Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
96 Nouveaux Articles

Carlos LOPES est "LE GRAND INVITE DE L'ECONOMIE" RFI/Jeune Afrique, samedi 5 avril à 12h30

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

Un sommet sur la Centrafrique ?

« C’est vrai que la crise centrafricaine a été le principal objet de débat du sommet de Bruxelles. Cela n’est pas anodin et cela se répète souvent dès qu’il y a un sujet chaud, y compris dans les sommets de l’Union africaine. Mais en coulisses, il y a aussi eu des négociations assez serrées sur les accords de partenariat économique [APE] et, plus largement, sur les questions commerciales, les migrations, le changement climatique et les objectifs de développement post-2015. »

La question des APE :

« Ce n’est pas un hasard si on négocie depuis treize ans. L’APE annoncé avec la Cedeao[Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest] pose plusieurs problèmes. Il y aura une aide de l’Union européenne de 6,5 milliards de dollars [4,7 milliards d’euros], mais c’est moins que ce qui est déjà reçu… Ensuite, les productions qui compteront pour le développement africain ne sont pas protégées. Ces accords ne tiennent pas compte de ce que sera l’Afrique dans vingt ans : un continent industrialisé. Enfin, les APE doivent être cohérents entre les différentes sous-régions pour ne pas empêcher le développement d’un marché africain intégré. »

États, engagez-vous !

« L’industrie est en recul en Afrique, mais nous sommes actuellement à un tournant, avec un engagement nouveau des États du continent. Des pays comme l’Éthiopie et le Rwanda, par exemple, ont des taux de croissance supérieurs à la moyenne africaine, alors qu’ils n’ont pas beaucoup de ressources naturelles. C’est une affaire de détermination politique : ces

pays se sont dotés de dispositifs de décision et d’institutions cohérentes qui leur permettent d’avancer. »                                                                                                                   

Les oubliés de la croissance

« Les petits pays ne s’en sortiront pas sans intégration régionale. C’est l’idée de locomotive : l’Afrique a besoin de pôles de croissance, de grands pays, de grandes villes, reliés aux plus petits par des infrastructures performantes. »

 

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?