Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

16
Mar, Avr
0 Nouveaux Articles

Afficher les éléments par tag : scandale

Après la déclaration du président tunisien Kaïs Saïed sur l’immigration clandestine des Africains subsahariens en Tunisie, le gouvernement, à travers le ministre des Affaires étrangères Nabil Ammar, a tenu à clarifier les mesures prises par les autorités. Il estime que la lutte contre l’immigration clandestine ne peut être qualifiée de raciste et la Tunisie, en tant que membre fondateur de l’Union Africaine, ne peut être raciste vis-à-vis des autres Africains. Par ailleurs, le Gouvernement tunisien a mis en place une série de mesures pour aider les Subsahariens en situation irrégulière à régulariser leur situation ou à rentrer dans leurs pays dans un cadre concerté avec leurs ambassades. 

Publié dans News

Le Consulat de France à Dakar est au cœur d’un gros scandale de trafic de visas. Au moins un agent du service des visas au Consulat est impliqué dans le business, rapporte "Libération", qui signale que le Quai d’Orsay a dépêché une équipe d’enquêteurs à Dakar pour élucider cette affaire.

Publié dans POLITIQUE

Selon une enquête publiée ce jeudi par plusieurs médias africains et européens, «les dirigeants d'une société d'énergie obscure ont soudoyé des responsables nigérians pour obtenir des licences d'exploitation pétrolière spectaculairement rentables. Aujourd'hui, le projet Suisse Secrets révèle que la société mère de l'entreprise (AOG) a versé de l'argent sur des comptes bancaires suisses détenus conjointement par ses employés et des élites africaines, dont deux sénégalais très connus…

Publié dans PEOPLE
Le député Djiril War solde ses comptes avec Moustapha Diakhaté et l'accuse de détournement. Il déballe contre l'ex-ministre conseiller du Président Macky Sall.

"Tout le monde doit parler sauf Moustapha Diakhaté. En sus de son salaire de 3 millions de député et de président du Groupe, il avait fait main basse sur des fonds du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (Bby) d'un montant de dix millions mensuels pendant 5 ans", a-t-il révélé dans Walf Quotidien.

Publié dans POLITIQUE

Le Conseil constitutionnel a retenu cinq candidats  pour briguer la présidentielle de 2019. Selon Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki, « cette annonce faite à l’avance vise à prouver à Macky Sall une loyauté sans faille et que les désirs du chef sont bien exécutés ». D’ailleurs, accuse-t-il dans sa question économique de la semaine, « le Conseil constitutionnel a mis en place une boîte noire, (un logiciel, une liste électorale, une procédure de vérification), pour sélectionner ses candidats en toute illégalité. Il se disqualifie de jour en jour et devient le complice du coup de force que tente BBY ». En vérité, selon toujours MLD, « l’enjeu est de s’assurer la mainmise totale sur nos ressources pétrolières et gazières par la dynastie Fayesall et la mise en place d’une gouvernance du compal (thiompal) dans laquelle les prédateurs distribuent à leur guise, à qui ils veulent, une petite portion des ressources, tout en gardant l’essentiel pour eux-mêmes ». 

Publié dans POLITIQUE

Aya Nakamura finit l’année 2018 sur une très mauvaise note. Alors qu’elle était en déplacement au Sénégal, la jeune chanteuse s’est mis ses fans à dos. Aya Nakamura aurait sans doute préféré finir l’année d’une meilleure façon. Déjà il y a quelques semaines, la jeune chanteuse était au cœur d’une polémique après avoir pris la mouche. La raison : la prononciation de son nom de scène écorché à maintes reprises lors des NRJ Music Awards.

A l’issue de la cérémonie, la jeune chanteuse s’était indignée du traitement qui lui avait été réservé, écrivant ainsi : « On n’invite pas les gens quand on n’arrive pas à dire son nom correctement !!  » Voilà qui en était assez pour déclencher une vive polémique, certains prenant la défense de la chanteuse tandis que d’autres avaient fustigé sa susceptibilité. Mais loin de finir l’année sereinement, Aya Nakamura s’est, cette fois-ci, attirée les foudres de ses fans.

Publié dans PEOPLE

L'ancien maire de Longuyon a été condamné ce mardi à deux ans de prison dont six mois ferme par le tribunal correctionnel de Briey. Pierre Mersch âgé de 81 ans aurait détourné des caisses de la commune et de la communauté de communes 658.000€ pour investir dans un salon d'esthétique au Sénégal.

Pierre Mersch a été maire de Longuyon pendant 37 ans et président de la communauté de communes Terre Lorraine du Longuyonnais. Il s'est toujours défendu "d'avoir mis des sous dans sa poche" mais ce mardi, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Briey à 24 mois de prison dont 6 mois ferme pour détournement de fonds. L'ancien élu écope aussi d'une peine d'inéligibilité pendant 10 ans, les sanctions financières seront décidées le 13 décembre lors de l'audience sur intérêts civils, Pierre Mersch pourrait faire appel. 

Publié dans POLITIQUE

À l’occasion de la manifestation du collectif pour la protection de l’enfant, les imams entre autres acteurs de la religion se sont prononcés sur ces actes de violence à l’endroit des enfants. Des sacrifices d’enfants pour atteindre un statut social, un tel acte est déploré par la population. Ainsi ils demandent à tous de revoir leur comportement et surtout aux parents de veiller sur leurs progénitures.

Publié dans FAITS DIVERS

L'ambassadeur itinérant Abdou Samath Mbacké a organisé ce dimanche un forum pour discuter sur le sort des arabisants. Il s'agissait pour le marabout, par ailleurs acteur politique, de mettre le doigt sur les maux de ces sénégalais dont le seul tort, est d'avoir appris l'arabe. C'était l'occasion pour l'ambassadeur de rappeler que les arabisants sont des citoyens à part entière et non des Sénégalais entièrement à part. L'occasion faisant le larron, il a rappelé que l'Islam n'est pas incompatible avec les valeurs de la République.

Publié dans POLITIQUE

Le Professeur Amsatou Sow Sidibé estime qu'elle n'a pas vu un une disposition expresse condamnant l'apologie et du viol, mais reste d'avis que El Hadji Songué Diouf, en tant que professeur n'avait pas le droit d'assimiler le viol à l'habillement d'une femme.

Publié dans FAITS DIVERS