Le  sang a coulé dans l’espace politique de Keur Massar. De violents affrontements se sont produits dans la nuit du Dimanche à Lundi dernier entre membres de la coalition Vision alternative pour le Sénégal(Visas) que dirige le musicien salséro Alassane Ngom et ceux de la Coalition «  Lengo Ligueyal senegal ». Quatre blessés ont été enregistrés dont deux de chaque camp.

 

Le candidat de Visas Alassane Ngom a été arrêté par la Gendarmerie de Keur Massar. Mais les deux camps s’accusent mutuellement d’être à l’origine de la violence. Des coups de feu ont même retenti au niveau du quartier Unité 11 des Parcelles Assainies devant le domicile de Abdoulaye Sow vers deux heures du matin au moment où ce quartier était dans les bras de Morphée.

Situé à une dizaine de mètre de Mbeubeuss, le quartier de Madina Gana Sarr sis à Keur Massar est encore partiellement englouti par les eaux de pluie de la saison dernière. Aujourd'hui alors que l'hivernage s'annonce, la plupart des maisons sont toujours dans les eaux, obligeant ainsi bon nombre de voisins, ceux qui ont des moyens notamment, à faire leurs bagages. Les populations, fustigeant l'indifférence des autorités étatiques et communales à leur le sort, brandissent la menace de détruire le canal de drainage des eaux pluviales reliant le Lac Woui au Lac Mbeubeuss considéré comme la source du mal.

Fait diversUn handicapé moteur âgé de trente ans environ atteint d’épilepsie s'est donné la mort à Keur Massar en se jetant dans la fosse septique de sa maison familiale.

Ce jeune homme est non seulement un handicapé moteur, mais il lui arrive souvent de piquer des crises de nerfs. Et à chaque fois que cela lui arrive, il devient comme un lion enragé et se met aussitôt à détruire tout ce qui l'entoure avec une violence si inouïe que personne n'ose s'approcher de lui.

«Waaw Meun na Nekk» (Oui, l’avenir est prometteur ! ), une coalition citoyenne composée, entre autres, de Jëf Jël, du Res, de la fédération des regroupements des chauffeurs de Keur Massar, est en course pour diriger la mairie de Keur Massar à l’issue des locales du 29 juin prochain. Elle se propose de prendre en charge les aspirations des populations de la localité, là où, dit-elle, les politiques ont échoué.

Au total, 21 listes de partis et coalitions sont sur la ligne de départ, en attendant la publication officielle des listes retenues par l’autorité administrative locale, le sous-préfet des Niayes dans quelques heures, conformément à la loi. 

 

Le prix Nobel de médecine et de biologie, le Pr. Luc Montagnier, et d’autres passionnés des questions liées à la santé étaient, hier, l’hôte de l’hôpital de médecine traditionnelle de Keur Massar qui revendique de bons résultats dans le traitement des cancers, des hépatites, des hémorroïdes, du paludisme et, dans une moindre mesure, la prise en charge des malades du Vih/Sida. Le codécouvreur du Vih/Sida n’écarte pas une collaboration avec cet hôpital  pour vérifier l’efficacité des traitements.  

Fort utilisées par les populations en cette période d’inondations, les motopompes tuent. Le drame a eu lieu à Keur Massar (banlieue dakaroise) plus précisément au quartier Aïnoumady. 
Un homme de 35 ans a reçu de plein fouet une décharge électrique de l'engin. 
Ce, au moment où il oeuvrait dans les eaux stagnantes issues des fortes pluies depuis début août qui ont placé la zone dans la liste des lieux atteints d’inondations.  
Mort, son corps a été déposé à la morgue de l’hôpital Fann, livre la Rfm.

 

Une fille âgée d'environ cinq ans a été retrouvée morte dimanche dans un bâtiment en construction à Keur Massar, l’une des 16 communes d’arrondissement de la ville de Pikine, rapporte radio Futurs Médias (RFM, privée).Son décès remonterait à longtemps, soit entre une vingtaine de jours et un mois, a déclaré Mor Sy, un témoin, interrogé par la RFM.

 Le témoin précise que le corps a été retrouvé à un droit du bâtiment situé en hauteur et difficile d’accès. Il indique que la gendarmerie a été informée de cette découverte macabre.

DAKARACTU.COM Alors que Dakar semble oublier le calvaire vécu durant la pénurie d'eau qui a assoiffé des milliers de personnes durant presque trois semaines, Parcelles Keur Massar, une partie de Yembeul, Tivaouane peulh et autres proches localités continuent de vivre ce cauchemar. Leur ras-le-bol, les habitants de ces localités l'ont exprimé et menacent de se faire entendre dès après la Tabaski.

Keur Massar, 1er sept (APS) – Le mouvement "Jappo Defar Keur Massar" ambitionne de prendre part aux élections locales prévues en 2014, selon son responsable Doudou Keita, qui a déclaré samedi vouloir "créer les conditions d’épanouissement des populations" de cette commune d’arrondissement de la banlieue de Dakar.

"Evidemment, [participer à ces élections] fait partie de nos objectifs. C'est pourquoi nous avons choisi le slogan +aller ensemble au service de la commune+", a affirmé M. Keita en marge d'une assemblée générale constitutive de la structure.

 

Quelque 1000 familles parmi celles qui sont affectées par le projet de l’autoroute à péage dans la banlieue de Dakar ont décidé d’aller s’installer dans la zone de recasement de Keur Massar-Tivaouane, a appris l’APS, jeudi.

 

L’Unité spéciale d’exécution du projet de viabilisation, de terrassement et d’identification des terrains dans cette zone de recasement a procédé ce jour à une mise au point sur l’état des travaux entamés depuis 2010.