles

Présidentielle 2019 : la Cena manque de moyens

A trois jours de la présidentielle, la Commission électorale nationale autonome ( Cena), traverse des difficultés qui risquent de peser lourd sur le scrutin. 

A en croire EnQuête, l’organe chargé de contrôle et supervision du processus électoral manque de moyens financiers. Une source de l’institution citée par le journal renseigne qu’elle n’a reçu que la moitié du budget électoral, lequel est estimé à 4 milliards 589 millions de francs Cfa pour l’exercice en cours. 

Mame Mbaye Niang : « En 2012, 900 000 ménages sénégalais avaient besoin de bourses de sécurité familiale »

Invité à l’émission « Face à Dakaractu » ce lundi, le ministre du Tourisme a listé les principales urgences auxquelles le président Macky Sall devait faire face au moment de son élection en 2012 : les coupures d’électricité, le problème des inondations, la cherté des prix des denrées de première nécessité et la question du chômage des jeunes.

 Interpellés par Sud quotidien, dans le cadre de ce dossier réalisé en partenariat avec Osiwa et dont l’intitulé est: «Place et rôle de l’Assemblée nationale dans le contrôle des politiques: le cas de la 12e législature», l’honorable député Hélène Tine et son ancien collègue Pape Diallo dit Zator Mbaye, tout en admettant que «des efforts notables» ont été effectués par leur législature dans ce domaine, apprécient cependant diversement ce travail. 


La publication du Rapport 2016 de l’Agence de Régulation des Marchés publics (ARMP) a inspiré au Directeur général du Centre des Œuvres universitaires de Dakar (COUD) un long communiqué dans un quotidien de la place. Quelles ne furent ma surprise et mon indignation après une première, puis une seconde lecture du texte ! C’est carrément du cinéma et un tissu de contrevérités, surtout pour ce qui concerne la partie où il incrimine l’OFNAC – ce n’est pas la première fois d’ailleurs. Il vise davantage l’OFNAC, son ancienne Présidente et l’auditeur Papa IbraKébé, que le Rapport de l’ARMP. Le Rapport 2014-2015 de l’OFNAC et le dossier que cette institution a déposé auprès du Procureur de la République lui sont restés en travers de la gorge.

Birahime Seck du forum civil : «lettre au peuple : prodac, un festin de 36 milliards de francs cfa» chronique d’un scandale financier

 La création des Domaines agricoles communautaires (Dac), les péripéties de son financement, la gestion «calamiteuse» du contrat liant le Programme des Domaines agricoles communautaires (Prodac) à l’entreprise Green 2000, signé par le ministre de la Jeunesse d’alors, Mame Mbaye Niang, ainsi que ceux liant les entreprises TIDA et 3M Universal au Prodac, c’est un peu tout cela que le coordonnateur du Forum civil, Birahim Seck, explique dans son ouvrage intitulé: «Lettre au peuple: Prodac, un festin de 36 milliards de francs Cfa».

 La deuxième rencontre tenue vendredi dernier entre le président de la République, Macky Sall et les Syndicats d’enseignants, notamment le Saemss, le Cusems, le Sels/A et l’Uden, aura été la bonne. L’année académique 2017/2018 a été sauvée in extremis par Macky Sall qui a décidé de revaloriser l’indemnité de logement allouée aux enseignants, à hauteur de 100 000FCfa échelonné sur période bien déterminée. Face à cette mesure, les syndicats du G6 ont décidé de suspendre le mot d’ordre, en attendant que la plénière prévue aujourd’hui, lundi 30 avril, pour acter les mesures annoncées.

Venu assister à la manifestation organisée par la Rencontre des Acteurs et Mouvements pour l’Emergence (RAMPE), Talla Sylla Maire de Thiès a vidé son chargeur sur Idrissa Seck. Il a affirmé que la vérité historique est que l’idée encore moins la réalisation des chantiers de Thiès n’est pas d’Idrissa Seck. D’ailleurs dit-il, ce n’est nullement ces chantiers qui ont l’ont opposé à Me Wade, mais c’est autre chose, liée à l’argent.

Le ministre en charge du Développement du réseau ferroviaire soutient que le coût du train devant relier Dakar à son nouvel aéroport a coûté 568 milliards de francs. Qu’en est-il ?

Le ministre sénégalais chargé du Développement du Réseau ferroviaire, Abdou Ndéné Sall, a déclaré que le coût du Train Express Régional (TER) devant relier Dakar à son nouvel aéroport est de 568 milliards de FCFA hors taxes.

Il répondait au député Ousmane Sonko qui a récemment affirmé que le coût global du Train TER est de 1.200 milliards de francs, contrairement aux 568 milliards FCFA annoncés par le gouvernement.

Quel est le coût réel de cette infrastructure ? Africa Check a examiné la déclaration du ministre.

Le Btp serait-il une voie par laquelle l’Etat, sous prétexte de construire des infrastructures, organiserait, en fait, un véritable gaspillage avec l’objectif non avoué d’enrichir certains secteurs sous son contrôle. Cette question mérite d’être posée au regard de ces milliards de francs Cfa qui dorment dans des constructions inachevées initiées  sous  différents régimes dont les façades hideuses se dressent comme un affront à toutes les urgences telles la santé, l’éducation, l’agriculture qui souffrent d’un manque criant de financement. On peut citer comme exemple les travaux de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (l’ANOCI a été créée par le décret N°674 de juin 2004) et la  réfection du building administratif dont les travaux ont été lancés depuis 2013 alors que  jusqu’à présent l’ouvrage n’a pas été livré. Last but not least, l’annonce de la construction d’une annexe Palais à Diamniadio.

 Le Réseau des parlementaires pour la bonne  gouvernance des ressources minérales du Sénégal (Rgm) souhaite plus de transparence sur les contrats et accords signés pour l’exploitation des gisements de gaz se trouvant au large de la frontière avec la Mauritanie. Selon Mamadou Lamine Diallo et ses collègues députés, cela est devenu une nécessité afin d’éviter la malédiction du pétrole et du gaz qu’a connu certains pays. Le réseau des parlementaires pour la bonne gouvernance des ressources minérales (Rgm) du Sénégal veut plus de transparence sur les contrats  que l’Etat du Sénégal vient de signer avec la République Islamique de Mauritanie. Mamadou Lamine Diallo et ses collègues l’ont fait savoir hier, mardi 20 février, lors d’un atelier sous régional du réseau des parlementaires pour la bonne gouvernance des ressources minérales  de l’Afrique de l’Ouest (Rgm-Ao) portant sur les déterminants de la politique pétrolière et gazinière.

 Le rapport pour l’exercice 2016  de l’office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) a été rendu public. Dans ce rapport, l’autorité de contrôle a décelé un certain nombre d’infractions relatives à la corruption, à la concussion, au détournement de deniers publics, à la division des transports terrestres ainsi qu’au centre des services fiscaux de Dakar. En revanche, l’affaire Petrotim Sénégal, Petrotim Limites, Timis Corporation  et Kosmos Energy, est  toujours en instance.

Les grèves cycliques dans l’éducation sont-elles en train d’annihiler les investissements de l’Etat dans ce secteur ? Tout porte à le croire, si l’on se fie aux propos de l’inspecteur de l’Enseignement Mame Ibra Ba. D’après cet acteur de l’éducation, une année scolaire perdue coûte 500 milliards de francs Cfa. M. Ba se fonde sur la part du budget du Sénégal investie dans l’éducation, qui tourne autour de 480 et 500 milliards. 

Dans notre précédente contribution (15 février 2018, mêmes sources), nous nous sommes appesanti sur la prolifération coûteuse des agences nationales, avec leurs contrats spéciaux qui constituent, pour notre pauvre pays, un énorme gouffre financier et un lieu de recyclage de clients politiques. Les résultats d’une étude réalisée sur plus de 50 agences par le FMI à la demande des autorités étatiques en ont administré une parfaite illustration. C’est le Représentant Résident du FMI, M. Boileau Loko, qui a rendu compte de ces résultats lors d’un point de presse donné le mercredi 8 janvier 2014 (voir contribution susmentionnée). Deux ans après, il revint à la charge pour rappeler au président-politicien sa promesse ‘’de réduire de façon drastique les agences nationales’’.