Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
01
Jeu, Déc
93 Nouveaux Articles

Sénégal - SGBS : Des pertes record devraient être annoncées mercredi prochain

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

De fait, « Le Témoin » est en mesure de vous révéler, de manière très inhabituelle, le directeur général de la SGBS, le Français  Yann de Nanteuil, a adressé des correspondances aux  chefs de ses agences pour leur demander d’informer leurs clients (et pas seulement les actionnaires !) du fait que les résultats de 2014 ont été mauvais. Comme si c’était leur boulot à eux d’annoncer les mauvaises nouvelles… Anticipant, il est monté lui-même au créneau pour distiller le message dans certaines gazettes de la place. Ainsi, il a déclaré ceci à nos confrères du « Quotidien » : « 2014 passera dans la ligne 2012-2013, c’est-à-dire que ce sera une très mauvaise année pour la Sgbs. On aura un résultat négatif et on va présenter ce résultat à la validation de l’Assemblée générale qui aura lieu en fin de mois… » Mieux, ou pis, c’est selon, la maison-mère à Paris a envoyé il y a quelques semaines une délégation à la Commission bancaire d’Abidjan pour informer le gendarme régional des banques du fait que le résultat de la Générale sera exceptionnellement mauvais cette année. Face aux inquiétudes de leurs interlocuteurs, les envoyés du siège s’étaient montrés rassurants : « nous couvrons entièrement notre filiale sénégalaise et allons l’appuyer dans cette mauvaise passe, surtout qu’elle dispose de fonds propres suffisants ». Remarque d’un des membres de la Commission bancaire : « Oui, mais le plus gros problème, ce sera d’expliquer cette perte à l’opinion sénégalaise ! ». Bref, ça sent le roussi et les résultats ne s’annoncent pas franchement gais. A propos d’avoirs, M. Yann de Nanteuil a confié ceci au « Quotidien » : « «On a toujours 38 milliards de fonds propres » expliquant que son établissement a dû provisionner 90 milliards de francs en trois ans histoire de se mettre aux normes et « respecter l’ensemble des règles de la Banque centrale. » Cela dit, si les fondamentaux ont été rétablis, les 450 actionnaires sénégalais, eux, font grise mine puisqu’étant privés cette année de dividendes. Surtout, ce qui les inquiète, c’est le niveau des pertes annoncées. Au niveau de la banque, l’information est verrouillée comme l’or de Fort Knox même si, à force d’insister, un administrateur nous a sorti le chiffre effarant de « presque 37 milliards de francs » de pertes. Un chiffre que nous avons cherché à recouper auprès de la directrice de la communication de la Sgbs, Mme Marième Seydi Hanne, qui s’est refusée à tout commentaire arguant de la confidentialité de l’information bancaire,  celle-là devant être réservée en priorité aux membres de l’Assemblée générale. A ce niveau également, c’est motus et bouche cousue au niveau des actionnaires que nous avons contactés. Nous voulions seulement savoir si ces « plus de 36 presque 37 milliards » correspondent bien aux pertes ou aux provisions, en vain. 
Envoyé par Paris pour « nettoyer la banque » selon l’expression d’un cadre (pas au Karcher, on espère), M. Yann de Nanteuil, inspecteur général des finances venu de Bercy après être passé par les cabinets ministériels, n’y est effectivement pas allé avec le dos de la cuillère pour redresser les comptes. Tout y est passé : réduction ou suppression des avantages des employés, tolérance zéro en matière de détournements, une spécialité des travailleurs-maison comme le montrent les scandales qui ont défrayé la chronique dernièrement dans les agences des Maristes et de Cambérène, notamment, où des centaines de millions de francs ont été pompés au moyen d’une ingénierie financière à faire pâlir de jalousie les traders de la City, à Londres, restriction des crédits accordés à certaines catégories de clientèles, diminution du budget publicitaire etc. A propos de dissipation, n’oublions pas les délégués du personnel envoyés en prison sous l’accusation de détournement des fonds destinés à l’organisation de la colonie de vacances des enfants du personnel. 
De fait, la banque était gangrenée par les créances pourries, notre entreprise faisant certainement partie du lot ! Comme le révélait notre excellent confrère le magazine du business « Réussir » dans son édition de septembre dernier, la part des créances en trésorerie contentieuse de la Sgbs était de 49 sur 441 milliards en 2013, soit 11 %  du total contre 17 sur 429 milliards pour Attijariwawa, leader de la place, soit 4 %. Il urgeait effectivement de provisionner, et beaucoup. Quant aux bénéfices, il ont fait le yo-yo, ces dernières années :  13,469 milliards en 2011 qui était un excellent millésime, 2,157 milliards en 2012, puis remontée en 2013 avec 4, 263. Quant à 2014,  ça va être soit l’étiage soit… le gouffre ! 
L’amour-propre des actionnaires sera certainement flatté par le fait que la banque a des fondamentaux de nouveau solides. Seulement voilà, à la place, ces actionnaires auraient préféré que leurs comptes bancaires reçoivent des milliers ou des millions de francs de virements en guise de dividendes. Hélas, ils en sont réduits à lire la rage au cœur les explications laborieuses de Yann de Nanteuil en se disant : « cause toujours, tu nous intéresses ». S’ils n’ont pas tout simplement l’impression que ce directeur général venu pour redresser l’établissement au logo en rouge et noir leur raconte… des comptes à dormir debout dont ils se seraient bien passés ! 
                                                 

 

 

 Le Témoin » quotidien

url ref : http://www.dakaractu.com/SGBS-Des-pertes-record-devraient-etre-annoncees-mercredi-prochain_a90303.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?