Le couple rentrait de Diourbel où se passait la fête marquant les cent ans de l’église Notre Dame des victoires. L’autre accident a tué un agent de la police de proximité. Le drame est survenu aux environs du village de Keur Sagne. Il a été heurté par un véhicule particulier qui transportait trois personnes qui s’en sont sorties avec des blessures graves.

Agé de 39 ans, le maître coranique a été interpellé par les limiers du Commissariat urbain de Diourbel. Dans cette affaire d’actes contre nature, de pédophilie et de viol sur mineurs de moins de treize (13) ans qui secoue le quartier Médinatoul, le maître coranique a été surpris sur un garçon. Il aurait profité de la vacuité des lieux pour traîner l’enfant dans la chambre, confie une source de « l’Observateur ». Selon toujours cette source, le jeune garçon a confié aux limiers qu’il n’était pas le seul dans ce cas. 

 Un Comite régional de développement (CRD) pour vulgariser et partager la mise en place  du schéma de distribution des médicaments et produits essentiels dénomme Yeksinaa s’est tenu hier, mardi 12 décembre 2017 à la gouvernance de Diourbel. Les difficultés techniques et financières ont été soulevées comme obstacles à cette stratégie de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA) au cours de la rencontre. L’objectif est d’assurer la disponibilité de tous les produits au niveau des points de prestations de sante. La stratégie «Yeksinaa» permet d’assurer la disponibilité de tous les produits au niveau des points de prestations de sante, particulièrement dans les centres et postes de sante.  Elle vise à renforcer l’offre des soins de qualité qui constitue un élément fondamental dans la mise en œuvre de la politique de la Couverture maladie universelle.

Le conseil d’administration de l’Agence régionale de développement (Ard) de Diourbel s’est réuni hier, pour choisir le directeur de la structure. N’ayant pas pu trouver un consensus sur le choix de la personne à désigner, les administrateurs étaient obligés de passer au vote. Une première dans les annales des Ard depuis leur création avec la réforme du 22 mars 1996 portant régionalisation. C’est ainsi que le candidat Samba Laobé Mbaye arrivé 2ème et qui assurait jusqu’ici l’intérim du directeur sortant a été choisi après un vote où il a récolté 35 voix contre 6 sur son challenger Abdou Dieng arrivé 1er. Le  nouveau directeur a bénéficié du vote massif des maires.

  Parmi les affaires inscrites au rôle figurent 24 dossiers liés au trafic de drogue, au meurtre, vol commis en réunion, entre autres. Le budget qui devait servir à l’organisation matérielle de cette session n’est pas encore disponible.  

La première session de la chambre criminelle de Diourbel   débute ce 22 juillet .Pour cette présente session, le bal sera ouvert par Ibrahima Sow alias Ndoudou, Amadou Sow alias Bigué et Salif Ba alias Ousmane. Ils devront répondre des chefs d’accusation d’association  de malfaiteurs, de vol en réunion commis la nuit avec usage d’armes, de détention d’armes sans autorisation de port d’armes. 

GFM – (Dakar) Le Syntras a tenu un point de presse dans la salle de conférence de l’hôpital Heinrich Lubke pour dénoncer les maux dont souffre cet établissement public de santé.

A titre d’exemple,le mandat du délégué du personnel a expiré depuis bientôt 5 ans cite Samba Yella Diop secrétaire général de la sous section Syntras de l’hôpital. Selon ces syndicalistes, qui poursuivent leur diagnostic sans complaisance de la structure de santé, » pour bénéficier d’une promotion interne, il faut être un collaborateur ou un proche du secrétaire général du Sutsas par ailleurs DRH. Des travailleurs ont fait 10 ans de service avec un salaire deux fois, voire trois fois inférieur à certains agents de mêmes compétences. 

La commune de Ngohé, située dans le département de Diourbel, peuplée de 30 mille personnes, ne dispose pas d’infrastructures scolaires pour prendre en charge les tout-petits.

L’unique école préscolaire existante est dépourvue de toutes les commodités pour assurer de bons enseignements avec des conditions d’apprentissage pour 93 enfants, âgés de moins de 5 années. Et pour cause : Les infrastructures dans lesquelles ils étudient sont inadaptées. Elles étaient destinées à une auberge. Elles n’ont ni fenêtre encore moins de portes. Les mômes étudient aussi à même le sol. Pour faire face à leurs besoins naturels, les enfants sont obligés d’aller «dans les maisons voisines parce que tout simplement l’infrastructure ne dispose pas d’eau courante». 

Le Comité régional de développement axé sur l’alphabétisation, tenu hier à Diourbel, a été un moment fort de plaidoyer pour ce secteur qui est plombé par plusieurs contraintes. 

Le député Oumar Diakhaté a déploré hier à Diourbel la modicité du budget accordé au secteur de l’alphabétisation. «Sur un budget de 370.742.561.060 F Cfa en 2015, la part réservée à l’alphabétisation est trop petite. 

L’école franco-islamique «Keur Badiène Maï» a servi de cadre au département de Mbacké pour abriter l’ouverture de la semaine nationale de l’école de base. Une occasion mise à profit par Sokhna Mame Anta Mbacké, la directrice, pour promouvoir et exposer le plan « Majaalis » qui enseigne tout le programme du cycle élémentaire en 3- 4 ans à des élèves ayant mémorisé le Coran. Des pièces théâtrales et des récitals de Coran ont cadencé la rencontre.
Des exposés sur la nécessité pour chaque personne de disposer des pièces d’état civil ont été présentés conformément au thème choisi cette année pour cette semaine nationale de l’école de base.

  Le recteur de l’université  du Sine Saloum était en visite hier, mardi 20 janvier, à Diourbel. Le Pr Amadou Guiro  a annoncé  la rentrée scolaire de cette université en  octobre 2016 et la pose de la première pierre vers fin février par le chef de l’Etat Macky Sall. Cette université est par ailleurs, selon lui, au cœur des axes stratégiques du Programme Sénégal émergent (Pse).   Une rencontre de mise à niveau avec  les différents acteurs de développement de la région de Diourbel a permis au recteur de l’université du Sine Saloum de Kaolack  d’expliquer les différentes phases de la mise en œuvre de ce  projet qui constitue un axe stratégique du PSE  mais aussi d’inviter les populations et  les autorités locales à se mobiliser pour   préparer la cérémonie de pose de la première pierre de ce temple du savoir qui sera effectuée par le chef de l’Etat  en fin février. Pour le Pr Amadou Guiro, « cette université du Sine Saloum est au cœur  des axes stratégiques du Plan Sénégal émergent… Les préoccupations de 10 sur les 27  projets du Pse  sont prises en charge  par le projet de  l’université  du Sine Saloum ».

  Le village de Kapoundoune, dans le département de Bounkiling, a abrité ces dernières soixante-douze heures des journées de réflexion et de la culture. Les producteurs venus de plusieurs contrées du Fogny ont planché sur les stratégies de recapitalisation des variétés de semences locales. D’autres activités ludiques fondées sur la culture traditionnelle de l’ethnie joola ont agrémenté les festivités.  

L’association de lutte contre la soudure et l’endettement a inscrit dans son agenda annuel, à l’orée de chaque saison hivernale, l’organisation d’une journée de réflexion sur les stratégies d’amélioration des productions agricoles. L’édition 2015 a lieu à Kapoundoune, en plein cœur du Fogny autour des thèmes de la législation semencière et les pratiques paysannes, ainsi que l’enjeu de la réforme pour le paysan sénégalais. 

  Un essaim d’abeilles sème la terreur dans la localité de Thiamene sérère, située  à 4 km au Nord Sud de  la commune de Ndindy. Ces insectes ont blessé 6 personnes toutes internées au poste de santé de Ndindy.   

Les poules, les chèvres et les ânes ont été  décimés à cause des piqures de ces insectes. Ces  villageois ont été chassés de leurs maisons et se sont refugiés dans le village de Thiamene Wolof à quelques kilomètres des lieux. Les abeilles ont  envahi le baobab situé dans la maison de Ngagne Faye  .Ces populations  veulent  que les autorités administratives  volent à leur  secours . 

  Les travailleurs, affiliés à la  section locale du SYNTRAS de l’hôpital régional de Diourbel, en conférence de presse hier, vendredi 5 juin,  réclament de meilleures conditions de travail. Ce syndicat affilié à la CNTS demande au ministère de la santé, aux autorités locales d’œuvrer  à la régularisation des agents de l’hôpital en service depuis plus de 10 ans.   

Le secrétaire administratif  du syndicat national des travailleurs de la santé  de la section locale de l’hôpital régional de Diourbel, Boubacar Dacosta, n’a pas mis du temps pour fustiger la gestion de cet établissement public de santé. Pour  Boubacar Dacosta, les membres du SYNTRAS ayant quitté  le SUTSAS  n’ont jamais  pu  bénéficier de promotion alors qu’à côté de nouveaux arrivants étaient  promus, embauchés.

Pour une fois qu'il s'est résolu à parler à un journaliste, le très "sobre "Khalife de Digane a été direct et précis. Autant dire qu'il a cherché à mettre le doigt là où ça fait mal. Fidèle à son credo :  "dire la vérité, rien que la vérité et toute la vérité", Serigne Ahmed Sow, le moral au raz des pâquerettes, a reconnu que le Sénégal allait droit au mur à cause d'un système éducatif moribond paralysé par des grèves cycliques. " Ah si tout le monde savait l'importance que revêt l'existence d'une école performante dans un pays! Aucun État ne peut se développer sans école, et la situation qui prévaut au Sénégal est regrettable. Il faut que l'État négocie avec les syndicats ! C'est une nécessité impérieuse de mettre terme aux grèves, car l'éducation n'a  pas de prix, et sans éducation, nous aurons une jeunesse malsaine et vicieuse. L'ignorance est le pire obstacle au développement, ce qu'avait très vite compris le prophète Mohamed (PSL) ". 

 La campagne agricole 2014 a connu quelques difficultés au niveau de la région de Diourbel. Un comité régional de développement sous la présidence du gouverneur de région Mouhamadou Moustapha Ndao a permis aux autorités locales de sonner l’alerte pour permettre aux autorités centrales de prendre les mesures nécessaires en vue d’atténuer le sinistre qui frappe une bonne partie de la région de Diourbel.  

Des zones à risque alimentaire ont été identifiées au niveau de la région de Diourbel. «Dans toutes les départements et dans toutes les communes, il y a d’une façon ou d’une autre, des villages qui sont à risque alimentaire parce que tout simplement  cet hivernage s’est présenté de telle sorte que dans un rayon de 5 km, vous vous  retrouvez dans une exploitation où il y a rien. Cet hivernage est particulièrement compliqué», a lancé Abdoulaye Camara, le directeur régional du développement rural de Diourbel.