Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
09
Jeu, Fév
5 Nouveaux Articles

Une autorisation accordée par le régulateur britannique au premier réassureur du continent africain

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

L’agrément accordé  par une des autorités de régulation les plus strictes au monde, garanti  aux compagnies d’assurance africaines des solutions de réassurance transparentes  et facilement exploitables soutenues par des notations de crédit et par une  surveillance de la part des  puissants organismes réglementaires de la Grande Bretagne, l’Autorité de la Régulation  Prudentielle (PRA)  et l’Autorité de la bonne  Conduite Financière(FCA).

 

 

 Une somme initiale de de 50 000 000 dollars américains en liquide  a  été investie  par Les fondateurs en tant que capital de démarrage  pour financer la compagnie de réassurance basée à Londres.

M. Andrew Lewis, co-fondateur et PDG de One Re a déclaré : « One Re s’engage à tirer profit de ses  15 ans  d’expérience  en Afrique, de son expertise technique et de sa réussite sur le marché de l’assurance   africain  pour soutenir la croissance du continent ».

Selon M. Lewis, le retour des investisseurs internationaux en Afrique a offert aux marchés locaux une excellente opportunité pour développer et renforcer  localement le secteur  de la réassurance.

One Re bénéficie du soutien des compagnies internationales de réassurance de classe A qui offrent une stabilité et une protection a  son portefeuille.

Selon Lewis, “il y a certainement un retour mondial  en terme de  gout du   risque. Les marchés de l’Afrique Sub-Saharienne ont bénéficié de l’intérêt ressuscité des investisseurs qui a  dopé la demande pour l’assurance et la réassurance en Afrique ».

Les projets d’infrastructures et de développements de grande envergure ayant lieu en Afrique aujourd’hui dopent la demande pour la réassurance. Selon les dernières prévisions du FMI, la région de l’Afrique Sub-Saharienne conservera  la deuxième place mondialement  en terme croissance en 2015 avec un taux de croissance prévu  de 5.75%.

“Les trois facteurs principaux requis pour soutenir la croissance des marchés de la réassurance en Afrique sont :

  1. Des connaissances spécifiques et une expertise technique dans le domaine de la gestion de risques en Afrique.
  2. La  formation et le développement des compétences et la transmission  des connaissances au niveau local.
  3.  l’augmentation de la rétention des risques et  des primes en Afrique », selon M. Lewis.

Il a ajouté que la formation et la remise à niveau des connaissances et des compétences locales en termes d’assurance sur les marchés africains seront une priorité pour One Re.

Pour relever le défi, One Re a l’intention d’investir dans l’établissement des institutions et des programmes de formation relatifs à l’assurance spécialement conçus pour les marchés  locaux.

“One Re s’intéresse uniquement à l’Afrique ; notre succès dépend du succès du secteur de l’assurance africain en général. Nos actionnaires et la majorité des membres de  notre équipe de direction sont des africains ayant  travaillé en Afrique pendant plus de deux décennies ; nous sommes confiants en  le continent  Africain et en  la croissance du secteur », a-t-il conclu.

À propos de One Re:

One Re est une compagnie de réassurance professionnelle centrée sur l’Afrique avec une vaste expérience d’activité  sur le continent africain. One Re, dont le siège se trouve à Londres, le centre financier international pour l’assurance et la réassurance international, est gérée selon le régime commun de règlementation de l’Autorité de la Régulation  Prudentielle de la Banque d’Angleterre et  de l’Autorité de la bonne  Conduite Financière.

Etablie par des experts africains dans le domaine de l’assurance, One Re répond aux besoins du secteur africain de l’assurance en réunissant des capacités internationales, des connaissances africaines et des clients locaux et internationaux.

Pour de plus amples informations sur One: www.onere.com

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

source: http://www.me-newswire.net/news/12937/fr

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?