Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
09
Jeu, Fév
5 Nouveaux Articles

Développement et optimisation des performances de la filière arachide le ministre Papa Abdoulaye Seck étale ses 10 préoccupations

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times


 
«J’ai retenu une dizaine de préoccupations qu’il faut considérer. La première, c’est la reconstitution du capital semencier  pour que véritablement nous puissions espérer  un  différentiel de productivité de 20 à 40% grâce à un remplacement graduel des semences écrémées par des semences certifiées. La deuxième préoccupation que nous avons, c’est de tout faire pour qu’il y ait  une préservation et une fortification de notre tissu industriel. Ce qui devrait nous permettre d’avoir plus de valeur ajoutée, grâce à des activités industrielles diversifiées», a-t-il relevé.
 
Selon le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, la troisième préoccupation a trait à l’exploitation optimale de nos avantages comparatifs sur les marchés internationaux. Parce qu’il faut lutter contre l’étroitesse  du marché local. «C’est dire donc que, conformément aux options du gouvernement du Sénégal, il ne s’agit pas de choisir entre l’exportation de graines et la fortification, mais il faut  choisir les deux et ceci doit être compris par tous», a-t-il soutenu.
 
La quatrième préoccupation, d’après le  ministre, c’est le renforcement de la transparence et de l’équité dans les opérations concernant les revenus des ruraux. La cinquième, c’est qu’on ne peut pas développer une filière sans une véritable incorporation des innovations technologiques. Ce qui veut dire, pour lui, un changement de la carte variétale. La sixième préoccupation du Dr Papa Abdoulaye Seck concerne la généralisation de la contractualisation en tracteurs. Ce qui doit permettre d’assurer un correct approvisionnement des usines  de transformation, mais aussi de sécuriser les revenus des ruraux.
 
«La septième préoccupation que nous avons, c’est de dire qu’il faut toujours un lourd centrage des interventions de l’Etat sur  ce qui doit relever des fonctions régaliennes. C’est dire donc qu’il faut un désengagement  graduel de l’Etat des activités de transformation. Cela signifie une privatisation réussit de la Sonacos parce qu’intégrant les intérêts des acteurs mais aussi de toute la nation sénégalaise. La huitième préoccupation  que nous avons, c’est l’augmentation de la part d’huile d’arachide dans la consommation des ménages», a-t-il listé.
 
Et d’ajouter: «la neuvième préoccupation, c’est  qu’il faut des réformes institutionnelles majeures pour une cogestion plus efficace et plus efficiente. L’environnement a beaucoup évolué,  donc nous ne pouvons pas garder nos structures telles  qu’elles. La dixième, c’est l’augmentation de la part de l’arachide dans le volume global de production».

source:http://www.sudonline.sn/le-ministre-papa-abdoulaye-seck-etale-ses-10-preoccupations_a_37522.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?