Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Jeu, Mar
306 Nouveaux Articles

Une batterie de mesures. Dans un discours solennel devant l'Assemblée nationale, mardi 13 janvier, le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé plusieurs dispositions pour lutter contre le terrorisme, après les attentats des 7 et 9 janvier.

"A situation exceptionnelle doivent répondre des mesures exceptionnelles", a-t-il martelé. Mais il se refuse à mettre en œuvre "des mesures d'exception qui dérogeraient au principe du droit et des valeurs". Francetvinfo revient sur ces mesures.

Forum de la Renaissance Africaine (FORA)
Association Loi 1901 enregistrée sous N°W9913002218 Préfecture de Créteil (France)
www.forainfo.com Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Communiqué : Attentats terroristes en France et crimes « djihadistes» en Afrique


Le Forum de la Renaissance Africaine (FORA) condamne vigoureusement les attentats qui ont coûté la vie à des hommes de médias et d'innocentes autres personnes en France et salue la mobilisation exceptionnelle organisée le dimanche 11 janvier 2015 pour dénoncer cette barbarie d’un autre âge.
Le FORA voudrait en ce qui concerne l'Afrique, inviter les leaders du continent à faire preuve de la même détermination et du même engagement en organisant à Abuja au Nigeria ou à Bamako au Mali, des manifestations monstres à l'image de ce qui s'est fait à Paris pour "mondialiser" la bataille contre les « djihadistes » au Sahel et Boko Haram, qui depuis son apparition sur la scène des « horreurs » a fait des milliers de victimes sans susciter d’initiatives efficaces de la part des dirigeants africains.

Le chef de l’Etat sénégalais est à Paris pour participer, ce dimanche, à la « marche républicaine » d’hommage aux 17 personnes tuées dans la série d’attentats à Paris et sa proche banlieue, a-t-on a appris de bonne source.


Macky Sall qui a quitté Dakar, samedi soir, sera reçu par le président François Hollande au Palais de l’Elysée de 13h à 14h, avant le début de la marche, prévue à la place de la République, à Paris.

Le chef de l’Etat regagne Dakar dans la soirée. 

Après trois jours de sang et d'angoisse, la France reste sous le coup de menaces terroristes. Un responsable d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique a menacé la France de nouvelles attaques dans une vidéo diffusée hier soir et révélé par un centre de surveillance américain des sites islamistes.

Le parquet a annoncé, lundi 12 janvier, l'ouverture d'une enquête pour apologie du terrorisme visant Dieudonné. La veille, le polémiste avait écrit sur Facebook qu'il avait participé à la marche républicaine à Paris, et avait conclu avec ces termes : "Je me sens Charlie Coulibaly."

Un homme ressemblant à Amedy Coulibaly a revendiqué l'attaque d'une policière jeudi à Montrouge au nom du groupe Etat islamique, et affirme avoir "synchronisé" ses actions avec celle menée par les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo, dans une vidéo postée ce matin sur internet.

Cette vidéo de 7 minutes et 17 secondes, qui a très rapidement été retirée du site Dailymotion, n'a pas été authentifiée dans l'immédiat. Elle se présente comme la revendication posthume de certaines des attaques commises en France en fin de semaine, dans un montage soigné.

Amedy Coulibaly retenait plusieurs otages depuis le début d'après-midi dans une épicerie casher dans l'est de Paris, tandis que les frères Kouachi étaient retranchés dans une entreprise en Seine-et-Marne.

Amedy Coulibaly, le preneur d'otages de la porte de Vincennes, à Paris, et suspect de la fusillade de Montrouge, a été tué lors de l'assaut lancé en fin d'après-midi, vendredi 9 janvier, et plusieurs otages ont été libérés.

En parallèle, les deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo ont été tués à Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne, où ils étaient retranchés depuis le début de journée, vendredi 9 janvier. Leur otage est indemne.

Il est 15 h 30, place Léon Blum à Paris, quand au loin retentissent la première Marseillaise et les premiers applaudissements. Le cortège engage sa marche, scandant «Charlie ! Charlie !». Au balcon sur le boulevard Voltaire, des riverains ont accroché des pancartes «Je suis Charlie», et des panneaux «Laïcité». Dans le ciel tourne un hélicoptère.

Le premier cortège s’avance, celui des familles et des proches des victimes. Certains arborent un bandeau blanc «Charlie» autour de leur tête. D’autres sont coiffés d’une kippa. Au premier rang, les membres survivants de l’équipe de Charlie Hebdo se tiennent par la main. Tous sont très émus : Patrick Pelloux, en larmes, Luz, Coco et les autres… Des encouragements tombent des immeubles du boulevard.

La presse française, dont L'Express, relaye ces derniers jours les témoignages d'enseignants effarés par certaines réactions d'élèves musulmans. Un problème pas tout à fait nouveau, mais qui pose de nombreuses questions. 

La presse française, dont L'Express, relaye ces derniers jours les témoignages d'enseignants effarés par certaines réactions d'élèves musulmans. Un problème pas tout à fait nouveau, mais qui pose de nombreuses questions.

7329615-terrorisme-apres-serval-au-mali-la-france-lance-barkhane-au-sahel

iGFM – (Dakar) « Le Sénégal n’a jamais connu d’attentat terroriste. Mais, cela ne veut pas dire que le Sénégal est complètement indemne. Il faut s’en féliciter et toucher du bois. Nous avons un environnement sous régional assez difficile ». Telle est la déclaration faite par le Directeur général de la direction de la surveillance du territoire, Matar Diop ce matin au Cices.

Après avoir visité le stand de la Police nationale, il s’est inquiété de la situation qui prévaut au niveau de la sous région. « Nous avons un environnement sous régional qui est difficile » à gérer au moment où « le terrorisme est aujourd’hui, le fléau qui constitue la menace la plus grave contre la paix et la sécurité internationale. Aucun Etat actuellement n’est épargné. Aucun Etat lui seul ne peut justement venir à bout de ce fléau ».