22
Dim, Juil
37 Nouveaux Articles

C'est l'ex président du Conseil d'administration de Air Sénégal S.a Lamine Sow qui parle ainsi. Selon lui, le Sénégal doit consolider son modèle de développement économique.
Lors d'une rencontre de mobilisation des troupes qu'il tenait ce week-end à Guédiawaye, le responsable politique du département de Podor estime que les sénégalais sont mis devant leurs responsabilités le 24 Février 2019, il s'agira soit de poursuivre la voie de l'émergence entamée soit d'opter pour une nouvelle voie.

Les femmes de Guédiawaye sont les premières à bénéficier de ce programme. Elles ont reçu 56 unités économiques, un lot d'équipements de production et de survie ainsi qu'un financement de 30 millions.

La ministre Ndèye Salimata Diop Dieng a remis aux femmes de Guédiawaye, dans le cadre de ce programme pilote, 56 unités économiques pour un financement global de cent millions de FCfa couvrant les cinq communes du département. C’était en présence du maire de Guédiawaye, Aliou Sall, d’autorités politiques et administratives, mais aussi de femmes venues en masse. Ces unités économiques sont accompagnées d’un lot d’équipements de production et de vie d’une valeur estimée à 50 millions. Ndèye Salimata Diop Dieng a estimé que deux mille (2000) femmes en ressentiront l’impact en termes de revenus.

Mme Salimata Diop Dieng, ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, est allée, ce samedi, à la rencontre des organisations féminines de Guédiawaye. Durant la rencontre, elle leur a assuré de son engagement à leur venir en appoint dans leurs activités génératrices de revenus.

"Je prends l'engagement de nouer un partenariat solide et dynamique avec les organisations féminines de toutes obédiences comprises. Une manière pour contribuer à l'optimisation du potentiel de la femme et de la jeune fille", a-t-elle déclaré devant les groupements de femmes venus répondre à son appel.

La ville de Guédiawaye a soufflé sur ses 50 ans en cette veille de Noël 2017. Un moment riche en émotions, mais qui sonne comme l’heure vers un nouveau cap. Car l’édile de la commune, Aliou Sall, a vu rouge à l’occasion : il a été houspillé, hué et, dit-on, même insulté par une horde de jeunes qui lui ont rappelé et martelé qu’il n’est pas un natif de Guédiawaye ; mais de Fatick plus tôt.

Mes chers Amis, Mes chers Camarades. 
Le Référendum d’hier, 20 mars 2016, a vécu. 
Même si nous avons gagné notre bureau de vote (Ecole 16 Bureau de vote no 3 : 197 pour le NON et 116 pour le OUI), notre Centre de vote et notre Commune Sahm Notaire, nous avons quand même perdu Wakhinane Nimzatt, Médina Gounass, Golf Sud et Ndiarème Limamoulaye. 
Pour 64 961 de suffrages valablement exprimés, le OUI a obtenu 34 954 soit 53.76% et le NON 30 036 soit 46.24% avec un taux de participation très faible de l’ordre de 34%. 
En attendant une analyse plus exhaustive au niveau de la Coalition « Gor ca wax Ja » et au niveau du Grand Parti, ces chiffres appellent de ma part les remarques suivantes: 
-Reconnaître démocratiquement notre défaite et féliciter le courant du OUI pour sa victoire ; 

Après le passage de Aliou Sall aux Marches du Quotidien, hier, les cadres de progressistes du département de Guédiawaye ont fait une sortie pour répliquer au maire de la ville de Guédiawaye qui dit n’avoir reçu aucun soutien de la part du numéro 2 de l’Afp, El hadj Malick Gackou, lors des dernières Locales.

Dame Seck, porte-parole du jour de ces cadres, déclare : «L’inter­view accordée à Aliou Sall est la plus belle preuve, la plus vivante illustration que Guédia­waye a un maire ni humble ni réfléchi. Et c’est dommage ! Et le contenu de l’interview fait ressortir dans ses principales articulations, les stigmates d’un homme sérieusement amnésique.» Et M. Seck de poursuivre : «Lorsque Aliou Sall déclare que Malick Gackou ne l’a pas aidé dans la conquête de la ville, il ré-étale toute son ingratitude.

Maitre coranique

L’OBS- Armé d’une machette, il avait sectionné trois doigts de la main gauche, ainsi que la main droite du «Yen a mariste» Cheikh Omar Sylla.

Quatre jours. C’est le temps qu’a duré la cavale du belliqueux maître coranique Amdy Diallo. Armé d’une machette, il avait, en complicité avec son frère Baba Diallo, sectionné trois doigts de la main gauche et la main droite du «Yen a mariste» Cheikh Omar Sylla.

Naufrage

L’OBS – Le décompte macabre du drame de la Méditerranée se poursuit. Hier, c’est à Wakhinane-Nimzath, banlieue de Guédiawaye, que L’Obs a rencontré une famille endeuillée par la vague de naufrages de clandestins en Méditerranée. Marié et père de 3 enfants, Assane Fall avait choisi de défier le désert de la Mauritanie et les eaux de la Méditerranée, afin de tirer sa famille de la pauvreté.

  La fermeture, par les autorités sénégalaises, des frontières avec la Guinée Conakry le jeudi 21 août dernier est accueillie avec beaucoup de soulagement chez les populations. Caléfourou/Linkéring est le principal point officiel de passage au niveau de la frontière. Il est bouclé et surveillé comme du lait sur le feu. Les services médicaux et paramédicaux veillent au grain pour détecter et prendre en charge tout cas suspect du virus Ebola. Cependant, l’existence de multiples points de passage clandestins et la propension des commerçants à fréquenter Diaobé, le plus grand marché hebdomadaire de la sous région ouest africaine, inquiètent nombre de populations.  

Guédiawaye (banlieue de Dakar) par 69 des 80 conseillers de la ville, a qualifié son élection de "victoire de la démocratie".

‘’Cette victoire est celle de la démocratie. Je voudrais remercier le président de la République [Macky Sall] qui nous a indiqué cette voie démocratique de conquête du pouvoir’’, a-t-il déclaré à l’issue du vote. 

M. Sall a été préféré à Bamba Kane et au maire sortant Cheikh Sarr qui ont obtenu respectivement 6 et 4 voix.

A Guédiawaye, c'est lui qui avait conduit la liste majoritaire de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY, mouvance présidentielle) aux élections locales du 29 juin dernier.

Le nouveau maire s’est félicité de la confiance que lui ont accordée les électeurs et les conseillers dans leur majorité. 

«Avec ou sans autorisation, nous allons descendre sur le terrain le 18 de ce mois pour manifester pour la libération de Karim Wade». Tels étaient les propos tenus ce week end dernier par Demba Dan, coordonnateur du mouvement plateforme des Karimistes.

Il l’avait dit, Demba Dan l’a fait hier vers 16 heures en se rendant à la station de Yeumbeul où il avait donné rendez vous aux responsables, jeunes et militants. Informés de la tenue de cette rencontre, des éléments du Gmi à bord de trois camionnettes ont fait irruption sur les lieux. 

Les élections locales passées, les populations avec leurs nouveaux mai­res des différentes communes d’ar­rondissement attendent avec im­patience des résultats concrets, pour le développement de leur localité.

A Guédiawaye, le frère du président de la République avait juré que son ambition était de changer la ville. Dans son programme, Aliou Sall  avait tenu à assurer qu’une politique de développement serait mise en place. Parmi ces projets, Aliou Sall avait indiqué que sur les 7,5 km du littoral, où se construit actuellement la Route nationale menant vers Tivaouane Peulh, «des hôtels et édifices publics seront construits avec l’appui de partenaires. Un programme d’infrastructures va être mis en place». 

Le maire sortant de Guédiawaye s’inscrit en faux contre l’idée qui voudrait qu’il ne soit pas candidat à sa réélection. Il accuse ainsi ses pourfendeurs de vouloir l’éliminer politiquement. D’où sa mise en garde à leur encontre.

Le maire sortant de Guédia­waye, Cheikh Sarr, n’est pas content de ceux qui voudraient l’écarter de l’élection du maire de la ville de Guédiawaye. Rejetant cet état de fait, il a soutenu lors d’une conférence de presse,: «Je suis bel et bien conseiller à la ville de Guédiawaye. Je suis candidat au poste de maire de la ville de Guédiawaye». En présence des différents partis membres de sa coalition, M. Sarr avertit : «Des personnes tapies dans l’ombre veulent me liquider politiquement, et je ne me laisserai pas faire». 

La décision de réglementer les Centres de sauvegarde de Guédiawaye et Cambérène repose, de l’avis du ministère de la Justice sur des critères objectifs : Un problème d’application des textes et d’effectivité des droits des enfants éligibles.

L’ancien ministre El Hadji Malick Gackou, parrain de l’édition 2014 de la Fête de l’excellence organisée par le lycée Seydina Limamou Laye de Guédiawaye, a promis samedi de récompenser chaque année les meilleurs élèves de cette école, avec un million de francs CFA.

"Je demande aux élèves de redoubler d’efforts pour retrouver la place de leader que le lycée Seydina Limamou Laye a toujours occupée. C’est pour cette raison que j’ai décidé, à titre personnel, d’offrir chaque année un million de francs CFA aux meilleurs élèves du lycée", a dit M. Gackou. 

Le responsable politique Lat Diop de la coalition Alliance 2014, par ailleurs Directeur des investissements, a fini par mettre de l’eau dans son vin. Lors de la campagne, il sillonnait toutes les ruelles de la commune pour déclarer Aliou Sall persona non grata dans la zone. Hier, pourtant, Lat Diop a retourné sa veste pour dire : «Tout cela n’est que du passé et désormais, que personne ne dise plus de Aliou Sall qu’il n’habite pas la banlieue, car il est maintenant d’ici». Après les élections locales, Lat Diop est arrivé en deuxième position avec 2500 voix contre 5500 à la coalition Bby.