Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

21
Mar, Mai
0 Nouveaux Articles

Sénégal - Insécurité alimentaire au Sénégal Podor, Matam, Ranerou, Kanel, Tambacounda et Goudiry menacés par la crise

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

 Six (6) départements du Sénégal seront en crise alimentaire à partir du mois de  juin si rien n’est fait pour renverser la tendance. Cette alerte est du secrétariat exécutif  au conseil national de la sécurité alimentaire (Se-Cnsa). Il s’agit des  départements de Podor, Matam, Ranerou, Kanel Tambacounda et Goudiry. Selon Jean Pierre Senghor, secrétaire exécutif du Se-Cnsa, le gouvernement  est en train de préparer une riposte avec ses partenaires pour appuyer les populations avant que la crise ne se déclare.

Ainsi, 11 milliards de francs Cfa seront mobilisés pour assister les ménages vulnérables. Cette année, six (6) départements du Sénégal sont menacés par la crise alimentaire. L’alerte est faite par le secrétariat exécutif au conseil national de sécurité alimentaire hier, mardi 24 avril lors d’un petit déjeuner de presse. «A partir du mois de  juin,  six départements seront en crise. Il s’agit de Podor, Matam, Kanel  Ranerou, Tamba et Guoudiry. Dans ces 6 départements  20% des personnes sont dans une situation où elles ne peuvent pas accéder à la nourriture sans être aidées», a fait savoir Guenou Seck Camara, responsable de la cellule étude et planification du Se-cnsa.
Elle ajoute que  durant la  phase courante c’est-à-dire de mars jusqu’au mois de mai, 2,6 % de la population seront en crise. «Actuellement, 319 mille personnes ont besoin d’être assistées en urgence alimentaire mais d’ici juin-juillet si rien n’est fait, 6% de la population soit 751 mille 130 personnes seront dans une situation de crise », prévient-elle.
 
11 MILLIARDS DE FRANCS POUR LA RIPOSTE
 
A en croire à Jean Pierre Senghor, secrétaire exécutif, le gouvernement  est en train de préparer une riposte avec ses partenaires pour assister les populations avant que la crise ne se déclare.  Pour se faire, il  souligne la nécessité  de mobiliser une enveloppe de 11 milliards de francs Cfa.
 
«La situation pastorale nécessite 5 milliards et la situation animale 6 milliards de francs. Ce qui fait 11 milliards», confie-t-il.
Selon Joseph Sadio, chargé des programmes au Programme alimentaire mondial (Pam), en vue d’appuyer le gouvernement du Sénégal à mettre en œuvre son plan d’urgence pour la sécurité alimentaire  des populations les plus vulnérables. Le Pam a défini un plan d’assistance basé sur la modalité  des bons d’achats alimentaire pour mieux lutter contre l’insécurité  alimentaire au Sénégal.
«Pour le plan de riposte, le Pam a ciblé 130 mille bénéficiaires dans les départements de Matam et Podor. Cette assistance alimentaire sera combinée avec une distribution de produits nutritionnels pour le traitement de la malnutrition aigue, modérée chez les enfants de 6 à 59 mois et les femmes enceintes. Le démarrage de la distribution est prévu avant le mois de juin  pour une durée de 3 mois, soit 3 distributions pendant la période de soudure», a-t-il soutenu.
 
UNE OPERATION DE SAUVEGARDE DU BETAIL LANCEE
 
Des problèmes d’insécurité alimentaire sont également notés sur la situation pastorale. En effet, selon le secrétariat exécutif du conseil national de sécurité alimentaire, sur 19 départements, il y a un déficit fourrager et un tarissement des mares. Pour remédier à ce mal, le ministère de l’élevage et de la production animale a lancé une opération de sauvegarde du bétail qui va cibler  25% du cheptel des 17 départements ciblés.

«Cela est évalué à 23 mille tonnes d’aliments de bétail et en déparasitant pour un montant total de 5 milliards de francs Cfa. En terme de disponibilité financière, 300 millions ont été dégagés par le ministère de l’élevage, 500 millions sont mobilisables dans le cadre du projet d’appui au pastoralisme dans le Sahel, plus de 2 milliards disponibles dans les compte du crédit agricole et 400 millions  de la Fao», a indique Khady Kane de la direction de l’élevage.

 

source:http://www.sudonline.sn/podor-matam-ranerou-kanel-tambacounda-et-goudiry-menaces-par-la-crise_a_39296.html