Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

23
Mar, Avr
0 Nouveaux Articles

Manque de moyens, lutte contre les feux de brousse, etc., le Sénégal cherche 26 milliards f cfa

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

  La gestion des déchets plastiques, les feux de brousse, les pollutions industrielles et leur impact néfaste sur l’environnement sont entre autres préoccupations des députés portés à l’attention du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Bibi Baldé, qui hier, jeudi 27 novembre était à l’hémicycle pour le vote du budget de son département. Concernant la lutte contre les feux de brousse, avec son cortège de malheur, notamment chez les éleveurs et le couvert végétal, le ministre a annoncé que le gouvernement est à la recherche de 26 milliards de F Cfa pour faire face au phénomène.

 

Le passage du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Bibi Baldé à l’Assemblée nationale a été l’occasion pour les députés de revenir sur des questions qui interpellent son département. En plus d’une politique de gestion des déchets plastiques qui a été requise, Abdoulaye Bibi Baldé é été interpellé sur les nombreux cas de feu de brousse qui coûtent très chers à l’Etat.

 

 
 
En réponse, le ministre de l’Environnement a révélé que le gouvernement a déjà étudié et validé un projet de lutte contre les feux de brousse. Ce programme est évalué à 26 milliards de F Cfa. Seulement, ce financement n’est pas disponible. Il va falloir le rechercher. «Les feux de brousse nous préoccupent beaucoup. C’est pourquoi nous avons tablé sur un projet de lutte contre ce phénomène qui est évalué à 26 milliards de F Cfa dont le financement est à rechercher», a informé Abdoulaye Bibi Baldé qui défendait son budget pour la gestion 2015, devant l’Assemblée nationale.
 
Les députés ont par ailleurs déploré, la modicité des crédits alloués au Service des Eaux, Forêts, Chasse et Conservation des sols, les conditions de travail des agents des Parcs nationaux en service à Niokolo Koba.  Les élus ont aussi souhaité qu’une taxe sur les nuisances soit appliquée aux occupants du littoral en attendant, disent-ils, qu’une loi  sur le littoral (environnement) soit votée. L’effondrement des maisons situées prés du Technopole, les agressions sur le littoral, la pollution occasionnée par une fabrique de café à Golf Sud et les travaux de construction de l’arène nationale, ont été aussi portés à l’attention du ministre de l’Environnement et du Développement durable.
 
Les députés ont fait des propositions à Abdoulaye Bibi Baldé allant dans le sens du regroupement de certaines structures relevant de son département, notamment l’Agence nationale de l’aquaculture et celle des Ecovillages pour,  disent-ils, minimiser, rationaliser les dépenses. La protection des iles du Saloum, l’édification d’une digue de protection au niveau de la commune de Foundioune, l’accompagnement d’un Projet bois du village à Bambey et le respect de l’environnement dans les zones minières, la régularisation de 31 agents en service au Parc de Niokolo Koba n’ont pas été occultées.  
 
Par rapport à ces griefs, Abdoulaye Bibi Baldé a reconnu, la modicité des moyens des agents des Eaux et Forêts. Sur ce, il espère que dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de renforcement et de consolidation des acquis (Prca), financé par le Royaume des Pays-Bas, un remède sera trouvé à ce problème. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable annonce d’ailleurs le recrutement de 30 agents des Eaux et Forêts, cette année, pour parer au déficit de personnel.
 
S’agissant des sociétés minières, Abdoulaye Bibi Baldé juge que le fonds de réhabilitation domicilié au ministère des Mines n’est pas encore fonctionnel. Mieux, ajoute-t-il, la gestion de la pollution de la société d’exploitation de l’or de Sabadola est du ressort de l’usine elle-même. Revenant sur les maisons riveraines du Technopole et l’unité de transformation de café à Golf Nord, le ministre de l’Environnement indique qu’une mission sera envoyée sur les lieux.  
 
Concernant la brèche de St-louis, Abdoulaye Bibi Baldé annonce la pose de géo-tubes pour une solution à court terme mais, précise-t-il, «le gouvernement, avec l’appui du gouvernement néerlandais, tente de trouver des solutions définitives». 

source:http://www.sudonline.sn/le-senegal-cherche-26-milliards-f-cfa_a_21867.html